Le Parti National Breton félicite le gouvernement du Burkina Faso pour sa victoire contre l’impérialisme français

Le Parti National Breton félicite le gouvernement du Burkina Faso pour sa victoire contre l’impérialisme français

[PNB] Le Parti National Breton salue la décision du gouvernement du Burkina Faso d’expulser l’armée française de son territoire dans le cadre de sa lutte pour la conquête de la souveraineté nationale. Cette décision marque une nouvelle étape dans le déclin inéluctable de l’impérialisme français en Afrique et dans le monde. 

La nation bretonne s’inspirera de cette défaite pour mettre fin à l’occupation de la Bretagne par le régime colonial français et hâter l’expulsion de ses forces armées de notre pays. 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

413 milliards d’euros de plus pour l’impérialisme français : l’Etat français est l’ennemi des travailleurs bretons !

[PNB] L’Etat français a annoncé une hausse du budget de son armée de 33%, passant de 265 à 413 milliards d’euros sur la période 2023-2030. Elle correspond à l’alignement de la France sur l’OTAN dans la campagne menée par le système américain contre la Russie.

Sa finalité est la participation de l’Etat français à la guerre internationale en préparation dont la bourgeoisie française escompte retirer des fruits en qualité de vassale de Washington.

Cette annonce a été faite alors que la hausse des prix touche sévèrement la population bretonne et que Paris exige des actifs bretons qu’ils travaillent jusqu’à 43 ans. A l’évidence, dès lors qu’il s’agit de commander du matériel pour participer à la guerre de rapine planifiée, Paris n’a aucun problème budgétaire.

Pour le Parti National Breton, cette décision illustre l’exploitation du Peuple Breton par l’état impérialiste français pour les besoins de ses buts criminels. Cette fuite en avant à laquelle se prépare l’Etat français souligne la nécessité de gagner l’indépendance complète de la Bretagne. Pour la paix et pour que fruit du travail breton bénéficie aux Bretons seulement et non au régime colonial de la bourgeoisie française, l’indépendance de l’Etat breton est une nécessité chaque jour plus évidente.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

Livraison de chars de combat par la France à l’Ukraine : la Bretagne ne veut pas d’une guerre pour Macron et Zelensky !

Livraison de chars de combat par la France à l’Ukraine : la Bretagne ne veut pas d’une guerre pour Macron et Zelensky !

[PNB] Le gouvernement français a annoncé son intention de livrer des chars de combat à l’Ukraine. Par cette décision, Emmanuel Macron, président de la république française, a indiqué vouloir armer Kiev jusqu’à la “victoire” contre la Fédération de Russie. 

Cette politique belliciste qu’impose Paris à la Bretagne menace les intérêts de la nation bretonne en l’exposant à de graves conséquences énergétiques, économiques et sécuritaires. L’intérêt national de la Bretagne est de préserver sa neutralité et de refuser l’escalade imposée par Paris en Ukraine qui ne peut que déboucher sur une guerre européenne.

Le Parti National Breton souligne l’importance du recouvrement de l’indépendance nationale afin que la Bretagne redevienne la maîtresse de sa politique extérieure. Seule l’indépendance de la Bretagne, par sa neutralité retrouvée, garantira pour les Bretons des relations pacifiques avec l’ensemble des autres nations d’Europe. 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

Renforcement de l’occupation de Brest par la marine française : le PNB exige l’arrêt du viol de la souveraineté bretonne par la France

Renforcement de l’occupation de Brest par la marine française : le PNB exige l’arrêt du viol de la souveraineté bretonne par la France

[PNB] Le Parti National Breton dénonce avec vigueur le déploiement illégal et illégitime par l’Etat français de trois navires de guerre supplémentaires à Brest, ainsi que celui de 600 de ses marins.

Ce déploiement unilatéral par l’état colonial, prévu pour 2026, expose davantage encore le peuple breton aux conséquences militaires de la politique belliciste poursuivie par l’impérialisme français.

Le Parti National Breton rappelle la position de droit de la nation bretonne. Conformément au droit international, la Bretagne demeure un état occupé illégalement par la France. La durée de l’occupation ne confère aucun droit à l’occupant et certainement pas celui de renforcer cette occupation. Aucun déploiement de troupes étrangères, dans le cas d’espèce, par la France, ne peut se faire sur le territoire national de la Bretagne sans l’accord de son gouvernement. 

