Quimper : la maire socialiste Isabelle Assih lance une campagne pour repeupler la ville de colons parisiens

Quimper : la maire socialiste Isabelle Assih lance une campagne pour repeupler la ville de colons parisiens

Nouvelle provocation des socialistes français, cette fois à Quimper. La clique socialiste menée par l’amatrice d’exotisme Isabelle Assih, à la tête de la municipalité de Quimper depuis 2020, appelle à la colonisation pure et simple de la Cornouaille par les Parisiens.

Comme de juste, la presse d’état française somme le peuple breton de se taire et d’obéir, en pleine envolée spéculative des prix de l’immobilier sous l’effet de de la colonisation de peuplement française.

Exemple, avec la télévision d’état coloniale France 3 :

Notre analyse, déjà formulée pour la ville de Pontivy, elle aussi victime de la prédation de la bourgeoisie impérialiste française, doit être reproduite in extenso.

Il suffit de changer “Pontivy” par “Quimper” et “Christine Le Strat” par “Isabelle Assih” pour constater qu’elle s’applique à l’identique :

L’africanisation et la parisianisation de la ville ont atteint le stade du remplacement pur et simple de la population bretonne. C’est de cela dont il s’agit lorsque la presse d’état parle avec enthousiasme “d’augmentation” de la population.

Le peuple breton est pris dans la tenaille d’une double colonisation, résultat de l’impératif économique dicté par la bourgeoisie impérialiste française en Bretagne.

Par le bas via l’immigration extra-européenne de “compensation” exigée et organisée par la bourgeoisie française – son mandarinat politico-administratif et le patronat – qui en fait sa principale variable d’ajustement face à la dépression démographique autochtone. 

Par le haut avec l’installation de cette même bourgeoisie française prédatrice dans les villes bretonnes qu’elle peut racheter grâce à la plus-value que ce dumping migratoire constant lui procure.

Pour le peuple breton, c’est la double peine : évincement de ses terres historiques et tiers-mondisation de ses conditions de vie.

En Bretagne, colonisation de peuplement allogène et prédation bourgeoise française trouvent leur expression parfaite dans la célébration de la presse d’état à chaque annonce de la “croissance” de la population. Le peuple breton est ainsi prié par les plumitifs de l’impérialisme français de se féliciter à longueur d’articles de sa disparition, de son évincement social, culturel et économique de son propre pays. Comble de la perfidie de cette propagande anti-bretonne, toute opposition populaire bretonne à cette politique cannibale est diabolisée au prétexte hypocrite de “l’antiracisme”, arme idéologique de la bourgeoisie française pour disqualifier toute opposition à sa voracité.

Cette politique prédatrice nécessite, comme le souligne l’article, la collaboration active des politiciens compradore de la bourgeoisie locale. En l’occurrence, à Pontivy, celle du maire Christine Le Strat qui ne manque jamais une occasion d’exprimer sa totale servilité à l’endroit de l’Etat Français en arborant l’écharpe tricolore du pouvoir colonial. 

Rappelons que la bourgeoisie bretonne a systématiquement trahi le peuple breton au profit de l’Etat Français à travers les siècles. En échange de quelques miettes cédées par la grande bourgeoisie parisienne, elle a toujours été l’instrument de l’oppression française en Bretagne, tout particulièrement dans le domaine linguistique. Notre époque ne fait pas exception, mais il s’agit désormais d’une politique de colonisation intégrale et de nettoyage ethnique par procuration. A cet égard, faire preuve de faiblesse face aux suppôts locaux de Paris, politiques ou médiatiques, serait une grave erreur de jugement.

Le Parti National Breton fixe comme ligne non-négociable le primat de l’intérêt historique du peuple breton sur toutes les considérations prétendument “économiques” que dictent la bourgeoisie française et ses relais coloniaux en Bretagne. Il dénonce la politique de remplacement migratoire dont se glorifient les traîtres et réitère son dogme national : la Bretagne aux Bretons !

Face à la politique de nettoyage ethnique que mène la bourgeoisie française contre la nation bretonne, la nation bretonne, par la voix de son Parti, le Parti National Breton, riposte en état de légitime de défense et fixe comme objectif politique indissociable de la libération de la Bretagne l’expulsion de tous les étrangers indésirables du territoire breton. 

Le Parti National Breton appelle tous les Bretons à s’organiser en le rejoignant pour faire triompher la juste cause nationale face aux ennemis mortels de notre peuple. Car c’est de la survie du peuple breton qu’il est désormais question.

Face à l’alliance de la bourgeoisie impérialiste française et de la bourgeoisie comprador locale dont les socialistes sont le bras politique, la réponse du peuple breton doit être l’auto-défense nationaliste, la lutte contre la prédation étrangère et l’indépendance nationale.

Le Parti National Breton ne laissera pas les spéculateurs venus de France réduire la Bretagne à l’état de colonie, rendre impossible l’accès au logement pour les Bretons, seuls maîtres légitimes de la Bretagne, et les subordonner à des étrangers indésirables comme des domestiques dans leur propre pays. Le Parti National Breton, à Quimper comme ailleurs, ripostera par un seul et unique principe d’action et d’unité : la Bretagne aux Bretons.

Pour protester contre les agissement du gang socialiste quimpérois :

Email : [email protected]

Tél : 02 98 98 89 89 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]