Maîtres ou victimes ? Réponse du PNB à ceux qui doutent de la victoire de la nation bretonne

Maîtres ou victimes ? Réponse du PNB à ceux qui doutent de la victoire de la nation bretonne

[PNB] Ceci est une réponse à un Breton sur la question de la responsabilité bretonne face à la dénationalisation des Bretons par l’Etat français. Elle permet d’éclairer l’approche morale de la question nationale bretonne par le Parti National Breton.

Premièrement, vous dites que “rien n’est à reprocher aux Français” et développez le point de vue selon lequel la force fait le droit. La force fait le fait, elle ne fait pas la justice. Si un cambrioleur pénètre dans votre domicile, vous frappe et vous entrave, puis, sous le chantage, vous convainc de lui donner les clefs de votre coffre avant de s’en aller avec votre argent, auriez-vous pour réflexe de dire qu’il est dans son droit car il sait bien voler et que tout est en ordre, ou que vous êtes la victime d’un brigand et que vous entendez obtenir justice ?

Ce qui vaut pour les personnes vaut pour les peuples. La situation des Bretons actuelle n’est pas un phénomène spontané, mais le résultat d’une politique hostile par un état criminel adepte de la rapine. Tel est le code génétique de l’état français. Culpabiliser le peuple breton d’avoir été annexé, pacifié sauvagement, exploité, mis en accusation pour ce qu’il est, c’est-à-dire un peuple celte, privé d’être ce qu’il est, reviendrait à citer à comparaître la victime d’un viol tout en exonérant le violeur. 

Lorsque vous dites qu’il ne faut pas se plaindre des agissements de l’ennemi, mais le combattre, nous vous répondons : pourquoi le qualifiez d’ennemi en premier lieu si ses agissements ne peuvent jamais être dénoncés par ses victimes ? Dénoncer l’injustice subie est le préalable à toute résistance. Contrairement à ce que vous affirmez, c’est parce que les Bretons consentent à souffrir en silence devant le fait accompli, prêtant au plus fort de l’heure le droit à l’injustice, qu’ils ne se défendent pas. En d’autres termes, les Bretons appliquent avec beaucoup trop d’application ce que vous suggérez.

Une fois que vous posez ce cadre biaisé comme préalable à la réflexion sur la situation du peuple breton, les erreurs d’analyse ne peuvent que se succéder. Vous dites ainsi que la faute “n’est jamais le fait de l’extérieur”, mais “toujours de faiblesse interne”, c’est-à-dire que les Bretons seraient les seuls responsables de leur situation présente. Ce postulat est erroné, mais comme vous portez le blâme aux pieds des Bretons, cette conclusion incorrecte est inévitable. Le peuple breton n’évolue pas dans un univers d’abstractions théoriques mais dans un espace concret où il affronte un état, avec ses contraintes géographiques, économiques, subissant les dynamiques inter étatiques, puisque lui-même dépourvu d’état, influencé par les grands mouvements idéologiques et sociaux qui façonnent les peuples et les sociétés. La combattivité du peuple breton n’est pas en cause, après un millénaire de lutte incessante contre la France d’état à état du 5ème au 16ème siècle, puis de résistance parlementaire jusqu’en 1789 et armée jusqu’en 1815. Une résistance héroïque seulement comparable à la résistance germanique à la France sur la même durée, mais à un contre dix le dos à la mer ! En vérité, peu de peuples ont tenu tête avec autant de détermination dans des condition si défavorables.

Il suffit de citer les cas de peuples qui, face au même état, n’ont pas mieux réussi que les Bretons à monter une organisation durable. Ainsi, les Alsaciens, part du peuple allemand qu’on ne peut décemment pas réduire à une masse sans volonté, ont été brutalement pacifiés, colonisés et soumis par l’empire français, avec une violence et une radicalité plus exacerbées encore que celles subies par les Bretons. En dépit d’une communauté germanique forte de 100 millions d’hommes, la rive gauche du Rhin demeure fermement entre les mains de Paris et la langue germanique alsacienne s’y éteint rapidement. Les Catalans, au sud des Pyrénées, sont à quelques années de l’indépendance nationale. Au nord, sous domination française, ils n’ont aucune vie politique organisée. Il en va de même des Basques. La Savoie, annexée au 19e siècle, en dépit d’une longue histoire étatique et d’une Suisse proche particulièrement dynamique, reste une dépendance française docile. Les Flamands, malgré la vigoureuse résistance de leurs compatriotes en Belgique, ne montent aucune opposition. Ce n’est pas dans les peuples asservis qu’il faut chercher la cause de leurs malheurs, mais dans les conditions extraordinairement défavorables dans lesquelles ils évoluent et à la nature de l’ennemi qu’ils affrontent.

