Callac, zemmourisme et le piège du bougisme réactionnaire français : ce que le nationalisme breton veut et ce qu’il ne veut pas

Callac, zemmourisme et le piège du bougisme réactionnaire français : ce que le nationalisme breton veut et ce qu’il ne veut pas

[PNB] Une manifestation est organisée par le mouvement réactionnaire français d’Eric Zemmour le 5 novembre, à Callac. Elle vise, en théorie du moins, à manifester une opposition à l’implantation de migrants d’Afrique dans cette commune, à l’initiative de la famille parisienne Cohen, avec l’appui des autorités d’occupation française et de la gauche hexagonale. 

Dès le printemps dernier, le Parti National Breton a fait connaître son opposition à ce projet et dépêcher des militants sur le terrain afin d’alerter la population de Callac sur la nature et la portée de ce projet. 

S’il a fait directement connaître aux habitants sa position, de par l’expérience de ses militants, le Parti National Breton sait que ce type de manifestations orchestrées par des boutiques politiques françaises relève, au plan théorique, de ce que l’on appelle le bougisme d’extrême-droite hexagonal, expression des contradictions internes de la société française en Bretagne. Ces réactions désordonnées, qui attirent invariablement des éléments bretons petits-bourgeois dénués de conscience nationale structurée, n’ont rien de nouveau : jadis, le monarchisme français récupérait l’opposition chouanne au régime républicain pour ne servir, en définitive, que le même maître, la marâtre française.  Plusieurs tentatives petites-bourgeoises hexagonales similaires ont vu le jour ces vingt dernières années, avec un résultat identique car ses fondements coloniaux sont identiques : le Mouvement Régionaliste Breton du MNR français, Jeune Bretagne des Identitaires français, enfin l’agitation zemmouriste sporadique du mouvement hétéroclite français “Reconquête”.

La fièvre réactionnaire locale produit régulièrement ses impuissantes gesticulations dont le seul effet est d’encager le sentiment ethnique breton pour le subordonner aux intérêts français tels que perçus par la faction droitiste hexagonale. Encore et toujours, les mêmes scènes confusionnistes où se mêlent la bannière nationale bretonne et le tricolore du pouvoir colonial français, le même qui organise par ailleurs de remplacement démographique, dans un mélange des genres typique des éléments bretons atteints de schizophrénie identitaire. Une fois cette poussée de fièvre passée, il n’en reste rien.

Qui se souvient encore de la manifestation contre la venue de migrants à Trégastel organisée en 2016 par la réaction française ? 

Celle de Trégunc, en 2016 ?

Celle d’Arzano, en 2019 ?

Comme de juste, celle de Callac, le 5 novembre, perpétue ce principe de récupération du sentiment ethnique breton pour les mettre à la remorque du brouet droitiste hexagonal.

Ayant appris de ce processus réactionnaire en Bretagne, l’Emsav a émergé après la Première Guerre Mondiale pour poser la question bretonne dans son cadre national, et non plus dans le cadre aliénant français qui nie, par définition, la nationalité bretonne, et prive donc la nation bretonne des moyens de se libérer de la société française aliénante. En un mot, le nationalisme breton n’est pas une école de supplétifs de l’extrême-droite française, a fortiori sous la direction d’un immigré d’Afrique du Nord comme Eric Zemmour qui brode sur le thème patriotard hexagonal. C’est un projet révolutionnaire de rupture avec l’Etat français, son régime républicain et sa société cosmopolite, un projet de redressement ethno-national.

Au risque de formuler une évidence : brailler pendant deux heures contre des Noirs, à l’appel du parti d’un journaliste parisien d’origine judéo-berbère, ne forge pas une communauté ethno-nationale bretonne. 

Le Parti National Breton entreprend une tâche sans rapport avec l’agitation et le spontanéisme populiste. Là aussi, l’expérience historique conforte sa position. L’épisode des Bonnets rouges a démontré de manière spectaculaire la différence entre une jacquerie et une révolution. Faute d’une direction politique révolutionnaire nationaliste, ce mouvement, pourtant pré-national, a été récupéré par le réactionnaire régionaliste Christian Troadec et n’a pas pu dépasser le stade de l’impuissante protestation clientéliste mise au service d’une boutique assujettie à l’Etat français.

