Éphéméride national breton : Caradeuc de la Chalotais mène victorieusement la lutte du parlement national breton contre l’exploitation fiscale de la Bretagne par la monarchie française

Éphéméride national breton : Caradeuc de la Chalotais mène victorieusement la lutte du parlement national breton contre l’exploitation fiscale de la Bretagne par la monarchie française

[ISTOR BREIZH] Le 21 novembre 1763, la levée arbitraire et illégale de nouveaux impôts en Bretagne par la monarchie française pour mener sa guerre impérialiste face à la Grande-Bretagne déclenche l’insurrection politique du parlement national breton mené par Louis René de Caradeuc de la Chalotais. Après une lutte politique de plus dix ans, le patriote breton, exilé par Paris hors de Bretagne, fait plier le roi de France et rentre triomphalement en Bretagne en 1775.

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Ephéméride national breton : le 20 novembre 1932, le groupe armé “Gwenn ha Du” stoppe le train chef du gouvernement français en faisant sauter la voie de chemin de fer

Ephéméride national breton : le 20 novembre 1932, le groupe armé “Gwenn ha Du” stoppe le train chef du gouvernement français en faisant sauter la voie de chemin de fer

[ISTOR BREIZH] Le 20 novembre 1932, un attentat détruit la voie ferrée entre Orsay et Nantes au niveau de la ville d’Ingrandes-sur-Loire (Maine-et-Loire).

La bombe a été fabriquée par le militant Célestin Lainé puis posée et activée par son camarade Francis Bayer du Kern, aidé par deux hommes du groupe armé nationaliste “Gwenn ha Du”.

Cet attentat avait pour but de bloquer le train d’Edouard Herriot, chef du gouvernement français, qui se rendait à Nantes pour les fêtes de commémoration des 400 ans de l’annexion de la Bretagne par la France.

Pour adhérer au PNB : [email protected].com

Face à la crise du logement en Bretagne, le président de région Chesnais-Girard (PS) se félicite de l’arrivée massive de retraités et de migrants : le PNB réagit

Face à la crise du logement en Bretagne, le président de région Chesnais-Girard (PS) se félicite de l’arrivée massive de retraités et de migrants : le PNB réagit

[PNB] Sous la pression de l’opinion bretonne face la crise du logement générée par la spéculation immobilière, notamment sur le littoral, le socialiste français Loïg Chesnais-Girard, président fantoche du Conseil régional de Bretagne, s’est rabattu sur l’exercice habituel des démagogues à la solde du pouvoir colonial français lorsque le peuple gronde : la diversion médiatique pour ne rien faire.

Girard, mandaté par la bourgeoisie parisienne pour préserver le statu quo colonial en Bretagne, s’est donné en spectacle avec l’aide du journal d’état Le Télégramme à Saint-Malo, ville connue pour être une véritable résidence secondaire parisienne.

L’évincement des Bretons de leurs propres terres au profit de vieux possédants français, pour le logement individuel, ou d’allogènes importés d’Afrique et du Proche-Orient, pour le logement collectif public ? Une “une victoire magnifique” pour le peuple breton, d’après Chesnais-Girard qui promet que le torrent de la submersion démographique ne fait que commencer.

Non, la Bretagne “ne va pas bien”. Sa langue disparaît, son territoire est partitionné, elle connaît une émigration de sa jeunesse massive, tandis que le pouvoir français, avec l’aide de la caste politique coloniale représentée par Girard, la remplace par le tiers-monde et de vieux possédants venus de France. Ces étrangers surprotégés par l’état colonial chassent de leurs communes les jeunes Bretons qui luttent pour rester au pays.

Cette déclaration de Girard est un crachat à la face des jeunes Bretons pris à la gorge par un système politique, économique et social conçu pour les rabaisser et les faire disparaître.

Le comble du cynisme a été atteint lorsque le maire de Lannion Fanny Chappé, membre du Parti socialiste français, a repris l’imposture de Girard en écriture inclusive, supplément d’âme à peu de frais oblige, prétendant se soucier du sort des Bretons alors qu’il s’agit pour la gauche coloniale française d’aménager le diktat foncier imposé par les spéculateurs français.