Vous évoquez la “bêtise bretonne bien connue”. Les Bretons peuvent commettre des erreurs, certains d’entre eux peuvent être bêtes, plus souvent naïfs, car fondamentalement bons, généreux et bien disposés à l’égard des autres. Se plaindre que les Bretons n’aient pas le vice cynique des Latins truqueurs et calculateurs ne nous semble pas être de nature à changer quoi que soit, car demain les Bretons ne seront pas plus portés à mimer les Français qu’aujourd’hui dans ce registre. En outre, cette “bêtise” ne tient pas davantage : les Bretons du Pays de Galles sont organisés en corps de nation, bénéficient désormais d’une large autonomie intérieure, ont réussi à sauver leur langue. Ces trois millions de Gallois ont démontré ce que valent les Bretons, mais aussi ce que vaut l’état français, indirectement. Nous voyons, avec l’exemple des Bretons gallois, que c’est bien la nature de l’état ennemi qui est le facteur décisif et non pas les faiblesses ou manquements des Bretons qui, pris en eux-mêmes, n’expliquent rien.

Quelle est la nature de cet état ? Cet état reprend le contrat social de l’état romain qui articule assimilation linguistique et sociale et subordination politique. L’empire ne vient pas les mains vides. Au bâton culturel s’ajoute la carotte de l’ascension sociale offerte par l’empire aux sujets conquis.  En 1789, les révolutionnaires français ont consciemment voulu recréer l’empire romain sur les ruines de l’état monarchique français. Les penseurs de la révolution française n’en ont jamais fait mystère. Avant 1789, les Bretons, certes conquis, étaient encore reconnus comme peuple par la couronne française qui se limitait à l’antique subordination féodale des représentants du peuple breton à la personne du roi de France. Peu importe, pour le roi de France, la langue ou la nationalité de ses sujets tant que ces sujets étaient subordonnés politiquement. En abattant le lien personnel comme base de sa légitimité politique, l’état français révolutionnaire fait face à un défaut permanent de légitimité. Ce n’est plus à un monarque que va la loyauté, mais à l’état qui se veut le porteur d’un millénarisme idéologique codifié par la déclaration des droits de l’homme, véritable religion qui ne tolère aucune divergence. Toute divergence idéologique avec les proclamations de 1789 ne peut aboutir, à terme, qu’à une rupture politique, donc au sécessionnisme. Pour s’assurer qu’aucune sécession n’advienne, l’état révolutionnaire sort de l’espace politique traditionnel pour déborder dans l’espace social et culturel afin de procéder à une révolution culturelle articulant politique, idéologie et culture. Dans ce domaine, la France révolutionnaire a préfiguré toutes les expérimentations ultérieures du communisme, de l’URSS à la Chine maoïste en passant par le Cambodge des Khmers Rouges. Pour être politiquement intégré, le sujet colonisé doit devenir une simple copie normée par la périphérie culturelle du centre impérial. Il faut souligner à quel point cette massification recherchée par le système jacobin français est barbare et primitive, reposant sur un principe fondamentalement dénué d’élévation morale, réduisant l’homme à sa dimension matérielle et biologique la plus élémentaire, celui de la masse qui attire la masse, détruisant les libertés et caractères des peuples pour assouvir un délire de puissance névrotique que rien n’étanche et qu’on ne peut comparer qu’à un de ces trous noirs du vide spatial. 

Cette obligation au mimétisme par un lavage de cerveau collectif contre les groupes ethniques ciblés n’est pas négociable pour l’impérialisme français issu du millénarisme de 1789. Sinon, la fragmentation de sa superstructure idéologique et culturelle précipite celle de son état. 

