Islamisation : des islamistes menaçants hurlent “Allah akbar” dans les rues de Dublin

[DUBLIN] La scène a été filmée dans la principale avenue de la capitale irlandaise. Nos patries celtiques sont en danger, trahies par des politiciens sans scrupules.
Bretons, il est urgent de prendre conscience de la gravité de la situation et de prendre notre destin en mains !

🎧⚡️🔥 Notre podcast mensuel est sorti ! Pour l’écouter, cliquez sur ce lien https://rb.gy/ola31

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Rejoignez le PNB : [email protected]

 

The BNP expresses its deep concern about the Irish government’s censorship bill

The BNP expresses its deep concern about the Irish government’s censorship bill

[PNB] The BNP expresses its deep concern about the Irish government’s censorship bill. This law, which provides for the imprisonment of Irish citizens for their opinions, will inevitably lead to the oppression of the Irish people by the state and those who control it. 
Le PNB exprime sa profonde inquiétude face au projet de loi de censure du gouvernement irlandais. Cette loi, qui prévoit l’emprisonnement de citoyens irlandais pour leurs opinions, conduira inévitablement à l’oppression du peuple irlandais par l’Etat et ceux qui le contrôlent.
Breizh Atav !
Le Kuzul Meur du Parti National Breton
 
🎧⚡️🔥 Notre podcast mensuel est sorti ! Pour l’écouter, cliquez sur ce lien https://rb.gy/ola31

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Rejoignez le PNB : [email protected]

Impérialisme : en Irlande, le gouvernement pro-UE, pro-OTAN veut rompre avec la neutralité historique du pays

Impérialisme : en Irlande, le gouvernement pro-UE, pro-OTAN veut rompre avec la neutralité historique du pays

[EIRE] Il n’est pas surprenant que le gouvernement irlandais n’apprécie pas particulièrement Michael D. Higgins [président de la république d’Irlande, ndlr].

Le week-end dernier, les relations entre le président et le gouvernement se sont encore détériorées.

S’adressant au Business Post, le président Higgins a dénoncé les efforts déployés par le gouvernement pour se débarrasser de la neutralité irlandaise et s’aligner sur l’OTAN, une alliance militaire impérialiste dont les membres sont responsables de millions de morts civiles dans le monde. Ces efforts reviennent à “jouer avec le feu”, a déclaré le président au journal.

Higgins a raison : le soi-disant “débat” national sur la neutralité est une farce, orchestrée par des gens dont la mission est que l’Irlande abandonne sa louable histoire anticoloniale et devienne un complice mièvre des puissances impérialistes occidentales.

Le fait que la neutralité irlandaise ait été dégradée par les gouvernements successifs, en particulier au cours des deux dernières décennies, est bien documenté. Les avions de guerre américains se ravitaillent à l’aéroport de Shannon, les soldats irlandais participent à la militarisation de l’Europe et le gouvernement tente de promouvoir une industrie d’armement nationale.

Alors que tout cela se produit, les politiciens appellent à une discussion “réaliste”.

La dernière tentative flagrante de fabriquer un consentement à l’abandon de la neutralité est le “Forum consultatif sur la politique de sécurité internationale” du gouvernement, un “processus de consultation publique” de quatre jours qui se déroule aujourd’hui, rempli de militaristes et d’un assortiment d’autres bellicistes.

Michael D. Higgins

Il est difficile de ne pas être d’accord avec le président Higgins lorsqu’il qualifie le forum de “jeu de société” qui, sous des airs frivoles, aborde une question de vie ou de mort. La présidence est assurée par la célèbre universitaire Louise Richardson, une partisane des guerres américaines et britanniques au Moyen-Orient qui a de “très grandes lettre DBE” à côté de son nom [DBE pour Dame Commander of the British Empire, grade d’un ordre impérial britannique, ndlr], comme l’a fait remarquer Higgins, bien qu’il se soit excusé par la suite.

Il n’aurait pas dû.

Une personne qui détient le titre de “Most Excellent Order of the British Empire” n’est évidemment pas un choix approprié pour superviser une discussion sur la neutralité irlandaise. La position historique de l’Irlande, qui consiste à ne pas s’engager dans des alliances militaires, est due en grande partie à son histoire coloniale, à la partition actuelle du pays et au refus du gouvernement britannique de s’engager ouvertement dans des enquêtes sur les crimes de guerre commis pendant les Troubles.

