“Bretagne zone tendue” : un leurre qui détourne la nation bretonne de la lutte pour la fin de la colonisation de la Bretagne

“Bretagne zone tendue” : un leurre qui détourne la nation bretonne de la lutte pour la fin de la colonisation de la Bretagne

[PNB] Présentée comme une solution presque miracle par les régionalistes français en Bretagne, l’extension du dispositif dit de “Zone tendue” à l’ensemble du territoire breton ne résoudrait rien à la grave crise du logement que connaît la nation bretonne dont la terre est agressivement colonisée par la bourgeoisie française.

Le député régionaliste Paul Molac a évoqué cette demande à l’Assemblée nationale française cette semaine.

Sans surprise, cette demande, quoique dérisoire en elle-même, a été rejetée par le Parti colonial français.

Cette revendication de détail n’est au mieux qu’un aménagement de la colonisation de peuplement de la Bretagne organisée par l’Etat français. Rien, dans ce dispositif, ne permet de mettre un coup d’arrêt à cette colonisation, notamment parce qu’elle laisse le choix à la caste politique compradore qui contrôle la Bretagne pour le compte de la bourgeoisie parisienne d’utiliser ou non ces mesures de détail.  La corruption étant la norme de gouvernement en Bretagne occupée, les politiciens à la botte du régime colonial français n’agiront pas plus demain qu’aujourd’hui, “Zone tendue” déclarée ou non. Ceci d’autant que toutes les timides dispositions possibles sont sujettes à l’autorisation préalable du gouvernement français par le truchement des cinq préfets opérant en Bretagne. Cette revendication n’est rien d’autre qu’une demande obséquieuse adressée à l’occupant français de bien vouloir limiter à la marge son occupation.

Le Parti National Breton replace la lutte pour le logement en Bretagne dans son contexte colonial qui est celui qu’affronte le Peuple Breton. On ne peut pas régler cette crise sans comprendre qu’elle n’est que le résultat de la domination du Peuple Breton par l’Etat français et le traitement par cet état de la Bretagne en colonie de peuplement. Aucune solution ne sera trouvée sans que la nation bretonne ne devienne seule maîtresse de sa patrie, c’est-à-dire tant que l’Etat breton ne sera pas la seule et unique source du droit en Bretagne. Il ne s’agit donc pas d’opérer dans le cadre légal pensé par le régime colonial français pour la défense de la bourgeoisie française, mais de rompre avec ce cadre colonial pour le remplacer par un pouvoir national breton pleinement indépendant.

C’est dans cet esprit que le Parti National Breton récuse ces mesures dérisoires pour exiger l’autonomie nationale immédiate de la Bretagne et la constitution d’un gouvernement breton qui mettra fin à la colonisation française et décrètera la mise en place de l’exclusivité bretonne pour le logement. 

Par l’instauration de cette autonomie nationale immédiate sous la direction du gouvernement breton, le Parti National Breton veut :

6 – La création d’un statut de résident encadrant l’accès à la propriété immobilière dans l’un des cinq départements bretons, lequel est possible après une période de 10 ans de résidence continue en Bretagne, à raison de 6 mois et un jour par an sur cette période. Les Bretons nés de parents bretons hors de Bretagne sont exemptés d’un tel permis de résidence.

7 – L’exclusivité bretonne pour l’accès au logement social. Tout logement social neuf ou vacant sera prioritairement réservé aux personnes dont au moins un des deux parents est né en Bretagne de deux parents nés en Bretagne.

8 – La taxation à 50% des revenus des locations saisonnières dans les zones de logement en crise. Son produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement.

9 – La taxation annuelle des propriétaires de résidences secondaires ne résidant pas en Bretagne à hauteur de 10% de la valeur du bien immobilier concerné. Le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement. Les propriétaires de résidence secondaires qui ne résident pas en Bretagne mais qui justifient d’au moins un parent breton ou de deux grands-parents bretons sont exemptés de cette taxe.

