Agissez pour sauver la Bretagne ! Adhérez au Parti National Breton !

Agissez pour sauver la Bretagne ! Adhérez au Parti National Breton !

[PNB] La libération de la nation bretonne et la restauration de son état, l’Etat breton, supposent de franchir le pas de l’engagement direct. Cet engagement ne peut se faire que par l’adhésion au seul parti national en Bretagne : le Parti National Breton.

Le Parti National Breton constate avec satisfaction l’accroissement régulier de son audience, d’abord par le recrutement que par sa propagande de terrain et l’élargissement de sa présence sur internet. Toutefois, commenter ou “aimer” un contenu sur les réseaux sociaux n’est pas en soi ce qui sauvera la nation bretonne des dangers mortels qui la menacent; à commencer par l’Etat français de peuplement afro-musulman. Ces marques de sympathie sont un début vers l’engagement, pas une fin en elles-mêmes.

*Crédit photos : Jean Romegaire

Adhérer au Parti National Breton et militer dans ses rangs sont les seuls actes susceptibles de changer le présent statu quo en Bretagne en dotant la nation bretonne de l’outil révolutionnaire dont elle a besoin pour briser l’occupation française et restaurer l’ordre breton en Bretagne : son parti national.

D’ici à 2030, la république française se sera effondrée sur elle-même.  Il importe de préparer 2032, année charnière pour la nation bretonne après l’annexion de 1532.

Si vous êtes un patriote breton, vous ne devez pas rester un consommateur passif : rejoignez nos rangs, immédiatement, votre avenir et celui de vos enfants en dépend ! Vous aurez diverses façons de servir la cause nationale. Pour que l’émergence de la conscience nationale bretonne atteigne le stade révolutionnaire, il faut que cette conscience soit importée dans les masses bretonnes par un travail permanent d’activisme. C’est votre rôle que d’y participer, en tant que nationaliste breton.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

Suscinio : les militants du Parti National Breton célèbrent le Jour des Travailleurs Bretons

Suscinio : les militants du Parti National Breton célèbrent le Jour des Travailleurs Bretons

 

[PNB] Le samedi 7 mai 2022, le Parti National Breton organisait au pied de la forteresse de Suscinio la journée du Parti dédiée aux travailleurs bretons. Les militants se sont retrouvés pour marquer ce moment important de la vie nationale bretonne comme de la vie du Parti National Breton.

Voici le discours prononcé à cette occasion sous les bannières de combat du mouvement.

Camarades du Parti !

En cette journée du Parti National Breton dédiée aux travailleurs bretons, nous sommes rassemblés au pied d’une des forteresses emblématiques de notre vieille nation, édifiée par nos ducs héroïques, chefs successifs de l’état le plus puissant d’extrême-Occident de leur temps : l’Etat Breton. Huit siècles après son édification, la bannière frappée du triskel flotte sous ses murs, portée par les combattants de l’Etat Breton. 

Pour nous, nationalistes bretons, la puissance de travail de notre peuple est indissociable de l’Etat Breton. L’Etat Breton est la culture bretonne consciente d’elle-même, c’est-à-dire l’instrument de la volonté bretonne. Cette volonté bretonne qui s’exprime chaque jour par le travail du peuple breton.

Pour nous, Bretons, le travail est le principe fondamental de la vie. C’est par le travail que chaque Breton gagne non seulement sa vie, mais son honneur. C’est un principe qui puise à la source du sang breton, après des millénaires de lutte pour la survie. C’est ce sang façonné par l’effort quotidien pour la vie qui a forgé l’esprit breton et son besoin d’action créatrice permanente.