Le parti politique socialiste People Before Profit estime que les orateurs anti-neutralité au Forum sont environ cinq fois plus nombreux que les orateurs pro-neutralité. Lorsque le député de gauche Paul Murphy a souligné le peu d’intervenants favorables à la neutralité, le Tánaiste Micheál Martin l’a accusé d’autoritarisme.

Le Taoiseach Leo Varadkar a ensuite déclaré que l’Irlande était désormais confrontée à des “menaces différentes”.

Parmi les dangers imminents qui feront l’objet de discussions, citons la sécurité des câbles sous-marins au large des côtes irlandaises, notre participation à l’oxymorique “Partenariat pour la paix” de l’OTAN et la cybersécurité, considérée jusqu’à récemment comme une question de police, alors même que les services de santé irlandais ont été victimes d’une violation catastrophique de leurs données en 2021.

Les participants parleront également de la suppression du mécanisme de triple verrouillage pour les déploiements des forces de défense irlandaises à l’étranger, qui stipule que n’importe lequel des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies – les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Chine, la Russie et la France – peut opposer son veto à la participation irlandaise aux missions de maintien de la paix de l’ONU. (L’Alliance irlandaise pour la paix et la neutralité a déclaré à la Tribune que cela ne s’était produit qu’une seule fois dans l’histoire de l’ONU : La Chine a empêché le déploiement de troupes irlandaises en Macédoine en raison de sa position sur Taïwan).

Les partisans d’une militarisation accrue ne semblent pas s’être rendu compte que les soldats de la paix irlandais sont respectés précisément en raison de leur neutralité, et non en dépit de celle-ci.

Dans certains coins de l’Occident, le soutien non critique à l’escalade du conflit en Ukraine est un test de pureté. Les dirigeants politiques irlandais sont impatients de le passer.

Lors du récent “retour au pays” de Joe Biden en Irlande – apparemment pour commémorer le vingt-cinquième anniversaire de l’accord du Vendredi saint, mais surtout une mission visant à nous conserver en tant qu’atout stratégique – Varadkar a remercié le président américain pour son “leadership” dans le conflit, ajoutant qu’il ne sait pas “dans quel genre de monde nous vivrions” sans les États-Unis.

Leo Varadkar, métis indien ouvertement homosexuel, premier ministre de l’Irlande 

Il serait préférable de tirer parti de ce qui reste de notre neutralité et d’appeler à des pourparlers de paix. Avec l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN, l’Irlande serait probablement la seule nation d’Europe occidentale à pouvoir contribuer de manière significative à l’arbitrage qui s’imposera inévitablement – espérons-le, pas après la mort de centaines de milliers d’autres personnes.

Au lieu de cela, nous nous joignons au chœur qui appelle à l’intensification de la guerre tout en déployant des efforts insuffisants pour accueillir les personnes qui la fuient.

Le gouvernement irlandais ne veut pas d’un débat sur la neutralité. S’il le voulait vraiment, il est peu probable qu’il aurait rejeté une motion demandant un référendum sur la question ou qu’il aurait ignoré des sondages démontrant un large soutien à la non-participation aux guerres étrangères et aux alliances militaires.

Voici ce qui se passe en réalité : des éléments influents de la bourgeoisie irlandaise – europhiles crédules, chauvins abjects et procéduriers fanatiques – aspirent à l’approbation des États-Unis et de Bruxelles au point d’être prêts à envoyer de jeunes Irlandais mourir à l’étranger, aggravant au passage le risque de guerre nucléaire.

Toute personnalité qui s’y oppose, en particulier les hommes politiques de gauche comme le président Michael D. Higgins, est susceptible de se retrouver dans leur ligne de mire.

Source : Tribune

Rejoignez le PNB : [email protected]

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Catastrophe démographique et identitaire à Dublin : stoppons l’immigration

Catastrophe démographique et identitaire à Dublin : stoppons l’immigration

[PNB] Dublin, capitale de l’Irlande, est méconnaissable. En seulement 20 ans, le régime pro-UE a transformé la ville en cloaque du tiers-monde. Comme dans cette vidéo filmée à Moore street.

