Le Parti National Breton dénonce les opportunistes Viala, possédants de Kerlouan qui défiscalisent en hébergeant des migrants d’abord !

Le Parti National Breton dénonce les opportunistes Viala, possédants de Kerlouan qui défiscalisent en hébergeant des migrants d’abord !

[PNB] La jeunesse bretonne souffre de nombreux maux qui peuvent tous se résumer en un mot : la dépossession. 

Le dernier exemple, exalté par les médias Ouest-France et Le Télégramme, médias de la bourgeoisie française, le démontre. On apprend que le couple Viala, possédants confortablement installés à Kerlouan, sur les magnifiques côtes du Léon, engrange les profits en défiscalisant en louant aux colons afro-musulmans d’abord.

Ouest-France :

C’est un bel appartement. Propre et fonctionnel. Spacieux et bien entretenu. Siddig Abdallah, Soudanais d’une trentaine d’années, est assis dans un fauteuil. Il parle un français approximatif. Mais c’est un pas de géant par rapport à l’été 2017, lorsqu’il est arrivé à Kerlaz (Finistère) avec d’autres migrants. Siddig épelle parfaitement son prénom et son nom. Il récolte ce qu’il a semé durant les cours de français, à la maison pour tous de Penhars, à Quimper (Finistère).

« En consentant une baisse de loyer de 15 à 45 %, le propriétaire obtient une réduction d’impôts de 25 à 65 %, détaille Claude Le Garo. Chaque locataire touche l’allocation logement et nous règle le reste du loyer, que nous versons ensuite au propriétaire. Nous assurons le suivi, des visites régulières et l’entretien. Nous soutenons le locataire. Le propriétaire a la garantie de toucher son loyer, et ce sans carence locative. »

C’est l’obscénité d’un monde, d’une société qui nous éclate au visage. Pendant que les fiers privilégiés Viala, établis à Kerlouan, profitent du patrimoine accumulé après un demi-siècle d’endettement et d’inflation, ils maximalisent leurs rentes en défiscalisant sur le dos des jeunes Bretons, grâce au dumping migratoire organisé par le patronat et l’Etat français à coup de primes fiscales, elles aussi ponctionnées sur les jeunes Bretons.

Kerlouan

C’est écœurant et injuste, c’est également ce pourquoi le Parti National Breton combat. La jeunesse bretonne doit se révolter, non seulement contre cette colonisation de peuplement étrangère – hostile par construction – imposée par l’Etat français en Bretagne, mais aussi, et en fait surtout, contre une bourgeoisie acculturée, dénuée de scrupules, qui crée les conditions d’une destruction pure et simple de notre pays et de notre peuple pour se remplir un peu plus les poches, quitte à plonger les générations bretonnes futures dans le chaos interethnique dont nous voyons déjà les effets dans l’Hexagone.

La Bretagne est devenue malade de l’individualisme et de l’appât du gain, ce virus du chacun pour soi qui divise les Bretons qui devraient pourtant être des frères. Cela doit changer et ne changera que par le réveil nationaliste. Contre ceux qui veulent vendre notre patrie à la découpe, le Parti National Breton défend l’exclusivité bretonne pour le logement, afin de protéger le plus modeste de la communauté bretonne de ceux qui, sans la protection de tous, devient du gibier facile. Chaque Breton lucide peut voir à quel point ce principe, résumé par notre slogan “La Bretagne aux Bretons”, est une urgente nécessité.

Le Parti National Breton combat sur ce thème depuis les premiers jours de son engagement et il ne cessera de lutter pour que les Bretons redeviennent les maîtres de leur terre, tout à la fois contre l’état colonial français, mais aussi contre son parti, le parti de l’étranger, le parti des opportunistes, des profiteurs, des vendus qui exprime, sans aucune retenue, ses sentiments antinationaux, son avarice, son besoin de trahir.

Face aux puissants, face à l’Etat français, le Parti National Breton combat pour tous les Bretons, y compris les plus démunis, et le fera jusqu’au bout, parce qu’ils sont notre peuple.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

 

Le Parti National Breton réagit à l’article du Mensuel de Rennes le concernant

Le Parti National Breton réagit à l’article du Mensuel de Rennes le concernant

[PNB] Le Mensuel de Rennes a publié un article sur les partis politiques bretons dans son édition du 30 novembre 2022 (lire ici). Le Parti National Breton tient à corriger plusieurs erreurs factuelles.