Le Parti National Breton prévoit en plus un plan de logement national dans le cadre de l’Etat breton qui, outre l’exclusivité bretonne qui est à son épicentre, intègrera la variable de la natalité. Le Parti National Breton entend créer un ministère breton du logement qui agira dans le cadre d’une stratégie globale de reconquête démographique dirigée par le gouvernement breton. Pour chaque enfant né, il prendra à sa charge 25% du montant du prêt souscrit par un couple breton marié pour la construction de sa maison individuelle. Un foyer de quatre enfants acquerra ainsi son logement gratuitement.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Pays Rennais : Action d’affirmation nationale pour l’exclusivité bretonne pour le logement !

Pays Rennais : Action d’affirmation nationale pour l’exclusivité bretonne pour le logement !

[PNB] Les militants du Parti National Breton du Pays Rennais ont mené une action d’affirmation nationaliste bretonne sur le secteur de Vitré, Janzé et Bain-de-Bretagne.

Cette action a ciblé la question de la colonisation de peuplement avec sa seule réponse possible : l’exclusivité bretonne pour le logement.

Le Parti National Breton rappelle ses 4 exigences d’application immédiates sur le logement :

6 – La création d’un statut de résident encadrant l’accès à la propriété immobilière dans l’un des cinq départements bretons, lequel est possible après une période de 10 ans de résidence continue en Bretagne, à raison de 6 mois et un jour par an sur cette période. Les Bretons nés de parents bretons hors de Bretagne sont exemptés d’un tel permis de résidence.

7 – L’exclusivité bretonne pour l’accès au logement social. Tout logement social neuf ou vacant sera prioritairement réservé aux personnes dont au moins un des deux parents est né en Bretagne de deux parents nés en Bretagne.

8 – La taxation à 50% des revenus des locations saisonnières dans les zones de logement en crise. Son produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement.

9 – La taxation annuelle des propriétaires de résidences secondaires ne résidant pas en Bretagne à hauteur de 10% de la valeur du bien immobilier concerné. Le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement. Les propriétaires de résidence secondaires qui ne résident pas en Bretagne mais qui justifient d’au moins un parent breton ou de deux grands-parents bretons sont exemptés de cette taxe.

Il rappelle en outre que son programme prévoit un plan de logement national dans le cadre de l’Etat breton qui, outre l’exclusivité bretonne qui est à son épicentre, intègrera la variable de la natalité. Le Parti National Breton entend créer un ministère breton du logement qui agira dans le cadre d’une stratégie globale de reconquête démographique dirigée par le gouvernement breton. Pour chaque enfant né, il prendra à sa charge 25% du montant du prêt souscrit par un couple breton marié pour la construction de sa maison individuelle. Un foyer de quatre enfants acquerra ainsi son logement gratuitement.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Léon : importante action d’affirmation nationaliste sur le thème de l’exclusivité bretonne pour le logement !

Léon : importante action d’affirmation nationaliste sur le thème de l’exclusivité bretonne pour le logement !

[PNB]  Le Parti National Breton a mené une importante opération d’affirmation nationale sur la côte du Léon sur le thème de l’exclusivité bretonne pour le logement face à la colonisation de peuplement.

Le Pays des Abers, Kerlouan, Guisseny, Plouguerneau, Landéda, Tréglonou ont notamment été couvertes par les nationalistes bretons.

Le Parti National Breton rappelle ses 4 exigences d’application immédiates sur le logement :

6 – La création d’un statut de résident encadrant l’accès à la propriété immobilière dans l’un des cinq départements bretons, lequel est possible après une période de 10 ans de résidence continue en Bretagne, à raison de 6 mois et un jour par an sur cette période. Les Bretons nés de parents bretons hors de Bretagne sont exemptés d’un tel permis de résidence.