Nous voyons le même processus dans nos villes bretonnes sous l’effet de la politique d’état française imposée à la Bretagne! Il est temps de réagir avant qu’il ne soit trop tard et de rendre la Bretagne aux Bretons! 

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Pâques 1916 : insurrection des nationalistes irlandais à Dublin

Pâques 1916 : insurrection des nationalistes irlandais à Dublin

[PNB] La révolution irlandaise de Pâques 1916 a été l’un des évènements les plus significatifs de l’histoire irlandaise. Cette insurrection armée a commencé le lundi de Pâques, le 24 avril 1916, lorsque les rebelles irlandais ont occupé plusieurs bâtiments clés à Dublin, dont la Poste centrale, la gare ferroviaire de Dublin et plusieurs sièges de compagnies d’assurances. Les rebelles ont hissé le drapeau de la République irlandaise sur le toit de la Poste centrale, annonçant ainsi leur intention de prendre le contrôle de la ville. Malgré l’échec militaire, la répression britannique va entraîner un soulèvement générale de l’Irlande.

La planification de l’insurrection

Patrick Pearse

Les rebelles irlandais avaient planifié leur insurrection pendant plusieurs mois. Leur plan était ambitieux : ils comptaient prendre le contrôle de Dublin et proclamer la République irlandaise. Les dirigeants de l’insurrection étaient le poète Patrick Pearse, l’homme politique James Connolly et le militant socialiste James Larkin.

James Connolly

Les rebelles avaient formé l’Armée républicaine irlandaise (IRA) en janvier 1916, dans le but de mener une insurrection armée contre la domination britannique. L’IRA était composée de plusieurs groupes différents, notamment l’Association des volontaires irlandais, la Ligue gaélique, et la Fédération socialiste irlandaise.

Les rebelles avaient également stocké des armes et des munitions dans plusieurs endroits de Dublin, notamment dans le Liberty Hall, le quartier général de James Larkin, et dans le dépôt de l’usine Guinness. Au total, près de 1,250 révolutionnaires irlandais participent à l’insurrection.

Les événements de l’insurrection

Le soulèvement a commencé tôt le matin du lundi de Pâques, le 24 avril 1916. Les rebelles ont occupé plusieurs bâtiments clés à Dublin, dont la Poste centrale, la gare ferroviaire de Dublin et plusieurs sièges de compagnies d’assurances. Les rebelles ont hissé le drapeau de la République irlandaise sur le toit de la Poste centrale, annonçant ainsi leur intention de prendre le contrôle de la ville.

Les premières heures de l’insurrection ont été marquées par une certaine confusion et des difficultés pour les rebelles. Leur plan initial était de prendre le contrôle des principales artères de la ville, mais cela n’a pas été possible en raison de la faible participation de la population et des forces de sécurité britanniques qui ont rapidement réagi. Quatre divisions sont acheminées en urgence en Irlande, soit 50,000. A la fin de la semaine, 16,000 soldats britanniques encerclent les insurgés.

Les combats les plus importants ont eu lieu dans la zone de la Poste centrale, qui a été l’un des bâtiments clés occupés par les rebelles. Les combats ont duré plusieurs jours, avec des tirs intenses entre les rebelles et les forces britanniques.

Malgré la résistance des rebelles, les forces britanniques ont finalement réussi à reprendre le contrôle de la ville. Les rebelles ont été forcés de se rendre après six jours de combats. L’IRA a perdu 64 tués et un peu moins de 1,200 soldats se rendent. 

Les conséquences de l’insurrection

L’insurrection de Pâques 1916 a eu des conséquences significatives pour l’Irlande et pour l’histoire de l’Empire britannique.

Tout d’abord, les dirigeants de l’insurrection, dont Patrick Pearse et James Connolly, ont été exécutés par les autorités britanniques. Cette décision a suscité une forte réaction en Irlande et dans le monde entier, contribuant à renforcer le mouvement nationaliste irlandais.

Ensuite, l’insurrection a marqué le début d’une période de troubles en Irlande, avec une montée de la violence entre les forces nationalistes et les forces britanniques. Les évènements de 1916 ont inspiré d’autres mouvements nationalistes en Irlande, notamment la Guerre d’indépendance irlandaise de 1919 à 1921.

