La France, ennemie mortelle de l’Europe européenne !

La France, ennemie mortelle de l’Europe européenne !

[PNB] La Bretagne souffre dans bien des domaines d’une absence de pensée nationale, indépendante, résultat logique de l’occupation et de l’administration de notre pays par la puissance coloniale française. Depuis trop longtemps déjà, les Bretons sont réquisitionnés par Paris pour servir ses intérêts, dans différents domaines, après avoir enrégimentés idéologiquement dans les écoles du régime hexagonal. La tâche du Parti National Breton est de répondre à cette grave lacune en soulignant les intérêts fondamentaux de la Bretagne nationale.

Développer une pensée bretonne nationale suppose de penser la Bretagne, ses intérêts et ses rapports avec les autres nations, non seulement en tant que nation libérée de l’influence française, dégagée des slogans ou des fausses évidences que claironne la presse hexagonale, mais aussi de la penser comme étant en lutte pour contre cette influence. 

En France, chacun le sait, le parlement est la chambre d’enregistrement d’un pouvoir monarchique d’apparence présidentielle extrêmement centralisé et sclérosé. Les députés et sénateurs bretons qui y participent ne sont pas tenus de servir le Peuple breton, mais de servir l’Etat français, c’est-à-dire Paris, moyennant titres, protocoles et exposition médiatique. Sans parler des inévitables montages de corruption. Par définition, le troupeau parlementaire breton brille pas son inexistence politique, et, si par extraordinaire il prétend agir, ou même penser, il se borne à répéter les vues qui ont cours au sein de la bourgeoisie parisienne.

Larsonneur, une de ses bouches inutiles du Palais Bourbon, député français de Brest, l’illustre bien. Ces derniers temps, il se pique de guerre, supposément parce que Brest, le kyste français depuis trop longtemps présent en Bretagne, accueille les ruines de l’antique marine française et qu’à ce titre, un député de cette ville est l’homme lige de cette flotte de guerre décatie. Cet homme se consacre à répandre les vues bellicistes des cercles parisiens, sous le vernis de la légitimité électorale que lui aurait conféré la population brestoise. Il est question de soutenir l’Ukraine contre la Russie, mais aussi de soutenir l’implication de la Pologne dans cette guerre pour empêcher que la Russie ne noue un pacte avec l’Allemagne. C’est ce pacte germano-russe que redoute le chien enragé hexagonal en voie d’afro-orientalisation.

 

Il faudrait faire observer à Larsonneur que l’Ukraine recrute et que s’il veut affronter la Russie, un simple billet de train pour Kiev suffirait à assouvir ses pulsions guerrières intimes. Surtout, il faudrait lui faire observer que les Bretons ne veulent pas mourir pour la clique parisienne ou ses hallucinations “stratégiques”, encore moins en Ukraine, dans les Pays Baltes ou “à Varsovie”. Non, de ce côté-là, les Bretons ne veulent plus réitérer le désastreux suivisme de 1870, de 1914 et de 1939. Ils ont vu comment la mère maquerelle française les remerciait pour le sang breton abondamment versé : par les crachats que furent l’interdiction de leur langue, la privation de leurs droits nationaux, l’amputation de leur territoire historique et, aujourd’hui, le repeuplement brutal de leurs terres ancestrales par les sujets exotiques venus de France.

Le PNB le dit clairement : ce ne sont pas les Bretons privés de leur nationalité qui iront mourir pour celle des autres. Paris, à ce sujet, peut faire une croix sur une telle fièvre belliciste en Bretagne. Le PNB ajoute que l’obsession anti-allemande de la classe politique parisienne ne rencontre aucun écho en Bretagne. Bien au contraire, la Bretagne voit dans l’Allemagne le centre de gravité nécessaire de l’Europe continentale qu’une France impérialiste, agressive et destructrice a constamment cherché à provoquer. Il importe, pour la stabilité européenne, que la France soit définitivement empêchée de nuire. 