La mission du Parti National Breton n’est pas d’encourager les mêmes causes tout en espérant des effets différents.

En plus de cette dimension théorique fondamentale entre réaction française et révolution bretonne, s’ajoute la méthodologie pratique de l’impérialisme français.  Ces manifestations stériles, en plus de proroger l’aliénation du sentiment ethnique breton en le subordonnant au nationalisme hexagonal, sont d’ordinaire utilisées par la police politique française pour procéder à un fichage extensif des personnes présentes. Pour s’assurer que le terrain breton reste sous contrôle, elle mobilise, par ses réseaux de complices, l’aile gauche du spectre politique hexagonal, en l’espèce les agitateurs dits “antifas”. Des incidents sont suscités et documentés, puis utilisés ultérieurement, s’il est nécessaire, pour les besoins du ministère de l’Intérieur français qui a régulièrement le soucis de justifier sa répression.

Parce qu’il récuse le bougisme petit-bourgeois droitiste comme un sous-produit parisien, qu’il juge le spontanéisme comme une erreur organisationnelle élémentaire, le Parti National Breton s’inscrit dans une démarche radicalement différente, considérablement plus difficile, mais incomparablement plus juste, qui est celle de la construction dans la longue durée d’un parti authentiquement national, qui traite les causes de la dégénérescence de la nation bretonne au lieu de disserter sur les conséquences de celle-ci. Cela implique une discipline révolutionnaire exigeante et d’identifier correctement l’ennemi ainsi que les priorités stratégiques et opérationnelles.

Le Parti National Breton trace une voie nouvelle qui est une voie spécifiquement bretonne, par et pour les Bretons. Il aborde toutes les questions sous cet angle et prépare l’avènement de l’Etat breton à partir de cette approche révolutionnaire. Confiant dans l’imminente faillite de l’Etat français, il ne dévie pas de cet objectif. Quand le désastre sera consommé pour Paris, les Bretons chercheront une alternative intégrale qui ne sera pas la somme des contradictions de la société française en Bretagne. Ils chercheront une voie révolutionnaire. Le Parti National Breton entend préparer cette voie avec une volonté et une rigueur inébranlables.

Les nationalistes bretons laissent les morts enterrer leurs morts. 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

 

 

 

Callac : l’Etat colonial français impose 16 nouveaux migrants clandestins d’Afrique !

Callac : l’Etat colonial français impose 16 nouveaux migrants clandestins d’Afrique !

[PNB] Le média Breizh-Info indique, dans un message paru sur son compte Twitter ce mercredi, que le conseil municipal de Callac, dominé par la majorité néo-communiste de Jean-Yves Rolland, a annoncé l’implantation immédiate de 16 colons afro-musulmans sur le territoire la commune sur ordre du régime colonial français.

Déjà visée par le projet “Horizon” des millionnaires parisiens Cohen qui prévoit l’implantation d’un demi-millier de migrants extra-européens sur place, Callac est désormais ciblée par l’état colonial français et ses relais politiques compradores pour servir de laboratoire au nettoyage ethnique prévu pour les populations bretonnes. 

Pour le Parti National Breton, il s’agit là du plan génocidaire que prépare l’Etat colonial français pour le peuple breton depuis toujours. Sans lutte de libération nationale victorieuse, les Bretons se verront imposer l’implantation de 2 millions de colons afro-maghrébins durant les prochaines décennies.

Pour la nation bretonne, le choix est simple : c’est la résistance ou la disparistion.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Callac : Venu intimider la population avec la Gendarmerie, le maire de Callac avoue pas vouloir consulter les habitants car “80% des Callacois seraient contre” !

Callac : Venu intimider la population avec la Gendarmerie, le maire de Callac avoue pas vouloir consulter les habitants car “80% des Callacois seraient contre” !