Vous évoquez, dans la société bretonne sous influence française, le fait que rien, fondamentalement, ne distingue dans leurs valeurs les initiatives “bretonnes” (Diwan, etc.) des valeurs portées par la bourgeoisie française. Comment pourrait-il en être autrement quand le média (la langue) est perçue par les éléments bretons assimilés à la bourgeoisie française comme une fin en soi parfaitement dissociable de l’état de sujétion coloniale du peuple breton ? Le tropisme linguistique constitue depuis longtemps, pour les Bretons qui refusent de poser la question nationale, tant une échappatoire qu’une impasse. Pourquoi, parce qu’étant pleinement intégrés dans le giron de la bourgeoisie française, la rupture sociale est redoutée par eux comme un facteur de déclassement, ce qui nous rappelle que la francisation a été consentie par la bourgeoisie bretonne car elle présupposait l’accès à la société impériale française qui, au 18ème et surtout au 19ème et au 20ème siècle, est celle de la deuxième puissance de la planète (jusqu’en 1940). “Revenir” à Breizh, pensent-ils, c’est régresser socialement et économiquement, c’est perdre des débouchés individuels. Ces bourgeois bretons acceptent de troquer les droits collectifs, c’est-à-dire nationaux du peuple breton, pour assurer leurs privilèges individuels dans le cadre français. Ainsi donc, l’idéologie eschatologique du progrès portée par le centre révolutionnaire parisien n’est pas seulement théorique en Bretagne, elle est aussi, en pratique, une pratique sociale qui se traduit, pour les masses bretonnes dirigées par la bourgeoisie, comme la certitude que la frontière française est une source de prospérité économique individuelle. C’est ce complexe d’infériorité sociale acquis et la perception de la frontière continentale orientale comme seul horizon pour des masses paysannes et sa bourgeoisie enclavées qui structure les représentations mentales collectives en Bretagne. C’est cette colonisation géographique mentale avec laquelle il faut en finir, ce qui suppose, évidemment, de poser la question bretonne dans son cadre national et de présenter la faillite de l’état révolutionnaire français comme le nouveau vecteur de la régression sociale en Bretagne.

Il faut certes pratiquer l’autocritique, évaluer les erreurs commises et les corriger. Il ne faut pas faire preuve de complaisance à l’égard de la bourgeoisie bretonne francophile qui est le relais principal de la colonisation française et qui doit, à ce titre, être prioritairement combattue, avant même l’état français qui, sans elle, ne pourrait rien en Bretagne. Mais l’autocritique ne doit pas devenir une auto condamnation de principe. Plus important encore, la désignation de l’ennemi ne peut, à aucun moment, viser les Bretons en lieu et place de l’état français. Imagine-t-on un instant, en dépit des faiblesses ou des trahisons, les nationalistes irlandais ou vietnamiens faire de leur peuple l’ennemi principal plutôt que les empires britannique ou français ? Non, bien sûr.

Pour conclure, à propos du “victimisme” évoqué, il y a une différence fondamentale entre se complaire dans une attitude passive face à une injustice dont on est victime, à geindre d’impuissance donc, ou à justifier de ses échecs présents par un préjudice subi dans le passé, et dénoncer et combattre une injustice qui est une réalité quotidienne pour la dépasser. Un esclave haïtien avait-il tort de dénoncer son statut d’esclave avant de se révolter victorieusement contre les Français ? Non, encore une fois. En revanche, le nationalisme breton, pour réveiller dans l’homme breton sa nature de seigneur et maître de sa terre ancestrale et de son futur, doit résolument combattre les éléments faibles et ethno-psychologiquement désarticulés du peuple breton qui, accoutumés à l’état de sujétion coloniale, en viennent à s’identifier à tous les vaincus et ratés passant à portée de main. Ces éléments aliénés devenus addicts à l’irresponsabilité ne cherchent pas à se libérer, mais à proroger l’aliénation en la rendant moralement et psychologiquement confortable. Cela, en effet, doit être rejeté et ardemment pourfendu en Bretagne par les nationalistes. La dignité bretonne commande de récuser toute identification à une culture de l’échec systématique et d’opposer une fin de non-recevoir à toute sommation de fondre la nation bretonne dans un fourretout syndical de tout ce qui peut échouer et pleurer. Cette spécialité revient d’ailleurs à l’arrière-ban des ploucs du marxisme en Bretagne, généralement drogués et alcooliques eux-mêmes en plus d’être fonctionnarisés par le guichet colonial français, c’est-à-dire de vivre dans la contradiction permanente d’esclave-protestataire consentant. 