Rappelons que Chappé se soucie tellement de l’accès au logement des Bretons qu’elle exige de repeupler le village de Callac avec la démographie afro-islamique.

Girard est un domestique de Paris, aussi verbeux que soumis. Il fait partie de cette nomenklatura fransquillonne qui évalue toute politique en termes de statistiques et de recettes fiscales, avec l’appui intéressé des spéculateurs et du gouvernement colonial français. S’il est d’une transparente viscosité, Girard s’estime suffisamment protégé par les intérêts français pour se livrer à un appel en règle à faire de la Bretagne une réserve résidentielle pour retraités français ainsi que le déversoir du trop plein démographique de l’Afrique. 

L’absence d’opposition nationale bretonne est sa seule force. Pris en lui-même, Girard, tout comme le socialisme français en Bretagne, n’est rien.

Le Parti National Breton le dit avec force : le peuple breton a des droits historiques et nationaux inaliénables sur sa terre et aucune clique aux ordres de Paris ne peut disposer de sa terre comme d’un promoteur immobilier. 

Les Bretons, s’ils veulent survivre au 21e siècle, ne peuvent continuer sur la voie de la soumission au cartel des partis français, courroie de transmission des intérêts de la bourgeoisie française en Bretagne.

Le Parti National Breton rappelle son programme révolutionnaire pour le logement fondé sur son principe guide : la Bretagne aux Bretons grâce à l’exclusivité bretonne pour le logement avec :

6 – La création d’un statut de résident encadrant l’accès à la propriété immobilière dans l’un des cinq départements bretons, lequel est possible après une période de 10 ans de résidence continue en Bretagne, à raison de 6 mois et un jour par an sur cette période. Les Bretons nés de parents bretons hors de Bretagne sont exemptés d’un tel permis de résidence.

7 – L’exclusivité bretonne pour l’accès au logement social. Tout logement social neuf ou vacant sera prioritairement réservé aux personnes dont au moins un des deux parents est né en Bretagne de deux parents nés en Bretagne.

8 – La taxation à 50% des revenus des locations saisonnières dans les zones de logement en crise. Son produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement.

9 – La taxation annuelle des propriétaires de résidences secondaires ne résidant pas en Bretagne à hauteur de 10% de la valeur du bien immobilier concerné. Le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement. Les propriétaires de résidence secondaires qui ne résident pas en Bretagne mais qui justifient d’au moins un parent breton ou de deux grands-parents bretons sont exemptés de cette taxe.

Ces mesures d’action immédiate préfigurent le programme d’état voulu par le Parti National Breton. Le Parti National Breton entend créer un ministère breton du logement qui agira dans le cadre d’une stratégie globale de reconquête démographique dirigée par le gouvernement breton. Pour chaque enfant né, il prendra à sa charge 25% du montant du prêt souscrit par un couple breton marié pour la construction de sa maison individuelle. Un foyer de quatre enfants acquerra ainsi son logement gratuitement.

Breizh Atav !

Pour le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Ephéméride national breton : 19 novembre, la duchesse Anne demande en mariage le futur empereur d’Autriche pour sauver l’indépendance de la Bretagne

Ephéméride national breton : 19 novembre, la duchesse Anne demande en mariage le futur empereur d’Autriche pour sauver l’indépendance de la Bretagne

[ISTOR BREIZH] A l’automne 1490, Anne, duchesse de Bretagne depuis le 9 septembre 1488, continue de faire face au péril de l’annexion par la France. En 1487, une puissante armée française avait envahi la Bretagne au terme d’une effroyable campagne de destruction et de meurtres. Par le traité carthaginois dit du “Verger”, les Français avaient exigé et obtenu de l’ancien duc François II, père d’Anne, que celle-ci ne puisse se marier à quiconque sans l’autorisation préalable du roi de France, Charles VIII. L’objectif de ce dernier était de donner un semblant de légalité à son projet d’annexion sanglant de la Bretagne en obligeant Anne à l’épouser à sa majorité.