[PNB] Cité par Breizh Info, le communiqué de l’association “Les Amis de Callac” fait état d’une déclaration aussi accablante que définitive sur le rôle d’idiot utile joué par le maire de cette commune ciblée par les millionnaires Cohen et l’Etat français pour y installer un demi millier de colons afro-musulmans :

L’association “Les amis de Callac” et ses environs, présente tôt ce matin sur le marché de Callac afin de proposer à la signature des Callacois la pétition demandant un référendum sur le projet Horizon, a noté une accélération très forte des demandes de signatures de la part des habitants. Tant mieux, celà prouve que les Callacois commencent à prendre conscience de la gravité de la situation. Dans la matinée, le maire Jean -Yves Rolland est arrivé, entouré de deux adjoints et suivi de la gendarmerie. Il a immédiatement été assailli de questions par une bonne trentaine d’habitants dont beaucoup lui ont dit vertement leur façon de penser. Les Callacois arrivés en nombre se sont relayés pour faire passer le même message » nous voulons être consultés ».

Les débats, extrêmement houleux, ont duré près de deux heures, durant lesquelles le maire nous a montré son vrai visage en nous avisant sans ménagement qu’il venait, comme par hasard, d’édicter un arrêté municipal interdisant toute pétition sur le marché. In fine le maire a mis définitivement bas le masque en nous disant « je n’organise pas de referendum car je sais bien que 80% des Callacois seront contre le projet. » Ces propos signent de façon évidente que le maire se moque bien de l’avis des Callacois. M. Rolland continue à faire régner à Callac la » chappe de plomb » qui a étouffé la ville durant les décennies de ses prédécesseurs communistes et veut imposer par la force et la ruse le projet Horizon aux Callacois.

Par cet aveu, le maire rouge Rolland témoigne lui-même de sa pleine conscience d’agir contre ses administrés, leur volonté et leurs intérêts. Le recours aux forces de sécurité coloniales pour intimider la population bretonne de Callac, en l’espèce la Gendarmerie française, l’illustre jusqu’à l’outrance.

Pour le Parti National Breton, cette déclaration démontre, bien que ce soit superflu, que le régime colonial français et ses pseudo “élus politiques” en Bretagne n’ont jamais représenté, ne représentent pas et ne représenteront jamais le Peuple breton. La couche “d’élus” qui opère en Bretagne n’est qu’un relais colonial servile des diktats de la bourgeoisie parisienne, via le réseau de ses préfets. En tant que telle, elle est prête à toutes les ignominies, toutes les trahisons pour faire les volontés de ses maîtres et défendre les intérêts français.

Le Parti National Breton appelle la population bretonne de Callac à poursuivre l’opposition totale et frontale au projet colonial dit “Horizons” imposé par l’Etat français. Avec plus de 500 allogènes afro-musulmans prévus par Paris pour une installation définitive dans cette commune de 2,000 habitants, c’est le nettoyage ethnique de la population bretonne qui est recherché par les autorités d’occupation françaises.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Implantation de 100 migrants afro-musulmans à Callac par l’Etat français : le PNB dit non !

Implantation de 100 migrants afro-musulmans à Callac par l’Etat français : le PNB dit non !

[PNB] Le Parti National Breton a mené une action spéciale sur la commune de Callac, actuellement menacée par un projet de repeuplement colonial piloté par les millionnaires parisiens COHEN sous la supervision de l’Etat français. Le projet, véritable provocation française contre la nation bretonne, prévoit l’implantation forcée d’une centaine de migrants afro-musulmans au cœur de Callac, transformant effectivement ce village en future zone de peuplement islamique.

Le Parti National Breton avertit le Peuple Breton : il s’agit d’un ballon d’essai menée par la clique parisienne, clique qui considère la Bretagne comme une simple dépendance coloniale. Si ce projet de nettoyage ethnique par remplacement démographique réussit à Callac, d’autres communes bretonnes seront ciblées par le régime français. Les conséquences sont connues : explosion du crime, agressions sur fond de racisme antiblanc, développement rapide de l’islam radical, règlements de comptes ultra-violents entre gangs allogènes pour le contrôle du trafic de drogue, viols collectifs de femmes européennes, etc..