7 – L’exclusivité bretonne pour l’accès au logement social. Tout logement social neuf ou vacant sera prioritairement réservé aux personnes dont au moins un des deux parents est né en Bretagne de deux parents nés en Bretagne.

8 – La taxation à 50% des revenus des locations saisonnières dans les zones de logement en crise. Son produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement.

9 – La taxation annuelle des propriétaires de résidences secondaires ne résidant pas en Bretagne à hauteur de 10% de la valeur du bien immobilier concerné. Le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement. Les propriétaires de résidence secondaires qui ne résident pas en Bretagne mais qui justifient d’au moins un parent breton ou de deux grands-parents bretons sont exemptés de cette taxe.

Il rappelle en outre que son programme prévoit un plan de logement national dans le cadre de l’Etat breton qui, outre l’exclusivité bretonne qui est à son épicentre, intègrera la variable de la natalité. Le Parti National Breton entend créer un ministère breton du logement qui agira dans le cadre d’une stratégie globale de reconquête démographique dirigée par le gouvernement breton. Pour chaque enfant né, il prendra à sa charge 25% du montant du prêt souscrit par un couple breton marié pour la construction de sa maison individuelle. Un foyer de quatre enfants acquerra ainsi son logement gratuitement.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Les logements bretons aux Bretons : action du Parti National Breton contre les résidences secondaires en Cornouaille !

Les logements bretons aux Bretons : action du Parti National Breton contre les résidences secondaires en Cornouaille !

[PNB] Le Parti National Breton poursuit sa campagne pour l’exclusivité du logement breton pour les Bretons. Après le Léon, le Trégor, le Pays de Saint-Brieuc, le Pays de Rennes, le Porhoët, c’est la Cornouaille, dans le secteur de Quimper / Quimperlé qui a été activement couverte par les militants nationalistes. 

Un seul mot d’ordre : stop à la colonisation française, les logements bretons pour les Bretons !

Ne restez pas spectateur, agissez pour votre avenir et celui de votre peuple !

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Le logement breton aux Bretons : action du Parti National Breton contre les résidences secondaires à Fougères !

Le logement breton aux Bretons : action du Parti National Breton contre les résidences secondaires à Fougères !

[PNB] Le Parti National Breton poursuit sa campagne pour l’exclusivité du logement breton pour les Bretons. Une action a été menée par les militants du Parti National Breton dans le secteur de Fougères !

Chaque semaine, les militants nationalistes sont au front pour défendre les droits nationaux de Breizh. Rejoignez-les !

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Résidences secondaires : Action du PNB dans le Pays de Saint-Brieuc pour le logement breton aux Bretons !

Résidences secondaires : Action du PNB dans le Pays de Saint-Brieuc pour le logement breton aux Bretons !

[PNB] Après le Léon, le Trégor, le Pays Rennais, le Porhoët, les militants du Parti National Breton du Pays de Saint-Brieuc ont poursuivi la campagne nationaliste pour le logement breton aux Bretons.

Un seul slogan : “STOP ! aux résidences secondaires, BRETON, reprends ta terre !”

Les nationalistes bretons refusent le véritable nettoyage ethnique à bas bruit dont sont victimes les Bretons face au rachat massif de leur terre par les Français les plus riches. Le  Parti National Breton s’opposera catégoriquement à l’exclusion de la jeunesse bretonne de la terre de ses ancêtres au profit de possédants étrangers qui la privent d’avenir et, comble de l’ignominie, la méprisent ouvertement.

Conscients de leur mission, les militants du Parti National Breton sont déterminés à défendre le Peuple Breton face à la ségrégation intolérable dont il est la victime, à lui rendre sa dignité, à protéger ses droits, en luttant pied à pied pour rendre la Bretagne aux Bretons, par l’Etat Breton.

La fatalité n’existe pas. Unis derrière leur bannière nationale, les Bretons représentent une formidable force qui peut tout espérer, tout exiger. Le Parti National Breton organise cette force, à chaque Breton de le rejoindre pour entamer cette lutte décisive pour le pays. 