Conseillée par son tuteur, le maréchal de Rieux, et par les barons patriotes qui lui sont restés fidèles, Anne cherche à nouer une alliance matrimoniale avec un grand souverain étranger qui pourrait l’aider à repousser les Français et préserver l’indépendance de la Bretagne. Le 19 novembre 1490, en dépit du traité du Verger imposé à François II par l’envahisseur français, elle conclut un mariage par procuration avec Maximilien d’Autriche, héritier du trône du Saint-Empire romain germanique, allié des Anglais et des Espagnols, les ennemis traditionnels de la France. 

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Éphéméride national breton : 18 novembre 1305, mort de notre duc Jean II à Lyon

Éphéméride national breton : 18 novembre 1305, mort de notre duc Jean II à Lyon

[PNB] C’est à Lyon, le 18 novembre 1305, que meurt Jean II, Duc de Bretagne, à l’âge de 64 ans. A 31 ans, il participe à la huitième croisade, en Tunisie, aux côtés de son père, alors duc, Jean I. Il meurt accidentellement lors de sa rencontre avec le Pape Clément V. Il est inhumé aux Carmes de Ploërmel, qu’il avait fondés, après que son corps soit ramené en Bretagne par la Loire.

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Renforcement de l’occupation de Brest par la marine française : le PNB exige l’arrêt du viol de la souveraineté bretonne par la France

Renforcement de l’occupation de Brest par la marine française : le PNB exige l’arrêt du viol de la souveraineté bretonne par la France

[PNB] Le Parti National Breton dénonce avec vigueur le déploiement illégal et illégitime par l’Etat français de trois navires de guerre supplémentaires à Brest, ainsi que celui de 600 de ses marins.

Ce déploiement unilatéral par l’état colonial, prévu pour 2026, expose davantage encore le peuple breton aux conséquences militaires de la politique belliciste poursuivie par l’impérialisme français.

Le Parti National Breton rappelle la position de droit de la nation bretonne. Conformément au droit international, la Bretagne demeure un état occupé illégalement par la France. La durée de l’occupation ne confère aucun droit à l’occupant et certainement pas celui de renforcer cette occupation. Aucun déploiement de troupes étrangères, dans le cas d’espèce, par la France, ne peut se faire sur le territoire national de la Bretagne sans l’accord de son gouvernement. 

Le Parti National Breton exige le respect de la souveraineté nationale de la Bretagne par la France, qu’elle cesse ses activités militaires illégales sur le territoire national breton et qu’elle mette un terme à l’occupation civile et militaire de la Bretagne. 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

17 novembre 1793 : les troupes terroristes de la république française font massacrer les patients des hôpitaux de Fougères

17 novembre 1793 : les troupes terroristes de la république française font massacrer les patients des hôpitaux de Fougères

[DALC’HOMP SONJ] Le 17 novembre 1793, les hordes de soudards français aux ordres du gouvernement terroriste de Robespierre pénètrent à Fougères.

Commandées par le général Canuel, auteur du crime de masse de Savenay, en Bretagne, où il fait fusiller par centaines femmes et enfants, et par le général Amey, connu pour sa sauvagerie, ayant fait incinérer vivants femmes et enfants dans des fours en Vendée, les troupes républicaines déclenchent une vague de terreur. Les hôpitaux de la ville sont investis et leurs malades, accusés d’être des chouans, sont sauvagement égorgés par les terroristes. Les cimetières de la ville ne suffisent pas à enterrer les victimes.

Quelques jours plus tard, le 23 novembre, Fougères est libérée par les troupes vendéennes de la Rochejaquelein. Les bandes terroristes aux ordres de Paris doivent fuir en catastrophe. Repliés à Antrain, les égorgeurs français activent un tribunal politique chargé de mener les assassinats de masse pour le compte du régime républicain, mais la pression chouanne les force à se replier sur Rennes  où elles continuent leur effroyable carnage.

Breton, souviens-toi !