Enfin, l’insurrection a eu un impact significatif sur l’Empire britannique, en contribuant à remettre en question la légitimité de la domination britannique sur ses colonies et en encourageant d’autres mouvements de libération nationale dans le monde.

Un point de vue pro-irlandais

Du point de vue des nationalistes irlandais, l’insurrection de Pâques 1916 a été un évènement fondamental dans la lutte pour l’indépendance de l’Irlande.

Les rebelles ont été motivés par une vision idéaliste de la République irlandaise, fondée sur des principes de liberté, d’égalité et de justice pour tous les citoyens irlandais. Ils ont combattu courageusement pour leur cause, faisant preuve d’un engagement inébranlable envers l’indépendance de l’Irlande.

Les exécutions des dirigeants de l’insurrection ont été perçues comme un acte de barbarie par les nationalistes irlandais, qui ont vu dans ces actes une preuve de la cruauté et de la brutalité de l’Empire britannique.

L’insurrection a également eu des conséquences positives pour l’Irlande, en contribuant à renforcer le mouvement nationaliste et à mobiliser la population en faveur de l’indépendance. Les évènements de 1916 ont également inspiré de nombreux Irlandais à rejoindre le mouvement pour l’indépendance et ont contribué à la création d’un État indépendant en 1922.

L’insurrection a également eu un impact sur l’histoire de l’Empire britannique. Elle a mis en lumière les contradictions de l’Empire et la nécessité de reconnaître les droits des colonies à l’autodétermination. De nombreux mouvements de libération nationale dans le monde ont été inspirés par les évènements de 1916 en Irlande, et l’insurrection a contribué à la décolonisation progressive de l’Empire britannique au cours du XXe siècle.

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Le Parti National Breton félicite la nation irlandaise sœur pour sa centième fête nationale

Le Parti National Breton félicite la nation irlandaise sœur pour sa centième fête nationale

[PNB] En ce 17 mars 2023, jour de la Saint Patrick, fête nationale de l’Irlande libre, le Parti National Breton – Strollad Broadel Breizh transmet ses félicitations au Peuple Irlandais.

Le Parti National Breton – Strollad Broadel Breizh exprime son souhait de voir la libération complète de l’Irlande se réaliser, aussi bien face aux forces occupant l’Irlande du Nord que face au régime néo-colonial de Dublin. L’Irlande aux Irlandais, la Bretagne aux Bretons !

On this March 17, 2023, St. Patrick’s Day and National Holiday of Free Ireland, the Breton National Party – Strollad Broadel Breizh sends its congratulations to the Irish People.

The Breton National Party – Strollad Broadel Breizh expresses its wish to see the complete liberation of Ireland achieved, both from the forces occupying Northern Ireland and from the neo-colonial regime in Dublin.

Ireland for the Irish, Brittany for the Bretons!

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Le Parti National Breton apporte son soutien à la révolte populaire irlandaise contre l’immigration de remplacement !

Le Parti National Breton apporte son soutien à la révolte populaire irlandaise contre l’immigration de remplacement !

[PNB] La révolte irlandaise contre l’immigration de peuplement imposée par le régime de pro-UE de Dublin s’intensifie. Après Finglas, c’est Artane, dans la banlieue de la capitale de l’Irlande, qui se soulève contre le coup d’état démographique organisé par les politiciens à la botte de la finance internationale !

Le Parti National Breton – Strollad Broadel Breizh apporte son plein soutien au peuple irlandais dans cette lutte pour la souveraineté !

L’Irlande aux Irlandais, la Bretagne aux Bretons !

The Irish revolt against the settlement immigration imposed by the pro-EU regime in Dublin is intensifying. After Finglas, it is Artane, in the suburbs of the capital of Ireland, which is rising against the demographic coup d’état organized by politicians in the pay of international finance !

The Breton National Party – Strollad Broadel Breizh gives its full support to the Irish people in this struggle for sovereignty !

Ireland to the Irish, Brittany to the Bretons !

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Face à l’immigration de peuplement, la nation irlandaise se révolte à Finglas !