Le Parti National Breton exige le respect de la souveraineté nationale de la Bretagne par la France, qu’elle cesse ses activités militaires illégales sur le territoire national breton et qu’elle mette un terme à l’occupation civile et militaire de la Bretagne. 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

JO 2024 : avec son bonnet phrygien pour symbole, Paris prend en otage les Jeux Olympiques pour sa propagande jacobine

JO 2024 : avec son bonnet phrygien pour symbole, Paris prend en otage les Jeux Olympiques pour sa propagande jacobine

[PNB] Paris veut faire des Jeux Olympiques de 2024 une tribune politique à la gloire du régime républicain et de l’idéologie terroriste sur laquelle la république française est fondée en 1793. C’est ce que reflète le choix d’un “bonnet phrygien” comme mascotte de ces jeux.

Ce choix politique constitue une provocation pour le peuple breton, martyr des crimes de masse commis par le système révolutionnaire français. Du démantèlement du parlement de la nation bretonne en 1789 aux noyades de Nantes en passant par la sauvage campagne de pacification de la Bretagne jusqu’en 1815, le bonnet phrygien incarne pour les Bretons, et pour l’Europe entière, le proto-totalitarisme que fut le jacobinisme français, juché sur sa guillotine et ses colonnes infernales. 

A cette provocation s’ajoute l’intention par Paris de supprimer tous les festivals de Bretagne, en 2024, pour ne pas faire nombre à la mise-en-scène du régime.

La prise en otage politique des Jeux Olympiques par le régime de Paris pour les besoins de son simulacre impérial démontre, s’il en était besoin, que ce système repose sur le fanatisme idéologique et le narcissisme d’une bourgeoisie parisienne qui croit encore être le centre du monde. Pour le peuple breton, il est urgent de rompre avec cet état qui sombre chaque jour un peu plus dans sa propre caricature.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

Lecture nationaliste du PNB : 14-18, la destruction des Bretons par l’impérialisme français

Lecture nationaliste du PNB : 14-18, la destruction des Bretons par l’impérialisme français

[PNB] Lecture nationaliste du Parti National Breton : 14-18, la destruction des Bretons par l’impérialisme français

Les mensonges de la propagande de guerre française encore répandus aujourd’hui en Bretagne par le pouvoir colonial et ses médias doivent être méthodiquement démontés avant de rétablir la vérité sur l’effroyable massacre des 200,000 Bretons par l’état impérialiste français durant le premier conflit mondial. Pas de libération nationale, sans vérité nationale !

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Breton, n’oublie pas les 200,000 Bretons sacrifiés par l’impérialisme français !

Breton, n’oublie pas les 200,000 Bretons sacrifiés par l’impérialisme français !

[PNB] En ce 11 novembre 2022, la nation bretonne commémore la mémoire des 200,000 Bretons tués par la France impérialiste lors de la guerre criminelle de 1914-1918.

Les Bretons, chair à canon

Face au révisionnisme d’état français, les chiffres dont les Bretons doivent avoir connaissance. L’Etat français mobilise lors de cette guerre 8,4 millions de soldats dont 583,000 sujets coloniaux extra-européens (environ 7%). Sur les 7,8 millions de soldats métropolitains mobilisés,  592 916 sont bretons (soit 7,38 % du total), c’est-à-dire autant que les sujets des colonies extra-européennes. Les Bretons de 18 à 48 ans sont mobilisés à hauteur de 65%, contre 56% pour les Français.

Sur cette durée, les 7,2 millions de soldats français mobilisés perdent 1,3 million d’hommes au front entre 1914 et 1918, soit 17% du total. D’après les autorités françaises, les 592,000 soldats bretons perdent 135,000 hommes dans les combats, soit près de 23% des effectifs totaux. Sur la base de ces seuls chiffres avancés par le régime colonial, les Bretons ont subi 27% de pertes de plus que les Français.