Par cette politique, le but stratégique de l’Etat français est d’imposer 2 millions de colons afro-musulmans en Bretagne d’ici la seconde moitié du 21e siècle. Ils sont déjà entre 300,000 et 400,000 actuellement. Une coalition d’ennemis du Peuple Breton – élus corrompus, agitateurs d’associations marxistes stipendiées par Paris, patrons véreux, spéculateurs parisiens qui entendent réaliser des profits colossaux grâce à cette politique de repeuplement – veut ainsi prospérer de ce nettoyage ethnique à grande échelle.

Le Parti National Breton ne reste pas l’arme au pied, ses militants sont en alerte ! Il organise dès à présent la résistance populaire bretonne à la submersion migratoire que veut imposer l’Etat français en Bretagne. Il appelle tous les Bretons conscients de la gravité de l’heure à rejoindre ses rangs immédiatement pour mener la contre-offensive.

Le Parti National Breton affirme que cette menace existentielle ne cessera pas tant que l’Etat français n’aura pas été chassé de Bretagne et que l’Etat breton n’aura pas été restauré pour assurer la défense de la nation bretonne face au péril de l’afro-islamisation française. 

 

 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Callac (2000 habitants) : les millionnaires COHEN de Paris et le maire félon Rolland veulent repeupler la commune avec des CENTAINES de migrants musulmans

Callac (2000 habitants) : les millionnaires COHEN de Paris et le maire félon Rolland veulent repeupler la commune avec des CENTAINES de migrants musulmans

[PNB] Les militants du Parti National Breton se sont déplacés en urgence jeudi 15 avril 2022 dans la commune de Callac (Côtes d’Armor) pour assister à une surréaliste réunion organisée à la dernière minute par la richissime famille COHEN (de Paris) et le maire Jean-Yves Rolland. Le but de cette réunion était d’imposer à la population un projet de colonie de peuplement afro-musulmane d’une centaine de têtes dans la commune.

Sous couvert d’une épaisse couche de propagande lénifiante sur le thème du multiculturalisme et du sans-frontiérisme, les millionnaires COHEN, conformément à une tradition culturelle bien établie, ont compris tout l’intérêt qu’il y avait à défiscaliser leurs profits via des mécanismes sociaux pro-migrants tout en accélérant le nettoyage ethnique contre les populations de souche européenne par l’arme du remplacement démographique. Les millionnaires COHEN ont jeté leur dévolu sur Callac afin de réaliser l’opération spéculative.

En cela, les richissimes spéculateurs COHEN sont aidés par la presse d’état française, Ouest-France en tête, qui écrase la population de Callac sous les slogans et les menaces en cas d’opposition.

Les millionnaires COHEN et le maire félon Rolland, signant le projet de colonisation islamique de Callac

Les millionnaires COHEN reçoivent également le concours du maire de gauche Jean-Yves Rolland, félon qui est à l’évidence au cœur d’un montage financier conclu secrètement avec les spéculateurs parisiens précités.

Nos militants présents sur place ont donc assisté à la réunion où les héritiers COHEN ont pu, avec l’aide du traître Rolland, dérouler leur terrifiant programme de remplacement ethnique dont ils attendent de larges retombées financières de la part du Fisc français. Des commissaires politiques, notamment issus de l’organisation stipendiée par la préfecture AMISEP, étaient présents pour intimider les habitants qui assistaient à la réunion. Toutes les critiques et questions de ceux-ci ont systématiquement été balayées par les millionnaires COHEN, rompus au marchandage de tapis. D’évidence, la cabale est déjà nouée et la réunion publique n’était qu’un simulacre pour donner le change médiatique.

Pour une commune de 2,000 habitants, rien moins que 60 familles venues du tiers-monde afro-musulman seraient implantées de force à Callac où elles bénéficieraient de la priorité pour la totalité des services et “emplois”. Interrogés sur le fait que jamais aucun jeune Breton de Callac n’a jamais bénéficié de cette pluie d’opportunités, le maire et les organisateurs COHEN ont systématiquement botté en touche. Face aux questions d’ordre financier, les millionnaires COHEN ont été encore plus fuyants, visiblement inquiets que le peuple n’y regarde de trop près.