Les Bretons doivent acquérir une conscience nationale, ce qui suppose de rompre socialement, économiquement, politiquement avec l’état français et conquérir de cette façon l’espace intérieur nécessaire à la renaissance de l’être historique brittonique. Ils doivent vouloir redevenir les maîtres de leur terre. Le parti français, incarné par la bourgeoisie bretonne francophile et francisée, est le parti à combattre pour y parvenir et ce combat doit être présenté en termes de nation contre nation aux Bretons, afin qu’ils choisissent leur camp, les circonstances objectives, la faillite de l’état révolutionnaire, les contraignant à sortir de l’attentisme de confort ou de la collaboration antinationale.

Ajoutons enfin que l’état révolutionnaire français a déjà perdu cette guerre de libération, car en organisant l’immigration de masse depuis ses anciennes colonies et en échouant à assimiler ces masses, il a dû renoncer à l’articulation assimilation-soumission qui fondait la théorie et la pratique de l’impérialisme français. Le bouleversement démographique fait le reste. Le démantèlement de l’empire français a connu plusieurs dates fatidiques : l’arrêt de son expansion en Europe en 1815 malgré les tentatives de 1870 et 1914 d’inverser cette tendance, la destruction de son empire colonial à partir de 1940 et le début du reflux avec la chute de Dien Bien Phu en 1954. En moins de 60 ans, les impérialistes français sont passés des tranchées des cuvettes du Nord-Vietnam à la débandade dans la périphérie parisienne face à ses anciens sujets coloniaux d’Afrique. Premiers conquis avec les Bourguignons, car à l’extrême proximité du centre impérial, les Bretons seront également les derniers libérés, mais libres ils seront. Les Français auront attiré sur eux, par leurs choix historiques, un impitoyable et inéluctable châtiment. Les nationalistes bretons se contentent, patriotiquement, de s’adapter à la nouvelle constellation politique. Le rôle du PNB est d’organiser cette offensive finale de la nation bretonne contre le centre impérialiste et de précipiter par leur action la destruction de l’état français, cette erreur géopolitique qui, depuis le traité de Verdun, pèse comme une malédiction sur l’Europe. Quand le dénouement sera enfin visible pour tous, Paris regrettera longtemps d’avoir jamais annexé la Bretagne.

Confiance et détermination, les nationalistes bretons doivent avancer avec le calme de ceux qui marchent vers la victoire, sans regard pour les difficultés, avec une conception claire de leur action historique. 

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

3 août 1379 : le Duc Jean IV prend la tête de la révolution nationale bretonne contre l’occupation française

3 août 1379 : le Duc Jean IV prend la tête de la révolution nationale bretonne contre l’occupation française

[PNB] Le 3 août est un jour de gloire pour la nation bretonne. C’est en effet le 3 août 1379 que le Duc Jean IV débarque à Dinan pour prendre la tête d’une révolution populaire antifrançaise consécutive à l’occupation et l’annexion de la Bretagne par les Français.

Bas-relief en Bronze sur le débarquement de Jean IV de Bretagne à Dinard – Promenade du Clair de Lune (Sculpteur : Armel-Beaufils)

Coalisant l’ensemble de la nation bretonne, Jean IV brise les Français qui doivent fuir. Breizh est à nouveau libre.

Ce que les Bretons ont su faire en s’unissant au 14e siècle, ils pourront le refaire au 21e siècle sous la direction du parti de la patrie: le Parti National Breton.

Pour adhérer au PNB : [email protected]

Les Bretons sont-ils de gauche ? Non, ils sont occupés par la France !