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Porhoët : Action du PNB pour le logement breton aux Bretons !

Porhoët : Action du PNB pour le logement breton aux Bretons !

[PNB] Après le Léon, le Trégor, la Cornouaille et le Pays Rennais, c’est dans le Porhoët que les militants du Parti National Breton ont poursuivi la première phase de la campagne pour le logement breton aux Bretons !

Particulièrement touché par la colonisation de peuplement française, la spéculation immobilière frappe durement les Bretons de cette région. Le Parti National Breton entend leur faire savoir qu’il est à leur côté et qu’il défendra l’exclusivité bretonne pour le logement en Bretagne.

Un seul axe programmatique : la Bretagne aux Bretons !

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Pays Rennais : Action du PNB pour les logements bretons aux Bretons !

Pays Rennais : Action du PNB pour les logements bretons aux Bretons !

[PNB] Les militants du Parti National Breton ont mené une large opération d’affirmation nationale dans le nord du Pays Rennais. Cette action s’inscrit dans le cadre de la campagne pour l’exclusivité bretonne au logement.

Lire : “STOP aux résidences secondaires, Breton reprends ta terre !” : la nouvelle campagne du PNB pour l’exclusivité bretonne au logement est lancée !

Près d’une vintaine de communes sont été couvertes par les Emsaverien du Parti National Breton.

L’exclusion des Bretons de leurs propres terres n’est pas une fatalité. Pour cela, une seule option : rejoindre le Parti National Breton et organiser la résistance bretonne à la colonisation de peuplement.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

“STOP aux résidences secondaires, Breton reprends ta terre !” : la nouvelle campagne du PNB pour l’exclusivité bretonne au logement est lancée !

“STOP aux résidences secondaires, Breton reprends ta terre !” : la nouvelle campagne du PNB pour l’exclusivité bretonne au logement est lancée !

[PNB] Première campagne thématique et nationale du Parti National Breton, la résistance à la colonisation française qui frappe de plein fouet la jeunesse bretonne a commencé. Elle a ciblé le Léon, le Trégor, le Porhoët, la Cornouaille en attendant d’autres régions bretonnes. Cette campagne vise spécifiquement le nettoyage ethnique objectif organisé par l’Etat Français à travers toute la Bretagne qu’implique le rachat des terres bretonnes par la bourgeoisie française.

Progressivement chassés de centaines de communes par les étrangers, privés de logement, les Bretons affrontent la perspective de ne plus pouvoir vivre là où ils sont nés et où ils ont grandi. Qu’il s’agisse de terrains à construire ou de logements anciens, partout les Bretons sont asphyxiés par la prédation française, méthodiquement appuyée par l’Etat français et ses préfectures, protégée par des politiciens à la botte de Paris, souvent grâce à l’arme de la corruption.

Ce processus d’évincement et de ségrégation est encore aggravé par la colonisation extra-européenne organisée par l’Etat Français qui réserve les logements sociaux, pourtant payés par l’argent des travailleurs bretons, aux allogènes. Ainsi, à Saint-Nazaire, 72% des individus postulant pour des logements sociaux sont des allogènes d’arrivée récente.

Devenue une colonie au sens littéral du mot, la Bretagne n’appartient plus aux Bretons, mais à tous les possédants de l’Hexagone et aux colons du tiers-monde qui veulent s’emparer de la terre de leurs ancêtres. Cette domination totale de l’argent et du pouvoir français ne rencontrait, à ce jour, aucune opposition déterminée pour rendre la Bretagne aux Bretons.

C’est maintenant chose faite !

Le Parti National Breton engage une campagne de longue haleine pour que l’exclusivité bretonne au logement en Bretagne soit la seule et unique règle en ce domaine.