Les Bretons, aujourd’hui privés d’état propre, voient cette puissance de travail détournée de sa finalité émancipatrice par les forces parasitaires qui les oppriment. Sans Etat Breton, toute la force de travail du peuple breton est réduite à celle d’une bête de somme dont le travail ne crée plus sa liberté ethno-nationale. Au contraire, la force de travail du peuple breton est utilisée par l’Etat Français qui l’occupe et l’opprime pour le priver toujours plus de sa liberté. Par ce retournement pervers, les Bretons ne se libèrent plus par leur travail, mais, au contraire, deviennent les collaborateurs de leur propre aliénation. Ainsi, plus les Bretons travaillent courageusement, plus ils renforcent l’Etat Français qui utilise leur travail, leur sueur et leur sang pour étouffer et écraser la nation bretonne, c’est-à-dire les travailleurs bretons eux-mêmes.

Retourner le travail breton contre la liberté bretonne en faisant payer aux Bretons le coût de l’oppression française, c’est l’action quotidienne de l’Etat Français en Bretagne. 

C’est la raison pour laquelle l’Etat Français parasitaire mène une action permanente de destruction de la culture bretonne et des droits nationaux de Breizh. L’avilissement de notre peuple et sa marginalisation dans la honte et la culpabilisation permanente sont indispensables à son exploitation par l’ennemi. L’Etat Français n’aime les Bretons que soumis, serviles et acculturés pour s’en servir comme simples domestiques dans leur propre pays. 

D’où cette vérité d’évidence : dans une Bretagne sous occupation française, le travailleur breton ne peut qu’être un prisonnier.

L’Etat Français n’est qu’exploitation pure, outil des prédateurs capitalistes de Paris comme des parasites improductifs du tiers-monde importés par eux. Ces deux classes de vampires sont unies contre notre peuple pour sucer l’énergie vitale des travailleurs bretons jusqu’à ce que mort s’en suive.

Pour le Parti National Breton, il n’existe donc qu’un seul état et cet état est la condition même de la survie de notre peuple et de sa liberté : l’Etat des travailleurs bretons, par les travailleurs bretons, pour les travailleurs bretons !

L’Etat Breton annule le principe d’oppression que fait régner l’Etat Français en Bretagne : il rend à l’homme breton tout le fruit émancipateur de son travail en faisant de l’homme breton et de sa force créatrice le centre de la pensée et de l’action de l’Etat Breton. Contre la préférence métèque dictée par l’Etat Français, l’Etat Breton redonne sa dignité à l’homme breton en lui rendant, et à travers lui, à son pays, la liberté personnelle et la souveraineté collective, fondée sur les liens du sang. Terre des ancêtres, sang et travail sont ainsi les principes fondateurs de la Bretagne libre que l’Etat Breton rend aux travailleurs bretons.

Le Parti National Breton, contre les intérêts du capitalisme hexagonal exploiteur, contre les phraseurs marxistes partisans de la destruction du travail breton, contre les parasites étrangers, oppose à ces ennemis du peuple breton ligués derrière l’Etat Français la libération du travailleur breton par la restauration de son état national, dont il est par définition le seul maître.

C’est le sens profond du slogan du Parti National Breton : la Bretagne aux Bretons !

Camarades, faites flotter la bannière du Parti partout, c’est la bannière du travailleur breton dont l’effort inlassable, comme le soleil dont elle est frappée, ne cesse jamais de garantir la liberté de notre peuple.

Longue vie au PNB !

Bevet Breizh !

Breizh Atav !

Rejoindre le PNB : [email protected]

La 5ème république s’effondrera d’ici 2030, le Parti National Breton appelle les Bretons à préparer immédiatement l’indépendance de la Bretagne !

La 5ème république s’effondrera d’ici 2030, le Parti National Breton appelle les Bretons à préparer immédiatement l’indépendance de la Bretagne !

[PNB] Contrairement aux organisations politiques françaises qui opèrent en Bretagne, le Parti National Breton entend créer une nouvelle réalité historique pour le peuple breton. Cette réalité historique, c’est une nation bretonne émancipée de l’occupation française, une nation bretonne organisée par un état ethno-nationaliste indépendant.

Pour la première fois, les conditions objectives de cette libération nationale sont réunies. Il importe que chaque Breton en prenne pleinement conscience.