Les Bretons sont-ils de gauche ? Non, ils sont occupés par la France !

[PNB] Les Bretons doivent apprendre à ne jamais se définir par des catégories françaises, lesquelles sont toutes étrangères, subjectives et façonnées par les biais des intérêts français. L’une des catégories les plus piégées à laquelle ils sont exposés par l’Etat français est le concept de “gauche”. Jadis attaqués avec virulence – pendant un deux siècles ronds – par l’intelligentsia parisienne pour leur sentiment contre-révolutionnaire, “particulariste”, “régionaliste”, “traditionnaliste”, donc de “droite”, “réactionnaires” en un mot, les Bretons sont désormais attaqués par les réactionnaires français pour leur adhésion morale et électorale à “la gauche”, qu’elle soit collectiviste avec Mélenchon ou plus individualiste avec Macron.

Se pose la question de savoir pourquoi ces Bretons si longuement contre-révolutionnaires ont rallié – électoralement – la gauche impérialiste et coloniale française. 

La gauche coloniale française

La “gauche” est à la fois un absolutisme et un particularisme. Certes, son horizon théorique fondamental est la fin de l’histoire qui se conjugue avec la paix universelle, laquelle suppose, pour être possible, de détruire toutes les différences en arrachant chaque individu aux déterminismes hérités, réels ou supposés, qu’ils soient géographiques, sociaux, culturels, raciaux, religieux, économiques. Une fois l’égalité réelle atteinte par cet “arrachement” aux appartenances non choisies “en conscience”, c’est-à-dire la réduction de chacun à chacun, partout, au sein d’un ensemble politique uniforme, alors la paix mondiale adviendra et l’humanité, enfin, pourra s’unifier en un seul bloc.

Mais ce projet radical est un particularisme en ce sens qu’il ne peut être mis en œuvre partout, simultanément, car il est paradoxalement tributaire des différences qu’il veut abolir : fossés de langues, de géographie, de cultures juridiques et politiques, de formes d’états, de religions, de structures démographiques, etc.. Ce à quoi il faut ajouter les oppositions de gouvernements, les rivalités, les incompatibilités de caractères, les abandons, les échecs, les divisions idéologiques. Voilà donc la gauche fondamentale, tendue vers l’égalité totale, contrainte de composer éternellement au quotidien avec le mur de l’hétérogénéité humaine, dans l’espace et le temps. Cette “égalité” idéale n’advient jamais, en raison des obstacles posés par un tel foisonnement.

Dans ces conditions, le mensonge intrinsèque de la verbeuse gauche française est de prétendre à l’universalité quand, en pratique, elle n’est qu’une myriade de factions franco-françaises qui ne sont pleines que du nombrilisme parisien qui veut mettre au pas ses périphéries. C’est là que l’absolutisme de gauche rencontre le particularisme français : l’arasement des différences que la gauche fondamentale promeut théoriquement ne se traduit dans le cadre hexagonal qu’en politique de soumission au Léviathan étatique parisien, et rien de plus. Tout ce à quoi s’oppose l’Etat français doit être détruit. La gauche française, ce n’est rien d’autre, en définitive, que l’aspiration à une bureaucratie impériale redistributrice édifiée sur les débris des peuples conquis par elle.

Dès la proclamation de la république, les révolutionnaires français, imbus de la suprématie culturelle de la bourgeoisie parisienne, entreprennent de détruire toute forme de différences ethno-linguistiques et institutionnelles périphériques, de concasser les peuples et les langues pour forger l’homme nouveau, le “citoyen” conçu sur le modèle du Sans-Culotte parisien. Ce qui fait le corps social, c’est la soumission à l’Etat révolutionnaire français seule. La “gauche” en France est, dès sa naissance, une idée impérialiste au service de l’Etat parisien dont l’aspiration totalitaire est assumée. Formée en 1792, il ne faut que quelques mois pour que la république française organise l’anéantissement des ennemis intérieurs supposés de la Révolution. Toute aspérité doit être détruite. La Vendée, attachée à sa tradition catholique face à l’arasement matérialiste porté par la Convention jacobine, est écrasée au prix de 200,000 morts, essentiellement des femmes et des enfants. Les Bretons, insurgés suite à l’écrasement unilatéral de leur parlement national par Paris, échappent de peu au même sort.