Le Parti National Breton a été créé en décembre 2021 et non en 2020. A 90 ans de distance, il n’a donc aucun lien organique avec le parti cité dans l’article qui fut fondé en 1931 par Fransez Debeauvais et Olivier Mordrel. Si le Parti National Breton s’inscrit dans la tradition nationaliste héritée des pionniers de l’Emsav, y compris celle du Parti Nationaliste Breton fondé en 1911, il ne se confond pas pour autant avec des formations politiques du siècle précédent. Tout comme il existe un Parti National Ecossais et un Parti National Basque, il doit exister un Parti National Breton.

Le Parti National Breton précise que le classement “droite” ou “gauche” qui lui est appliqué par le Mensuel de Rennes est en opposition avec sa démarche nationale. Celle-ci consiste à récuser l’affrontement franco-français entre factions de gauche ou de droite pour unifier les Bretons sur la base de leurs droits nationaux. En conséquence, le Parti National Breton s’adresse à tous les Bretons et désigne le véritable ennemi de la nation bretonne : l’Etat français.

Le Parti National Breton est un très jeune parti qui ne méconnaît pas les difficultés du combat politique pour le salut de la Bretagne. Par comparaison aux autres nations d’Europe, la faiblesse politique du peuple breton est le fait honteusement remarquable que le Parti National Breton veut dépasser. Il mène une lutte de longue haleine pour mobiliser les Bretons afin de libérer la nation du joug étranger. L’année 2023 doit être pour lui une année de renforcement interne et d’expansion militante. La tenue du premier congrès du mouvement sera un objectif important du Parti National Breton.

Afin d’éviter les erreurs factuelles, le Parti National Breton signale aux journalistes qui désirent évoquer son action qu’ils peuvent à tout moment entrer en contact avec lui afin de confirmer ou d’infirmer une information le concernant.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Gestion coloniale de la Bretagne : le PNB dénonce la tentative de prise de contrôle du Festival Interceltique de Lorient par l’agent du ministère de l’Intérieur français Jean-Paul Kihl

Gestion coloniale de la Bretagne : le PNB dénonce la tentative de prise de contrôle du Festival Interceltique de Lorient par l’agent du ministère de l’Intérieur français Jean-Paul Kihl

[PNB] L’Etat français a lancé une opération subversive afin de prendre le contrôle du Festival Interceltique de Lorient. Objectif : conditionner son existence à sa subordination au régime de Paris.

Avec l’aide de l’actuel président du Festival Interceltique de Lorient, Denis Le Mentec, l’agent du régime français Jean-Paul Kihl, préfet, a adhéré à l’association du FIL il y a trois semaines et, par une suite de manœuvres internes, exigé de se faire désigner président du FIL d’ici la mi-décembre. Du fait de l’incurie de Le Mentec, aussi dénué de profondeur de vue que de courage et de patriotisme breton, il aura fallu quelques semaines au ministère de l’Intérieur français pour se rendre maître d’un festival vieux de 50 ans fondé par des bénévoles bretons sur l’impulsion du nationaliste breton Polig Monjarret. 

Le Festival Interceltique de Lorient ne doit rien à l’Etat français, bien au contraire. Il n’existe que grâce à la volonté du peuple breton par l’action de ses militants culturels. Cet évènement culturel international, qui exalte les qualités ethniques des nations celtes, dont la nation bretonne, est depuis toujours dans le viseur du régime colonial français qui a pour objectif politique constant, depuis 1789, la destruction des caractéristiques ethno-nationales bretonnes. Dans le système soviétique hexagonal que l’on appelle le régime jacobin-républicain, ce sont désormais des fonctionnaires du ministère de l’Intérieur désignés par Paris qui entendent administrer les évènements culturels comme de simples fermes collectivisées.

Cette opération du ministère de de la police française fait suite au chantage exercé par Paris sur la tenue des festivals bretons en 2024. Paris prétend interdire les évènements festifs bretons pour ne pas détourner cette année-là l’attention des Jeux Olympiques qui sont censés servir de village Potemkine médiatique à un état français en voie de désintégration rapide. Le précédent est grave : sauf à désigner des hauts-fonctionnaires du ministère de la police française choisis par Paris, les évènements culturels majeurs en Bretagne seront purement et simplement interdits par l’état colonial français.