Dans son programme d’application immédiate, 4 des 14 exigences du Parti National Breton concerne l’exclusivité bretonne pour le logement :

6 – La création d’un statut de résident encadrant l’accès à la propriété immobilière dans l’un des cinq départements bretons, lequel est possible après une période de 10 ans de résidence continue en Bretagne, à raison de 6 mois et un jour par an sur cette période. Les Bretons nés de parents bretons hors de Bretagne sont exemptés d’un tel permis de résidence.

7 – L’exclusivité bretonne pour l’accès au logement social. Tout logement social neuf ou vacant sera prioritairement réservé aux personnes dont au moins un des deux parents est né en Bretagne de deux parents nés en Bretagne.

8 – La taxation à 50% des revenus des locations saisonnières dont le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement.

9 – La taxation annuelle des propriétaires de résidences secondaires ne résidant pas en Bretagne à hauteur de 10% de la valeur du bien immobilier concerné. Le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons exclusivement.

Le Parti National Breton met en garde les Bretons : aucun parti français ne les défendra, car tous, sans exception, sont dirigés par Paris où vit la bourgeoisie française qui s’empare de nos terres. Leurs relais politiques en Bretagne leur sont vendus. Pas plus qu’une dinde ne fête Noël, cette bourgeoisie, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, ne soutiendra des mesures visant à stopper la spéculation immobilière dont elle profite, bien au contraire.

Seul le Parti National Breton, en exigeant l’exclusivité bretonne pour le logement – privé et social – agit en totale cohérence et avec détermination pour les intérêts du Peuple Breton. Les Bretons ne peuvent compter que sur leurs ressources : ils doivent se mobiliser seuls, sous la direction de leur parti, le Parti National Breton, pour redevenir les maîtres de leurs terres et de leur destin collectif.

La Bretagne doit retrouver sa dignité et ne doit plus être une colonie, que ce soit pour la bourgeoisie française, singulièrement parisienne, ou pour le trop plein démographique du tiers-monde afro-islamique que cette même bourgeoisie déverse chez nous. Pour cela, seule une lutte implacable pour l’indépendance nationale bretonne et la restauration de l’Etat Breton sera à même de rendre aux Bretons leur pays.

C’est cette lutte qu’entreprennent les militants du Parti National Breton dans tout le pays !

Breton, reprends ta terre ! Rejoins le Parti National Breton !

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton 

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Colonisation à Moëlan : privée de logement par les retraités français et l’immigration allogène, Sylvie finit à la rue et perd son emploi

Colonisation à Moëlan : privée de logement par les retraités français et l’immigration allogène, Sylvie finit à la rue et perd son emploi

[PNB] Les Bretons sont progressivement chassés de leurs terres par les migrants français et extra-européens. Résultat : les populations bretonnes ne peuvent plus se loger.

Dernier exemple à Moëlan-sur-Mer.

Le Télégramme

Sylvie n’a plus de domicile depuis fin mars. L’habitante de Moëlan-sur-Mer a pourtant multiplié les démarches depuis des mois. Cette situation lui a fait perdre son travail.

Sylvie a pourtant cherché partout durant des mois, anticipant le moment où elle allait devoir quitter le logement qu’elle partageait avec son ex-compagnon. Après la séparation, elle ne pouvait plus assumer seule leur maison en location de Moëlan-sur-Mer malgré son salaire d’auxiliaire de vie, qu’elle qualifie de « confortable ». « J’ai fait une demande de logement social il y a deux ans et demi. J’ai renouvelé la demande régulièrement. J’ai envoyé mon dossier à plein de propriétaires mais il y a toujours un meilleur dossier. D’ailleurs, pour une annonce qui paraît, il y a cinquante dossiers », raconte-t-elle avec exaspération.

« J’ai cherché partout. Même dans les terres, il n’y a rien à louer. J’ai appelé tous les campings pour trouver un mobile home mais avec la saison touristique qui arrive, ce n’est pas possible. Quand je vois au Pouldu toutes les maisons avec les volets fermés… Les annonces pour les locations courte durée, ça ne manque pas non plus », ajoute-t-elle avec une pointe de colère dans la voix.