La gauche en Bretagne est l’âme de la république française, son versant le plus clair dans les buts historiques que la Révolution se fixe contre notre peuple : la table rase.

Pas de gauchisation sans francisation

“Ce ne sont pas des privilèges mais les droits du peuple breton que l’on supprime”

René-Jean de Bothorel du Plessis, procureur-général syndic des États de Bretagne, 13 février 1790 

L’accusation portée par les réactionnaires français peut être précisément bornée dans le temps. Préfigurée par le vote pro-européen en faveur de Maastricht en 1992 contre les appels de la réaction jacobine de Philippe Séguin, un juif de Tunisie naturalisé à la mode française, la caractérisation s’est systématisée avec l’accession du socialiste Jean-Yves Le Drian à la présidence de la Région Bretagne en 2004. Les Bretons ne sont plus les Chouans, les “cagots” ou les “bigots” dénoncés par la presse anticléricale, républicaine puis rouge, mais au contraire, des sujets bien trop “progressistes”, mélange de hippies, de rêveurs écologistes et de drogués célébrant l’immigration allogène. Naturellement, les réactionnaires qui la formulent se gardent bien de dire que ce sont les Français, et non les Bretons seuls, qui ont porté Mitterrand au pouvoir et avec lui, le socialisme.

Le fond de l’attaque reste la même de la part de la France coloniale : tant à droite qu’à gauche, le Breton demeure un indigène à la personnalité ethnique irréductible dont le comportement politique est suspect en raison d’une soumission incertaine. Ce peuple reste, en dépit de toute la rhétorique assimilationniste, un sauvage grossièrement civilisé dont les Français se méfient. Et même lorsqu’il vote “bien”, c’est-à-dire pour le pouvoir en place à Paris, ce même pouvoir s’en tient éloigné. Bastion électoral de François Hollande puis d’Emmanuel Macron, la Bretagne a constamment été “remerciée” de son soutien par ces chefs par une franche indifférence mêlée de mépris. C’est normal : les Bretons, dont l’esprit n’est pas commerçant, ne négocient jamais leur soutien politique. Sincérité naïve de peuple à la cohésion naturelle que lui assure un sang encore pur, mais qui ne paie jamais face à un état latin peuplé de métèques calculateurs qui se haïssent mutuellement et ne voient l’Etat que l’instrument d’exploitation féroce de leurs voisins.

Le grand ralliement sociétal des Bretons à la gauche française, radicale ou bourgeoise, a lieu à partir de l’élection présidentielle française de 1974. Les masses bretonnes sortent alors massivement de l’économie agricole depuis l’après-guerre et s’urbanisent. La puissante Eglise Catholique de Bretagne, s’effondrant finalement comme force sociale après une lutte d’un siècle contre les républicains et les révolutionnaires, appelle, par ses organisations de jeunesses ralliées au socialisme que sont la JAC et la JOC, à voter pour François Mitterrand et le Parti Socialiste français. Une génération entière bascule, presque instantanément, à gauche. La francisation est pleinement intégrée comme une unique possibilité d’ascension sociale et avec elle, les mythes du “Progrès” dont la gauche impérialiste française prétend avoir le monopole. Les Bretons, pour devenir fonctionnaires ou s’expatrier, ne jurent que par l’abandon de la vieille civilisation celto-catholique, le rejet de la langue bretonne et la francisation culturelle. L’égalitarisme chrétien, jadis organisé communautairement au sein des immuables paroisses rurales bretonnes, mute en égalitarisme post-chrétien, pétitionnaire, urbain et anonyme, d’expression française, aligné sur les obsessions de la bourgeoisie cosmopolite parisienne.

Les Bretons n’ont jamais spontanément adhéré à la gauche impérialiste française. Aucun basculement de cette nature n’aurait eu lieu sans la colonisation française. Assimilés sous la contrainte par le régime républicain dans les écoles de l’Etat français à la fin du 19e siècle, ils ont exprimé politiquement les conséquences d’une acculturation qu’ils ont subi.