Le Parti National Breton s’adresse à la population bretonne avec un message en forme d’avertissement : l’effondrement de la Cinquième République n’est plus qu’une question d’années. D’ici 2030 – soit d’ici sept ans – le régime français aura achevé son implosion complète. Endettement colossal, balkanisation ethnique, progression vertigineuse du radicalisme musulman, désindustrialisation généralisée, corruption à grande échelle de la sphère politico-médiatique, politique anti-familiale sur fond de vieillissement démographique, confrontation suicidaire avec la Russie : ces crises convergent pour balayer définitivement le régime français tel que nous le connaissons depuis 1958.

Le peuple breton peut exprimer sa confiance dans la direction du Parti National Breton, seule force d’une lucidité totale sur la situation réelle. Le Parti National Breton ne propose pas une illusoire réforme de détail, il fixe un seul cap, radical, celui de la révolution avec la fin de la présence française sur la totalité du territoire national breton et la proclamation de l’Etat Breton.

L’Etat Breton, de caractère ethno-nationaliste, n’a rien de commun avec le foyer de pestilence qu’est la France républicaine. L’Etat Breton est un état celtique forgé sur le droit historique du sang breton en Bretagne et l’organisation des masses bretonnes sur ce principe révolutionnaire. 

Les ennemis de la nation bretonne souriront devant une telle affirmation. En Yougoslavie, aussi, les partisans du système riaient des nationalistes croates. Du moins, jusqu’à ce que l’effondrement du système communiste n’aboutisse à la libération de la Croatie des bandits marxistes et à la victoire historique du nationalisme croate.

Pareillement, c’est désormais l’heure du nationalisme breton. Le naufrage de la France est consommé, mais Breizh ne sombrera pas avec elle.

Face à ce défi historique, le Parti National Breton n’est pas le tenant d’une politique sectaire, il entend procéder avec pragmatisme pour rassembler les Bretons soucieux de préserver notre pays des graves dangers qui le menacent. Lorsque les dernières illusions sur le destin de la France se seront volatilisées, ces Bretons se retourneront vers leur seul et unique espoir : leur véritable patrie, Breizh.

Le Parti National Breton appelle tous les segments de la société bretonne, tout particulièrement les fonctionnaires bretons, à mesurer la gravité de la situation ainsi qu’à considérer sans a priori la seule alternative encore possible, une fois le régime républicain français effondré : l’indépendance de la Bretagne et la proclamation de la restauration de l’Etat Breton. Ils seront demain pleinement mobilisés pour forger l’Etat Breton restauré sur les ruines de l’occupation française. Tous les Bretons soucieux de l’avenir du pays et des futures générations doivent immédiatement se rapprocher du Parti National Breton, la décennie actuelle – 2020 – 2030 – étant décisive pour la libération nationale de la Bretagne. 

Bretons, c’est le dernier appel.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

 

 

 

 

 

Qui est breton ? Qui est français ? [Aperçu doctrinal]

Qui est breton ? Qui est français ? [Aperçu doctrinal]

Dans son programme, le Parti National Breton affirme le caractère ethno-national de la nationalité bretonne, par opposition à la pseudo nationalité française fondée sur l’idéologie cosmopolite héritée de la révolution de 1789 :

2 – Le Parti National Breton proclame que, sans regard pour la confession, est citoyen breton celui qui est de filiation bretonne selon le droit exclusif du sang. Aucun allogène ne peut être citoyen. Les affaires de l’Etat Breton ne peuvent être conduites que par des citoyens bretons. Les non-citoyens ne peuvent exercer de fonctions publiques.