Cette attaque contre les libertés et la culture bretonnes par une république française en voie de radicalisation doit recevoir la riposte qu’elle mérite. Traitée en colonie avec la complicité de domestiques recrutés localement, à l’instar de Le Mentec, la nation bretonne ne peut tolérer ces provocations françaises si spectaculairement mises en scène.

Il y a plus important que n’importe quel festival : c’est la dignité de la nation bretonne. Le droit de la culture bretonne à s’exprimer en Bretagne n’est pas un privilège accordé par Paris. Jamais les préfets du régime colonial français ne dicteront leur conduite aux Bretons conscients de leur nationalité. Si le Festival Interceltique de Lorient confirme la nomination d’un commissaire politique du régime colonial français à sa tête, le boycott sera la règle tant que le ci-devant Kihl aura un pied au FIL.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

Douarnenez : face aux menaces de l’extrême-gauche, le Parti National Breton apporte son soutien à Henri Savina, maire de Pouldergat

Douarnenez : face aux menaces de l’extrême-gauche, le Parti National Breton apporte son soutien à Henri Savina, maire de Pouldergat

[PNB] Le Parti National Breton apporte son soutien au maire de Pouldergat, Monsieur Henri Savina, pour son vote courageux, lors du dernier conseil de Douarnenez communauté, contre une subvention de 3,000 euros au profit de l’association “Un puits, une école à Madagascar” exigée par les derniers marxistes sévissant à Douarnenez.

Suite à ce vote, l’habituelle nébuleuse de la gauche française en Bretagne – nostalgiques des égorgeurs de 1793, communards, trotskistes, rouges honteux déguisés en écologistes, opportunistes de gauche, anarcho-nihilistes et autres déviants LGBT – a cru bon de vociférer insultes et menaces contre Monsieur Savina pour son soucis des finances des contribuables bretons.

Monsieur Savina a indiqué, avec justesse, qu’après 62 ans d’accès à l’indépendance, les Bretons n’ont pas à être rackettés par les réseaux louches du marxisme pour financer ses “projets” internationalistes à Madagascar dont les résultats théoriques, si prometteurs sur le papier, se font attendre depuis le siècle dernier. 

Le Parti National Breton rappelle que c’est bien la Bretagne occupée par l’Etat français qui doit être décolonisée en 2022 et non le continent africain. Conformément à son principe d’action “La Bretagne aux Bretons”, le Parti National Breton rappelle que l’argent des contribuables bretons doit être exclusivement utilisé par les Bretons, pour les Bretons, afin de régler les nombreuses difficultés que notre peuple affronte. 

Les Bretons ne doivent plus se faire soustraire le fruit de leur labeur au profit du tonneau des Danaïdes de l’Afrique. Si d’aventure ce principe de bon sens dérange les illuminés du marxisme français et de sa périphérie proche, le Parti National Breton les invite à se cotiser pour financer par eux-mêmes leurs lubies, en France.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Référendum d’autodétermination en Ecosse : le Parti National Breton exprime sa solidarité avec la nation écossaise

Référendum d’autodétermination en Ecosse : le Parti National Breton exprime sa solidarité avec la nation écossaise

[PNB] Le Parti National Breton exprime sa solidarité avec la nation écossaise suite au rejet de sa demande de référendum d’autodétermination par la Cour suprême du Royaume-Uni.

Pour le Parti National Breton, il appartient à la nation écossaise de déterminer librement son destin et ce refus de Londres de reconnaître ce droit à la liberté nationale des Ecossais repose sur le seul exercice de la force.

Toutefois, le Parti National Breton ne doute pas de la volonté et de la capacité de la nation écossaise de s’affranchir de ce refus brutal – et illégitime – et de parvenir, malgré les difficultés, à l’indépendance. 


The Breton National Party – Strollad Broadel Breizh expresses its solidarity with the Scottish nation following the rejection of its request for a self-determination referendum by the Supreme Court of the United Kingdom.

For the Breton National Party, it is for the Scottish nation to freely determine its destiny and this refusal by London to recognize this right to national freedom of the Scots is based solely on the exercise of force.

However, the Breton National Party has no doubt that the Scottish nation is willing and able to overcome this brutal – and illegitimate – refusal and to achieve independence despite the present difficulties.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]