Ce ralliement à la gauche française est passé par un puissant phénomène d’acculturation de masse, paradoxalement contré par une réaction simultanée d’une nouvelle jeunesse autonomiste. La génération bretonne née après la guerre qui abandonne la religion catholique, les campagnes et la langue bretonne pour la francisation urbaine sous la direction de la gauche française est celle qui engendre Alan Stivell, Diwan et le FLB. Cette opposition générationnelle, minoritaire, à la francisation a eu lieu dans un rapport de force social, politique, institutionnel et culturel extraordinairement déséquilibré. S’opposer à ce moment-là à la France au nom de la Bretagne, réputée arriérée et finie, qui plus est face à l’utopisme de la gauche post-68arde qui prend le contrôle social et culturel de l’Hexagone à partir des années 70, c’est convoquer le passé contre le mythe du progrès, la misère traumatique des campagnes contre la modernité des villes, le repli de village contre l’ouverture à Paris, donc, pense-t-on, au monde. Déjà insensé dans les années 1960, cette position était celle de Breiz Atao en 1919 quand, au lendemain de la plus grande victoire militaire de l’histoire de France, une poignée d’étudiants bretons proclament la nationalité bretonne comme fait politique face à un empire au fait de sa puissance.

La gauche en Bretagne est premièrement la synthèse de cette contradiction interne insoluble entre l’impératif absolutiste en faveur de l’égalitarisme total porté par un état omnipotent d’un côté et le différentialisme ethnique qu’expriment ataviquement les Bretons de l’autre.

Deuxièmement, elle est très souvent le masque d’un opportunisme ethnique qui préfère se mouvoir dans le sillon de la force dominante plutôt que de l’affronter, les Bretons ayant acquis un complexe d’infériorité après plus d’un siècle d’exposition au mythe civilisateur français.

Troisièmement, quand elle est radicale, l’adhésion revendiquée à la gauche en Bretagne est souvent une sorte de talisman d’invulnérabilité qui permet d’écarter les procès politiques des structures coloniales françaises en dérive ethno-différencialiste, donc inégalitariste. Cette menace d’excommunication par l’Eglise égalitaire hexagonale a une formidable capacité d’intimidation auprès des post-Catholiques bretons qui veulent passer en contrebande leur paganisme qu’est leur originalité ethnique.

Quatrièmement, une complaisance dans le misérabilisme qui, chez les Bretons, s’exprime par un fatalisme mêlé de tendances autodestructrices.

Instinctivement acquis aux hiérarchies établies, face à la France, les Bretons opèrent toujours, consciemment et inconsciemment, en intériorisant leur position de faiblesse, dans un rapport de un à dix, voire de un à quinze. Ils évitent donc d’instinct la confrontation directe et optent pour des approches d’infiltration et de détournement des structures étatiques de l’état occupant. Toutefois, cela reste une tentative schizophrénique de concilier les oppositions fondamentales que suscite l’occupation de la Bretagne par un état étranger qui dénature les esprits bretons en imposant ses catégories mentales.

C’est dans ce contexte général d’acculturation et d’aliénation ethno-psychologique qu’il faut interpréter la personnalité politique bretonne, qui reste celle d’un peuple systémiquement privé de son identité ethnique comme de ses droits par un état étranger hostile. Quand un Français ose se plaindre du comportement politique breton, le colon insolent doit se voir rappeler que c’est son pays, la France, qui a façonné les mentalités de la Bretagne moderne par le saccage culturel perpétré par son état et que ce qu’il contemple, c’est l’œuvre de la “civilisation” française. Si le tableau lui déplaît, il nous déplaît bien davantage et c’est la raison pour laquelle nous voulons mettre un terme à l’annexion de la Bretagne par la France et chasser cet état porté à la sauvagerie hors de notre pays.

Pour sortir de cette impasse historique, le seul et unique remède est l’exaltation de la fierté de la race bretonne, le réveil de la soif de domination des jeunes Bretons sur leur terre, bref, le nationalisme breton et sa conclusion logique : la libération de la nation bretonne par la restauration de son Etat.

Pour rejoindre le PNB : [email protected]