La pseudo nationalité française n’est rien d’autre que le droit unilatéral que se donne la bureaucratie impérialiste parisienne de gouverner n’importe qui, n’importe où, pour peu qu’elle soit en mesure de le faire, généralement par la force. Sous l’apparente générosité de son universalisme verbeux, se cache hypocritement la prétention de Paris à disposer des hommes et des peuples, selon ses intérêts. Cette conception exclusivement géographique de l’ordre politique est celle d’un empire expansionniste qui se moque de la liberté et de l’identité des peuples dans lesquels elle ne voit que des sujets à soumettre, sous toutes les latitudes. L’entreprise coloniale française a prouvé ce que l’universalisme républicain signifiait en pratique pour ceux qui y étaient assujettis.

Le nationalisme breton, par opposition, est un nationalisme qui proclame que le peuple breton se suffit à lui-même et ne cherche à gouverner personne d’autre que lui-même. L’impérialisme lui est fondamentalement étranger. Contrairement au flou hypocritement entretenu par l’impérialisme français sur le périmètre humain de sa légitimité, le nationalisme breton connaît les frontières exactes de sa souveraineté : ce sont celles du peuple breton lui-même, défini par les critères tangibles de la filiation ethnique. Le peuple breton est l’unité tribale de familles élargies qui la composent.

Contradiction du discours régionaliste anti-ethnique

Les tenants du régionalisme anti-ethnique qui prétendent que n’importe qui peut-être breton dénaturent et démonétisent la nationalité bretonne pour en faire le décalque du contractualisme français, produit de l’impérialisme français. C’est une manifestation de pur alignement idéologique sur les positions de l’occupant français. De tels régionalistes ne sont rien d’autres que des perroquets francisés mentalement, relais d’influence conscients ou inconscients de l’acculturation française en terre bretonne. Pour ces vecteurs de l’influence française, le dernier intrus peut être breton après avoir posé ses valises 24 heures en Bretagne. A leurs yeux, être breton ou être français sont des concepts interchangeables. Les colons envoyés par Paris n’en demandaient certainement pas tant ! Ils trouvent chez ces régionalistes, adeptes du vagabondage, les meilleurs avocats de leur prédation économique ou territoriale.

Produits des contradictions internes de la société bretonne francisée, les régionalistes cosmopolites, partisans de la tambouille multiculturelle hexagonale, s’acharnent paradoxalement à distinguer Bretons et Français. Faute de rompre avec l’idéologie impériale-égalitaire française à laquelle ils adhèrent par acculturation, ils le font sur une base purement géographique. Ne devraient-ils pas, en toute cohérence sans-frontiériste, se réjouir de voir Bretons et Français finalement intégrés dans le même espace politique par la force de l’état unitaire français ?

Si être breton n’était qu’une affaire de géographie, le peuple breton n’aurait rien dans sa personnalité pour se différencier des Normands, des Algériens ou des Mapuches et la Bretagne ne serait pas différente de l’Auvergne ou du Yémen. On mesure ici aisément l’absurdité du mythe égalitaire promu par cette église cosmopolite d’inspiration française.

Les tenants du régionalisme cosmopolite resteront toujours les idiots utiles de l’impérialisme français qui doit, à toute force, empêcher le séparatisme ethnique de s’affirmer et de l’emporter en Bretagne.

Xénophobie de résistance contre xénophobie impérialiste

Face à des Bretons raffermis qui proclament leur droit national de se gouverner librement, les bouches perfides à la solde de la France impérialiste-égalitaire brandissent alors leur anathème religieux classique : xénophobie !

Tout peuple, sans exclusive, est xénophobe. Ce n’est pas là une anomalie, mais un mécanisme de défense face à une menace extérieure. La question est ailleurs : qui est xénophobe et où ? En 1962, les Algériens qui expulsèrent les Européens firent preuve de xénophobie, mais c’était la xénophobie d’un peuple en lutte sur sa terre pour en redevenir le maître face à un pouvoir étranger qui le réduisait à l’état de sujet colonial. Assimiler la xénophobie salvatrice du faible et de l’occupé à la xénophobie méprisante de l’occupant est caractéristique des diffamations dont sont capables les agents de la France pour accuser autrui de ce qu’elle fait elle-même.