Fin mars, après des mois de recherches intenses, elle a rendu son logement sans en avoir trouvé un autre derrière. Ses meubles sont partis dans un box. Sylvie, 62 ans, et son chien, élisent domicile dans sa voiture. « Je n’arrivais plus à aller au travail après les nuits dans la voiture. C’était trop dur. Je m’occupais d’une personne âgée handicapée six heures par jour par tranche de deux heures. J’ai dû arrêter de travailler. C’est encore plus dur de trouver quelque chose maintenant que je suis au chômage. Je suis arrivée à l’âge de la retraite, pas à celui de dormir dans ma voiture », soupire celle dont la famille vit loin.

Elle finit finalement par être hébergée quelque temps par une famille dans les Côtes-d’Armor avant de recevoir une proposition d’un couple de Moëlanais, Pascal et Helda, où elle vit depuis trois semaines. « C’était une évidence. On ne pouvait pas la laisser dans sa voiture. Tout le monde peut tomber dans la rue », témoigne Helda.

Sylvie est reconnaissante. Mais se sent gênée aussi. « Je culpabilise un peu. Dans ces moments-là, on a tendance à se renfermer un peu », admet-elle. « C’est une belle aventure pour nous. On restera en contact après. On paie une politique de logements qui a créé une pénurie. On a fait jouer notre réseau. Tout le monde cherche », complète Pascal, qui a peut-être une piste à Rosporden.

Marie-Louise Grisel, vice-présidente en charge de l’habitat à Quimperlé Communauté et maire de Moëlan-sur-Mer, est consciente du problème. « Dans le pays de Quimperlé, des personnes sont obligées de dormir au camping ou dans leur camping-car. Mais la politique de logements est en train de changer. Nous allons construire en moyenne 100 logements sociaux par an dans le pays de Quimperlé pour arriver à 549. Dans ma commune, j’ai mis en place une taxe sur les logements vacants », annonce la première édile, qui demande un peu de temps pour que la politique fasse effet. « C’est un travail de longue haleine ».

Contrairement à ce qu’affirme le maire de Moëlan-sur-Mer, la réponse n’est pas dans la bétonisation accélérée de la Bretagne, surtout par le truchement du logement social, par principe réservé aux allogènes extra-européens que l’Etat Français impose en Bretagne dans le cadre de sa politique coloniale de remplacement des Bretons.

La solution réside dans l’arrêt immédiat de la colonisation de peuplement et l’instauration de la priorité bretonne pour le logement !

Face à la double colonisation de peuplement qu’organise l’Etat Français en Bretagne – par le haut, avec la colonisation franco-parisienne, et par le bas, avec la colonisation extra-européenne – le Parti National Breton va prochainement lancer sa campagne sur le thème de la priorité bretonne pour le logement, social et privé.

Ses 4 exigences d’application immédiate pour le logement :

6 – La création d’un statut de résident encadrant l’accès à la propriété immobilière dans l’un des cinq départements bretons, lequel est possible après une période de 10 ans de résidence continue en Bretagne, à raison de 6 mois et un jour par an sur cette période. Les Bretons nés de parents bretons hors de Bretagne sont exemptés d’un tel permis de résidence.

7 – La priorité bretonne pour l’accès au logement social. Tout logement social neuf ou vacant sera prioritairement réservé aux personnes dont au moins un des deux parents est né en Bretagne de deux parents nés en Bretagne.

8 – La taxation à 50% des revenus des locations saisonnières dont le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons d’abord.

9 – La taxation annuelle des propriétaires de résidences secondaires ne résidant pas en Bretagne à hauteur de 10% de la valeur du bien immobilier concerné. Le produit sera reversé aux communes bretonnes afin qu’elles développent l’offre de logement locale pour les Bretons d’abord.

Le Parti National Breton veut rendre la Bretagne aux Bretons, à tous les niveaux de la société.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]