Pour adhérer au PNB : [email protected]

 

Colonisation de remplacement : la critique de la dérive marxiste de l’indépendantisme corse de Nicolas Battini

Colonisation de remplacement : la critique de la dérive marxiste de l’indépendantisme corse de Nicolas Battini

Nicolas Battini, ancien dirigeant du pôle idées du parti “Femu a Corsica” au pouvoir sur l’île raconte son parcours de militant nationaliste. Engagé dès son adolescence avec la Ghjuventù indipendentista (Jeunesse indépendantiste), il participe à des actions clandestines qui l’amèneront à être condamné à 6 ans de prison après l’attaque de la préfecture de Corte.

Engagé aujourd’hui dans le milieu associatif il dénonce une ligne ambigüe de élus corse nationalistes. Après les propositions du président de la collectivité de Corse Gilles Simeoni d’accueillir l’Aquarius il y a quelques années puis l’Océan Viking ces derniers jours, l’exécutif qui revendique pourtant la reconnaissance du peuple et de la langue corse joue-t-il la respectabilité pour avancer sur le terrain de l’autonomie ?

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Maîtres ou victimes ? Réponse du PNB à ceux qui doutent de la victoire de la nation bretonne

Maîtres ou victimes ? Réponse du PNB à ceux qui doutent de la victoire de la nation bretonne

[PNB] Ceci est une réponse à un Breton sur la question de la responsabilité bretonne face à la dénationalisation des Bretons par l’Etat français. Elle permet d’éclairer l’approche morale de la question nationale bretonne par le Parti National Breton.

Premièrement, vous dites que “rien n’est à reprocher aux Français” et développez le point de vue selon lequel la force fait le droit. La force fait le fait, elle ne fait pas la justice. Si un cambrioleur pénètre dans votre domicile, vous frappe et vous entrave, puis, sous le chantage, vous convainc de lui donner les clefs de votre coffre avant de s’en aller avec votre argent, auriez-vous pour réflexe de dire qu’il est dans son droit car il sait bien voler et que tout est en ordre, ou que vous êtes la victime d’un brigand et que vous entendez obtenir justice ?

Ce qui vaut pour les personnes vaut pour les peuples. La situation des Bretons actuelle n’est pas un phénomène spontané, mais le résultat d’une politique hostile par un état criminel adepte de la rapine. Tel est le code génétique de l’état français. Culpabiliser le peuple breton d’avoir été annexé, pacifié sauvagement, exploité, mis en accusation pour ce qu’il est, c’est-à-dire un peuple celte, privé d’être ce qu’il est, reviendrait à citer à comparaître la victime d’un viol tout en exonérant le violeur. 

Lorsque vous dites qu’il ne faut pas se plaindre des agissements de l’ennemi, mais le combattre, nous vous répondons : pourquoi le qualifiez d’ennemi en premier lieu si ses agissements ne peuvent jamais être dénoncés par ses victimes ? Dénoncer l’injustice subie est le préalable à toute résistance. Contrairement à ce que vous affirmez, c’est parce que les Bretons consentent à souffrir en silence devant le fait accompli, prêtant au plus fort de l’heure le droit à l’injustice, qu’ils ne se défendent pas. En d’autres termes, les Bretons appliquent avec beaucoup trop d’application ce que vous suggérez.

Une fois que vous posez ce cadre biaisé comme préalable à la réflexion sur la situation du peuple breton, les erreurs d’analyse ne peuvent que se succéder. Vous dites ainsi que la faute “n’est jamais le fait de l’extérieur”, mais “toujours de faiblesse interne”, c’est-à-dire que les Bretons seraient les seuls responsables de leur situation présente. Ce postulat est erroné, mais comme vous portez le blâme aux pieds des Bretons, cette conclusion incorrecte est inévitable. Le peuple breton n’évolue pas dans un univers d’abstractions théoriques mais dans un espace concret où il affronte un état, avec ses contraintes géographiques, économiques, subissant les dynamiques inter étatiques, puisque lui-même dépourvu d’état, influencé par les grands mouvements idéologiques et sociaux qui façonnent les peuples et les sociétés. La combattivité du peuple breton n’est pas en cause, après un millénaire de lutte incessante contre la France d’état à état du 5ème au 16ème siècle, puis de résistance parlementaire jusqu’en 1789 et armée jusqu’en 1815. Une résistance héroïque seulement comparable à la résistance germanique à la France sur la même durée, mais à un contre dix le dos à la mer ! En vérité, peu de peuples ont tenu tête avec autant de détermination dans des condition si défavorables.