200,000 Bretons tués 

Le nombre total de Bretons tués doit toutefois être révisé. Une forte émigration bretonne est solidement établie en Normandie et en région parisienne avant le conflit. On compte 110,000 Bretons à Paris en 1911 et 54,000 Bretons dans l’ouest français en 1891 (source). Avant le déclenchement de la guerre, une part non-négligeable des quelques 200,000 Bretons établis en France est née hors de Bretagne et n’est pas comptabilisée de ce fait dans les pertes bretonnes, mais, comble du cynisme macabre, sont versées dans les pertes françaises. Sur ces 200,000 Bretons envoyés au carnage par l’impérialisme français, on peut estimer que 40,000 hommes ont été mobilisés et 10 à 15,000 tués durant la guerre, portant à 150,000 le nombre de Bretons tués entre 1914 et 1918.

L’étude des recensements de 1911 et de 1921 permet d’observer une chute démographique de 196,000 habitants en Bretagne sur la période. Les quelques 15,000 morts de l’épidémie de grippe espagnole recensés en Bretagne entre 1918 et 1921, maladie qui touche principalement les jeunes hommes, n’explique pas à elle seule cette chute. L’épidémie n’épargne d’ailleurs pas les démobilisés revenus du front et restés diminués par les blessures (balles, arme blanche, obus, gaz), la malnutrition, les maladies. Plus de 300,000 Bretons, sur les 592,000 mobilisés, ont été blessés à divers degrés durant les quatre années de guerre. Les gazés, en particulier, succombent après l’armistice aux maladies affectant le système respiratoire.  L’historien Antoine Prost évalue à 1 million le nombre de soldats morts après l’armistice, soit 10% de morts non-comptabilisés. 

Au total, ce sont 200,000 jeunes Bretons qui ont été broyés dans la guerre criminelle menée par la France impérialiste à partir de 1914.

La Bretagne, saccagée par l’impérialisme français

Les centaines de milliers de rescapés, blessés et traumatisés, seront remerciés par l’intensification de la destruction de leur culture et de leur langue par la puissance coloniale française. Faute d’une nation bretonne organisée, capable de défendre sa neutralité face à l’occupant français, les Bretons ont été menés au charnier par centaines de milliers dans une guerre qui ne les concernait pas, leur pays durablement saccagé par les menées du régime de Paris.

La leçon est décisive pour les Bretons. Tolérer la sujétion coloniale est fatale pour les Bretons, invariablement sacrifiés par l’impérialisme français sur l’autel des intérêts de son infâme bourgeoisie. L’Etat français, c’est la barbarie criminelle. Aujourd’hui, cette politique génocidaire se poursuit, plus radicale encore. Les descendants des soldats bretons, toujours privés de leurs droits nationaux, sont remplacés par les masses du tiers-monde dont se sert la bourgeoisie hexagonale contre le peuple breton. Même politique cannibale de pillage et de saccage. Plus jamais les Bretons ne doivent être utilisés par l’Etat français et ses guerres de rapine. 

Le réveil national ou la mort

Avec la création de Breiz Atao en 1919 et le réveil du nationalisme breton, c’est la lutte d’une nation martyrisée par la machine à détruire les peuples qu’est l’Etat français qui a été lancée face à l’histoire.

Les Bretons doivent se rappeler, à chaque fois qu’ils passent devant le monument aux morts de leur village, les noms de nos jeunes frères de race celtes qui ont vu le même clocher une dernière fois avant de partir mourir sur une terre qui n’était pas la leur, pour un état colonial criminel qui n’a jamais eu qu’un projet pour notre peuple : son exploitation féroce.

En 2022, le Parti National Breton poursuit le combat pour que le 21ème siècle soit le siècle de la victoire finale de la race bretonne sur son ennemi mortel : l’Etat français et sa tête, Paris.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

 

 

 

[30] Chiffres cités in GUYVARC’H, Didier, « La mémoire bretonne de 1914-1918 », art. cit., p. 220.

Le Parti National Breton dénoncé les propos négationnistes tenus contre le Peuple breton par le socialiste Bernard Poignant, agent du pouvoir colonial français

Le Parti National Breton dénoncé les propos négationnistes tenus contre le Peuple breton par le socialiste Bernard Poignant, agent du pouvoir colonial français

[PNB] Le Parti National Breton dénonce dans les termes les plus fermes les propos sidérants de haine tenus contre le Peuple breton par le socialiste français Bernard Poignant, dans les colonnes du journal Le Télégramme.