Marie-France COHEN, millionnaire, veut repeupler Callac d’une première centaine de colons afro-musulmans, pour commencer

L’un des millionnaires COHEN a même souligné, hilare face à l’assemblée bretonne prise en otage, que la richissime famille parisienne avait choisi Callac “pour sa Caisse des Allocations Familiales” : autrement dit, la débordante natalité afro-islamique pourra être financée par les caisses du département des Côtes d’Armor, remplies par les contribuables bretons, tandis que la richissime famille COHEN défiscalisera au maximum. Plus les COHEN implanteront de colons afro-musulmans à Callac, plus ils s’enrichiront.

Nous avons affaire à la convergence de carnassiers : le patronat local se voit promettre de la main d’œuvre occasionnelle à bon marché, tandis que les associations d’extrême-gauche financées par la préfecture des Côtes d’Armor se frottent déjà les mains à l’idée de recevoir de larges émoluments prélevés sur les contribuables. Les politiciens locaux, achetés, participent du montage. Les millionnaires COHEN quant à eux pourront défiscaliser à outrance. Le tout est présenté aux habitants par la presse d’état corrompue comme une “obligation morale” de droit divin : le peuple n’a pas à avoir le choix, il suffisait d’y penser.

Le Parti National Breton peut affirmer que la cabale est organisée au plus haut niveau : venus de Paris, les millionnaires COHEN se déplacent dans la commune de Callac sous la protection étroite de la Gendarmerie française, signe que le gouvernement français, partie prenante de cette entreprise spéculative de remplacement ethnique, redoute la colère de la population bretonne. Cela prend une telle proportion que le Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) de Guingamp était sur place, traquant le moindre signe d’opposition populaire. Qu’on ne s’y trompe pas, les Bretons de Callac sont traités par l’Etat Français comme des populations colonisées dont les spéculateurs de Paris peuvent disposer comme la France coloniale disposait des Africains en 1913.

Si ce projet est imposé à la population de Callac, la suite est évidente : rongée par la tiers-mondisation islamique, la population vivra dans la terreur quotidienne. Explosion de la criminalité, du trafic de drogue, agressions en tous genres, notamment sexuelles, salafisme : ce que vivent déjà Nantes, Rennes, Saint-Brieuc, Brest, Lorient sous l’effet de l’immigration afro-orientale deviendra la norme dans ce village, défiguré par les millionnaires COHEN et le félon Rolland. Les habitants devront raser les murs, de peur d’être lynchés ou surinés pour un “mauvais regard”. Le regroupement familial jouant à plein, ce seront à terme des CENTAINES de colons afro-musulmans qui seront établis à Callac, devenu un foyer de pestilence et de fanatisme religieux.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets. 

Le Parti National Breton était à Callac pour poser les bases de la résistance totale à la submersion des millionnaires COHEN et du félon Rolland

Le Parti National Breton entend organiser la résistance à ce projet des spéculateurs COHEN dans la durée. Il appelle les habitants de Callac et de ses environs à l’informer de toutes les actions de la municipalité et de ses membres, de la moindre activité suspecte.

Le Parti National Breton peut d’ores et déjà avertir le maire Jean-Yves Rolland et sa clique que leurs pas seront attentivement observés et qu’à la moindre faute, y compris personnelle, la riposte légale et médiatique sera immédiate et impitoyable. Le Parti National Breton va organiser l’agitation permanente, exploiter la moindre faille et transformer le quotidien des bandits de la municipalité en une série interminable de conflits politiques et légaux. Le Parti National Breton s’assurera de faire de la commune un véritable théâtre d’affrontement politique permanent. Il n’y aura aucun répit.

Les militants du Parti National Breton ont le temps, les ressources, l’appui de l’opinion populaire et surtout la volonté d’exploiter à outrance la situation pour en faire un formidable levier contre les autorités françaises et leurs complices locaux.

Pour le traître Rolland et ses complices, c’est le début d’une longue descente aux enfers. Pour l’Etat Français, le début d’un désastre politique en Bretagne intérieure.

Pour faire savoir ce que vous pensez à la mairie de Callac :

Tél : 02 96 45 81 30

FAX : 02 96 45 91 70

E-mail : [email protected]

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Rejoindre le PNB : [email protected]