Il suffit de citer les cas de peuples qui, face au même état, n’ont pas mieux réussi que les Bretons à monter une organisation durable. Ainsi, les Alsaciens, part du peuple allemand qu’on ne peut décemment pas réduire à une masse sans volonté, ont été brutalement pacifiés, colonisés et soumis par l’empire français, avec une violence et une radicalité plus exacerbées encore que celles subies par les Bretons. En dépit d’une communauté germanique forte de 100 millions d’hommes, la rive gauche du Rhin demeure fermement entre les mains de Paris et la langue germanique alsacienne s’y éteint rapidement. Les Catalans, au sud des Pyrénées, sont à quelques années de l’indépendance nationale. Au nord, sous domination française, ils n’ont aucune vie politique organisée. Il en va de même des Basques. La Savoie, annexée au 19e siècle, en dépit d’une longue histoire étatique et d’une Suisse proche particulièrement dynamique, reste une dépendance française docile. Les Flamands, malgré la vigoureuse résistance de leurs compatriotes en Belgique, ne montent aucune opposition. Ce n’est pas dans les peuples asservis qu’il faut chercher la cause de leurs malheurs, mais dans les conditions extraordinairement défavorables dans lesquelles ils évoluent et à la nature de l’ennemi qu’ils affrontent.

Vous évoquez la “bêtise bretonne bien connue”. Les Bretons peuvent commettre des erreurs, certains d’entre eux peuvent être bêtes, plus souvent naïfs, car fondamentalement bons, généreux et bien disposés à l’égard des autres. Se plaindre que les Bretons n’aient pas le vice cynique des Latins truqueurs et calculateurs ne nous semble pas être de nature à changer quoi que soit, car demain les Bretons ne seront pas plus portés à mimer les Français qu’aujourd’hui dans ce registre. En outre, cette “bêtise” ne tient pas davantage : les Bretons du Pays de Galles sont organisés en corps de nation, bénéficient désormais d’une large autonomie intérieure, ont réussi à sauver leur langue. Ces trois millions de Gallois ont démontré ce que valent les Bretons, mais aussi ce que vaut l’état français, indirectement. Nous voyons, avec l’exemple des Bretons gallois, que c’est bien la nature de l’état ennemi qui est le facteur décisif et non pas les faiblesses ou manquements des Bretons qui, pris en eux-mêmes, n’expliquent rien.

Quelle est la nature de cet état ? Cet état reprend le contrat social de l’état romain qui articule assimilation linguistique et sociale et subordination politique. L’empire ne vient pas les mains vides. Au bâton culturel s’ajoute la carotte de l’ascension sociale offerte par l’empire aux sujets conquis.  En 1789, les révolutionnaires français ont consciemment voulu recréer l’empire romain sur les ruines de l’état monarchique français. Les penseurs de la révolution française n’en ont jamais fait mystère. Avant 1789, les Bretons, certes conquis, étaient encore reconnus comme peuple par la couronne française qui se limitait à l’antique subordination féodale des représentants du peuple breton à la personne du roi de France. Peu importe, pour le roi de France, la langue ou la nationalité de ses sujets tant que ces sujets étaient subordonnés politiquement. En abattant le lien personnel comme base de sa légitimité politique, l’état français révolutionnaire fait face à un défaut permanent de légitimité. Ce n’est plus à un monarque que va la loyauté, mais à l’état qui se veut le porteur d’un millénarisme idéologique codifié par la déclaration des droits de l’homme, véritable religion qui ne tolère aucune divergence. Toute divergence idéologique avec les proclamations de 1789 ne peut aboutir, à terme, qu’à une rupture politique, donc au sécessionnisme. Pour s’assurer qu’aucune sécession n’advienne, l’état révolutionnaire sort de l’espace politique traditionnel pour déborder dans l’espace social et culturel afin de procéder à une révolution culturelle articulant politique, idéologie et culture. Dans ce domaine, la France révolutionnaire a préfiguré toutes les expérimentations ultérieures du communisme, de l’URSS à la Chine maoïste en passant par le Cambodge des Khmers Rouges. Pour être politiquement intégré, le sujet colonisé doit devenir une simple copie normée par la périphérie culturelle du centre impérial. Il faut souligner à quel point cette massification recherchée par le système jacobin français est barbare et primitive, reposant sur un principe fondamentalement dénué d’élévation morale, réduisant l’homme à sa dimension matérielle et biologique la plus élémentaire, celui de la masse qui attire la masse, détruisant les libertés et caractères des peuples pour assouvir un délire de puissance névrotique que rien n’étanche et qu’on ne peut comparer qu’à un de ces trous noirs du vide spatial. 