Bernard Poignant, servile agent du pouvoir colonial français âgé de 77 ans, a pu, grâce à la surprenante bienveillance de la rédaction de ce journal, se livrer à une violente diatribe négationniste sur fond de haine ethnique contre le Peuple breton, niant son existence pour mieux glorifier l’entreprise ethnocidaire menée par l’Etat français en Bretagne et commander aux Bretons soumission et docilité face aux crimes perpétrés par cet état contre eux.

Dans aucun état européen contemporain, une telle tribune ne serait accordée à un individu niant l’existence d’un peuple connu et reconnu depuis siècles, voire des millénaires lorsqu’on parle de la nation bretonne. Imagine-t-on un instant une tribune ouverte à un homme politique russe, invité à exposer l’inexistence de la nation ukrainienne et à feindre de s’interroger sur ce que serait “l’identité ukrainienne”, laquelle, s’empresserait-il d’ajouter, à l’instar de Poignant, ne pourrait être définie ? L’entreprise serait-elle imaginable, dans la même presse, à l’égard des Algériens, des Turcs ?

C’est l’abaissement du Peuple breton par le joug colonial français qui permet encore à de telles provocations d’être sciemment orchestrées.

Le Parti National Breton le dit avec clarté : le temps des insultes, de la haine ethnocidaire portée par une génération d’ennemis du Peuple breton au service de la puissance coloniale française, est révolu. Si les partisans de l’impérialisme français ont pu profiter de l’affaiblissement temporaire de la nation bretonne pour tenter de la détruire par le passé, le 21ème siècle n’a plus rien de commun avec les siècles précédents. A l’ère de la honte succède l’ère de la fierté ethno-nationale bretonne, solidement dressée sur ses racines celtiques, déterminée face à l’oppression française et à son projet d’anéantissement de notre nation.

Le régime français agonise. La nation bretonne, elle, se prépare à une spectaculaire renaissance. Les générations futures seront éduquées pour que rien des actes criminels entrepris contre leur peuple ne soit oublié. Ni ceux qui les auront commis et glorifiés.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

L’indépendance de la Bretagne, seule solution avant que la France n’entraîne la nation bretonne dans nouvelle une guerre mondiale !

L’indépendance de la Bretagne, seule solution avant que la France n’entraîne la nation bretonne dans nouvelle une guerre mondiale !

[PNB] Avec l’annonce d’une nouvelle augmentation de son budget militaire pour l’année 2023, en hausse de 11 milliards d’euros depuis 2017, Paris poursuit sa fuite en avant militariste.

Alors que le Peuple breton est sévèrement touché par les conséquences sociales et économiques produites par les sanctions unilatérales décrétées par le régime français contre la Russie, cette annonce de milliards d’euros supplémentaires au profit des marchands de canon et de l’outil de l’impérialisme français qu’est son armée témoigne du grave danger que représente la sujétion de la Bretagne à l’Etat français. 

Tandis que la France s’enfonce dans la crise de l’endettement, la paupérisation, les pénuries et la désindustrialisation à grande échelle, l’option de la guerre de rapine, y compris d’ampleur mondiale, est désormais à l’ordre du jour au sein de l’oligarchie française. L’expérience catastrophique de la Première guerre mondiale qui a mené à la mort de plus de 200,000 Bretons, sur le champ de bataille ou suite à leurs blessures, a éduqué la nation bretonne quant à la nature de l’impérialisme français et à sa sauvagerie intrinsèque.

Dans ce contexte international, le Parti National Breton réitère l’urgence de l’indépendance de la nation bretonne vis-à-vis de l’Etat français. Sans le retour de son indépendance nationale, ce régime en faillite ne peut plus qu’entraîner le Peuple breton dans une nouvelle catastrophe. Rompre avec l’Etat français, c’est choisir la neutralité et la paix pour la défense de la patrie bretonne.

Parallèlement à l’indépendance de la Bretagne et à la restauration de l’Etat breton, le Parti National Breton proclamera la neutralité de la nation bretonne. Cela impliquera le départ immédiat de toutes les forces armées françaises actuellement stationnées en Bretagne et le transfert de toutes les bases militaires bretonnes à l’Etat breton, seul état disposant de l’usage légal de celles-ci, une fois mis un terme à l’état d’occupation dans lequel se trouve la Bretagne. 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]