Face à l’immigration de peuplement, la nation irlandaise se révolte à Finglas !

[PNB] Face à l’implantation massive de migrants clandestins par le gouvernement irlandais, et ce en pleine crise de la hausse du coût de l’alimentation et de l’énergie, le peuple irlandais se révolte.

A Finglas, les habitants sont descendus en masse dans les rues pour riposter face au remplacement démographique imposé par le régime pro-UE de Dublin. D’autres manifestations ont éclaté à travers le pays pour s’opposer à des projets identiques.

Comme la Bretagne, l’Irlande est la victime d’un vaste plan de repeuplement dictée par la finance, la bourgeoisie et le grand patronat, ennemis coalisés de la nation irlandaise.

Le gouvernement irlandais tente de temporiser en prétendant vouloir ralentir les arrivées. En réalité, seule une révolution nationaliste pourra mettre un terme à la trahison à grande échelle de la révolution de 1916 !

Le Parti National Breton – Strollad Broadel Breizh exprime sa solidarité avec la nation irlandaise et entend participer à une résistance populaire bretonne identique !

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Fête nationale irlandaise de la Saint Patrick

Fête nationale irlandaise de la Saint Patrick

[PNB] Le Parti National Breton souhaite une heureuse fête de la Saint-Patrick à nos cousins celtes d’Irlande.

Padrig (Padrig Maenwyn) était un Breton d’origine galloise (1). On dit qu’il était originaire du Glamorganshire. Il a apporté le christianisme de Grande-Bretagne en Irlande. La version du christianisme britannique qu’il prêchait était en conflit avec la nouvelle église d’Angleterre (2) et Rome (3).

Selon certains auteurs, le nom de naissance de Padrig était “Succat”. Ce qui est un nom non romain (4). Il y avait autrefois une chapelle appelée ‘Capel Padrig’ dans la paroisse de Saint David’s dans le Pembrokeshire. Il avait également une église qui lui était dédiée à Aberllychwr. L’existence de Saint Patrick prouve qu’il y avait un état breton (gallois) après le départ des Romains.

Sa vie et ses enseignements ont renforcé les relations britto-irlandaises et démontrent l’existence documentée de l’Église chrétienne bretonne. Patrick a apporté la foi de la Grande-Bretagne en Irlande, ce que nous pouvons encore voir dans le style des croix, et la mémoire vivante de ce Saint.

_____________
(1) “Saint Patrick était un Breton de citoyenneté romaine de bonne famille vivant probablement dans la vallée de la Severn. Son père était un diacre chrétien, un citoyen romain, et un membre du conseil municipal”. The Birth of Britain, Winston Churchill (1956) page 71.

(2) “Ainsi, au début du septième siècle, Ethelburt et Augustin convoquèrent une conférence des évêques bretons (gallois). Le lieu choisi dans la vallée de la Severn se trouvait à la frontière entre les domaines saxon et breton (gallois), loin des limites du royaume de Kentish.” The Birth of Britain, (La naissance de la Grande-Bretagne), Winston Churchill (1956), page 75.

(3) “Si la chrétienté bretonne n’acceptait pas les offres équitables qui lui sont faites, toute l’influence et le prestige de Rome seraient utilisés contre elle au profit du camp saxon. Les armées saxonnes seraient bénies et soutenues par Rome ainsi que les traditions ininterrompues de la principale église chrétienne et aucune sympathie ne serait ressentie pour ces chrétiens bretons, longtemps demeurés fidèles alors qu’ils étaient égorgés par les tout nouveaux convertis saxons. “Si,” s’exclame le Saint, “vous ne voulez pas avoir la paix de vos amis, vous aurez la guerre de vos ennemis.” C’était un langage qu’ils comprenaient. La rencontre se sépara dans l’inimitié ; la rupture était irréparable. Tous les efforts ultérieurs de Rome, par l’intermédiaire d’Ethelburt et du royaume de Kentish, pour établir le moindre contact avec la Bretagne chrétienne (Galles & Cornouailles) furent inexorablement repoussés”. The Birth of Britain, (La naissance de la Grande-Bretagne), Winston Churchill (1956), page 76.

(4) The Christian Island, Beram Saklatvala (1969) University Press Inc. New Jersey

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]