Cette obligation au mimétisme par un lavage de cerveau collectif contre les groupes ethniques ciblés n’est pas négociable pour l’impérialisme français issu du millénarisme de 1789. Sinon, la fragmentation de sa superstructure idéologique et culturelle précipite celle de son état. 

Vous évoquez, dans la société bretonne sous influence française, le fait que rien, fondamentalement, ne distingue dans leurs valeurs les initiatives “bretonnes” (Diwan, etc.) des valeurs portées par la bourgeoisie française. Comment pourrait-il en être autrement quand le média (la langue) est perçue par les éléments bretons assimilés à la bourgeoisie française comme une fin en soi parfaitement dissociable de l’état de sujétion coloniale du peuple breton ? Le tropisme linguistique constitue depuis longtemps, pour les Bretons qui refusent de poser la question nationale, tant une échappatoire qu’une impasse. Pourquoi, parce qu’étant pleinement intégrés dans le giron de la bourgeoisie française, la rupture sociale est redoutée par eux comme un facteur de déclassement, ce qui nous rappelle que la francisation a été consentie par la bourgeoisie bretonne car elle présupposait l’accès à la société impériale française qui, au 18ème et surtout au 19ème et au 20ème siècle, est celle de la deuxième puissance de la planète (jusqu’en 1940). “Revenir” à Breizh, pensent-ils, c’est régresser socialement et économiquement, c’est perdre des débouchés individuels. Ces bourgeois bretons acceptent de troquer les droits collectifs, c’est-à-dire nationaux du peuple breton, pour assurer leurs privilèges individuels dans le cadre français. Ainsi donc, l’idéologie eschatologique du progrès portée par le centre révolutionnaire parisien n’est pas seulement théorique en Bretagne, elle est aussi, en pratique, une pratique sociale qui se traduit, pour les masses bretonnes dirigées par la bourgeoisie, comme la certitude que la frontière française est une source de prospérité économique individuelle. C’est ce complexe d’infériorité sociale acquis et la perception de la frontière continentale orientale comme seul horizon pour des masses paysannes et sa bourgeoisie enclavées qui structure les représentations mentales collectives en Bretagne. C’est cette colonisation géographique mentale avec laquelle il faut en finir, ce qui suppose, évidemment, de poser la question bretonne dans son cadre national et de présenter la faillite de l’état révolutionnaire français comme le nouveau vecteur de la régression sociale en Bretagne.

Il faut certes pratiquer l’autocritique, évaluer les erreurs commises et les corriger. Il ne faut pas faire preuve de complaisance à l’égard de la bourgeoisie bretonne francophile qui est le relais principal de la colonisation française et qui doit, à ce titre, être prioritairement combattue, avant même l’état français qui, sans elle, ne pourrait rien en Bretagne. Mais l’autocritique ne doit pas devenir une auto condamnation de principe. Plus important encore, la désignation de l’ennemi ne peut, à aucun moment, viser les Bretons en lieu et place de l’état français. Imagine-t-on un instant, en dépit des faiblesses ou des trahisons, les nationalistes irlandais ou vietnamiens faire de leur peuple l’ennemi principal plutôt que les empires britannique ou français ? Non, bien sûr.