Les Bretons n’éprouvent de sentiment xénophobe à l’égard d’aucun peuple du monde. En revanche, ils proclament haut et fort que leur terre est la seule qu’ils possèdent en propre et que leur peuple ne saurait être mis en danger, volé, écrasé, dépossédé, chassé, déclassé par quelque étranger que ce soit sans riposte contre l’agresseur en état de légitime défense.

Aujourd’hui, l’Etat Français impérialiste utilise l’immigration du tiers-monde comme variable d’ajustement à sa politique de pillage. Il s’en sert cyniquement pour mettre en coupe réglée la Bretagne en la divisant de l’intérieur. Diviser pour régner, telle est la ligne impérialiste. C’est pour prévenir cette libanisation cynique que le Parti National Breton s’oppose radicalement à cette colonisation française par proxy que représente l’immigration de remplacement. Le Parti National Breton n’a que faire des bons sentiments : les bons sentiments ne font jamais une bonne politique. Le Parti National Breton n’a qu’une obligation, celle d’assurer la liberté et la pérennité du peuple breton. Avec le reste du fatras français en Bretagne, il met le catéchisme cosmopolite du pouvoir colonial au seul endroit qui lui convient : aux ordures.

Le Parti National Breton dénonce les mesures liberticides du régime français en Bretagne

Le Parti National Breton dénonce les mesures liberticides du régime français en Bretagne

Suite aux annonces illégitimes, liberticides et unilatérales faites par le gouvernement français le 27 décembre 2021, le Parti National Breton déclare nulles et non avenues ces annonces en Bretagne occupée. 

Le Parti National Breton dénonce l’état de siège décrété par l’Etat Français en Bretagne, ainsi que toutes les restrictions imposées au peuple breton par l’occupant.

Le Parti National Breton appelle chaque Breton à résister aux menées tyranniques du régime français qui n’ont pour seul but que d’enchaîner davantage notre peuple.

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Bâtir le Parti National Breton, c’est bâtir l’Etat Breton !

Bâtir le Parti National Breton, c’est bâtir l’Etat Breton !

Libérer la nationalité bretonne, organiser son peuple en corps de nation, édifier un état national d’esprit breton : telles sont les missions que se fixe le Parti National Breton.

L’Etat Breton n’est pas une lointaine réalité, il existe par l’action même du Parti National Breton dont il est l’avant-garde combattante. La tâche qui s’impose aux nationalistes bretons est d’établir partout la présence du futur Etat Breton, de l’organiser dans la longue durée, d’en faire un organisateur des masses bretonnes.

Les militants nationalistes doivent s’avancer partout en Bretagne avec la confiance des conquérants, animés par la certitude de ceux qui savent que le sang de la vieille race est à nouveau brûlant d’action.

Le temps est venu pour que notre peuple, éduqué par l’Etat ennemi, l’Etat Français, retrouve sa fierté ethnique, se dresse jalousement sur sa terre, se proclame, à l’exemple des autres nations, maître chez lui. Comment ? En arrachant un à un les Bretons à l’emprise mortifère du pouvoir étranger.

C’est par l’exemple de son audace que le Parti National Breton suscitera chez son peuple la volonté de s’affirmer nationalement, en toute indépendance, par et pour l’Etat Breton. Il doit devenir une réalité visible pour chaque Breton.

Du haut de nos millénaires d’histoire nationale et celtique, nous, Bretons, devons forger un parti enfin digne de la glorieuse histoire de notre peuple. Nous ne pouvons plus tolérer l’état de sujétion et d’apathie actuel. C’est en cultivant l’honneur breton par le combat que nous réveillerons la fierté de notre nation sans laquelle il est impossible de chasser l’étranger de nos terres et de bâtir notre état nouveau, forgé de nos mains. 

Confiance dans le Parti !

Foi dans notre peuple !

Certitude absolue dans la victoire de l’Etat Breton !

Breizh Atav !

Le Kuzul Meur du Parti National Breton

Pour rejoindre le PNB : [email protected]