Pour conclure, à propos du “victimisme” évoqué, il y a une différence fondamentale entre se complaire dans une attitude passive face à une injustice dont on est victime, à geindre d’impuissance donc, ou à justifier de ses échecs présents par un préjudice subi dans le passé, et dénoncer et combattre une injustice qui est une réalité quotidienne pour la dépasser. Un esclave haïtien avait-il tort de dénoncer son statut d’esclave avant de se révolter victorieusement contre les Français ? Non, encore une fois. En revanche, le nationalisme breton, pour réveiller dans l’homme breton sa nature de seigneur et maître de sa terre ancestrale et de son futur, doit résolument combattre les éléments faibles et ethno-psychologiquement désarticulés du peuple breton qui, accoutumés à l’état de sujétion coloniale, en viennent à s’identifier à tous les vaincus et ratés passant à portée de main. Ces éléments aliénés devenus addicts à l’irresponsabilité ne cherchent pas à se libérer, mais à proroger l’aliénation en la rendant moralement et psychologiquement confortable. Cela, en effet, doit être rejeté et ardemment pourfendu en Bretagne par les nationalistes. La dignité bretonne commande de récuser toute identification à une culture de l’échec systématique et d’opposer une fin de non-recevoir à toute sommation de fondre la nation bretonne dans un fourretout syndical de tout ce qui peut échouer et pleurer. Cette spécialité revient d’ailleurs à l’arrière-ban des ploucs du marxisme en Bretagne, généralement drogués et alcooliques eux-mêmes en plus d’être fonctionnarisés par le guichet colonial français, c’est-à-dire de vivre dans la contradiction permanente d’esclave-protestataire consentant. 

Les Bretons doivent acquérir une conscience nationale, ce qui suppose de rompre socialement, économiquement, politiquement avec l’état français et conquérir de cette façon l’espace intérieur nécessaire à la renaissance de l’être historique brittonique. Ils doivent vouloir redevenir les maîtres de leur terre. Le parti français, incarné par la bourgeoisie bretonne francophile et francisée, est le parti à combattre pour y parvenir et ce combat doit être présenté en termes de nation contre nation aux Bretons, afin qu’ils choisissent leur camp, les circonstances objectives, la faillite de l’état révolutionnaire, les contraignant à sortir de l’attentisme de confort ou de la collaboration antinationale.

Ajoutons enfin que l’état révolutionnaire français a déjà perdu cette guerre de libération, car en organisant l’immigration de masse depuis ses anciennes colonies et en échouant à assimiler ces masses, il a dû renoncer à l’articulation assimilation-soumission qui fondait la théorie et la pratique de l’impérialisme français. Le bouleversement démographique fait le reste. Le démantèlement de l’empire français a connu plusieurs dates fatidiques : l’arrêt de son expansion en Europe en 1815 malgré les tentatives de 1870 et 1914 d’inverser cette tendance, la destruction de son empire colonial à partir de 1940 et le début du reflux avec la chute de Dien Bien Phu en 1954. En moins de 60 ans, les impérialistes français sont passés des tranchées des cuvettes du Nord-Vietnam à la débandade dans la périphérie parisienne face à ses anciens sujets coloniaux d’Afrique. Premiers conquis avec les Bourguignons, car à l’extrême proximité du centre impérial, les Bretons seront également les derniers libérés, mais libres ils seront. Les Français auront attiré sur eux, par leurs choix historiques, un impitoyable et inéluctable châtiment. Les nationalistes bretons se contentent, patriotiquement, de s’adapter à la nouvelle constellation politique. Le rôle du PNB est d’organiser cette offensive finale de la nation bretonne contre le centre impérialiste et de précipiter par leur action la destruction de l’état français, cette erreur géopolitique qui, depuis le traité de Verdun, pèse comme une malédiction sur l’Europe. Quand le dénouement sera enfin visible pour tous, Paris regrettera longtemps d’avoir jamais annexé la Bretagne.

Confiance et détermination, les nationalistes bretons doivent avancer avec le calme de ceux qui marchent vers la victoire, sans regard pour les difficultés, avec une conception claire de leur action historique. 

Pour rejoindre le PNB : [email protected]