Allons plus loin. La France, comme état à prétention nationale, est finie. Les émeutes raciales à grande échelle de juillet 2023 l’ont prouvé, sa balkanisation, irréversible, l’emportera tôt ou tard. Ce navire en plein naufrage doit être tenu à bonne distance, ce qui, pour la Bretagne, signifie l’indépendance pleine et entière, à l’instar de l’Ecosse ou de la Catalogne. Cet état, foncièrement anti-européen, est une erreur géopolitique qui depuis 12 siècles empoisonne la vie continentale. Le moment de solder cette erreur approche et il est dans l’intérêt de la Bretagne d’apporter sa contribution dans cette nécessaire évolution.

L’Etat français, voilà le seul ennemi de la nation bretonne. Cet ennemi ne se situe pas à des milliers de kilomètres, il est dans nos villes, il déploie son infâme tricolore, souille notre terre de sa présence, sabote par tous les moyens la Bretagne nationale. L’intérêt décisif de la nation bretonne est de travailler à sa neutralité stratégique qui va de paire avec son indépendance. Rejeter avec vigueur les projets bellicistes de l’impérialisme français figure en haut des priorités nationales et cela, à mesure que le conflit s’étend, devra être martelé.

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Nous suivre sur Instagram

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Rejoignez le PNB : [email protected]

 

L’Etat breton, sa politique linguistique

L’Etat breton, sa politique linguistique

[PNB] Sur le modèle d’Israël, qui a créé et imposé l’hébreu moderne comme langue d’état, le Parti National Breton veut :

➡️ que le breton soit la langue obligatoire de l’État, c’est-à-dire de l’administration nationale, de l’armée, de la justice et de la diplomatie.

➡️ que soit créée une université bretonne, en langue bretonne, où les futurs cadres de l’Etat breton seront obligatoirement formés.

➡️ la création d’une académie de la langue bretonne chargée de garantir son intégrité et son développement, notamment dans le domaine éducatif, médiatique, de l’état-civil et de la toponymie. 

➡️ l’usage exclusif de la langue bretonne par la télévision et la radio d’état, à la différence des télévisions et radios privées qui restent libres du choix des langues en usage. 

➡️ que l’enseignement du breton soit obligatoire à l’école dans son aire d’extension historique, encouragée au delà.

➡️ que l’usage exclusif du breton soit obligatoire au sein des entreprises privées voulant répondre à des commandes de l’Etat.

Le Parti National Breton croit à une renaissance de la langue bretonne par le volontarisme de l’Etat et non par la société. En faisant de la langue bretonne la langue exclusive de l’Etat, il inscrira à nouveau la nation bretonne dans l’histoire.

Le régional-loyalisme : un vieux piège de la France contre la nation bretonne

Le régional-loyalisme : un vieux piège de la France contre la nation bretonne

[PNB] La clarification dialectique est la première tâche du Parti National Breton dans sa lutte pour l’émergence d’une conscience nationale en Bretagne. Cet effort découle, sur le chemin vers le libération nationale, de la nécessité de rompre avec la société française et ses factions en Bretagne qui instrumentalisent le sentiment ethnique breton à leurs fins pour y acclimater et légitimer les intérêts de l’Etat français car, il faut le rappeler, la société française, malgré ses contradictions, est subordonnée à cet état.

Une réponse récente du président de l’association régionale-loyaliste An Tour Tan à un nationaliste breton, évoquant la “francophobie maladive” des patriotes bretons, illustre cette instrumentalisation opportuniste du sentiment ethnique breton et sa subordination aux intérêts français. Elle est l’occasion d’une utile clarification.

La “francophobie maladive”, une métaphore hyperbolique en forme de pléonasme puisqu’une phobie appartient par définition au champ médical, serait un problème aux yeux d’une association locale s’étant très brièvement décrite comme “nationaliste bretonne” avant de dégénérer par droitisme vers le régionalisme francophile – pudiquement nommé “autonomisme” – afin d’accommoder le parti français qu’elle a courtisé puis intégré. 

Nous pensons pouvoir affirmer avec un certain degré de confiance que la “francophobie” n’a jamais été une problématique du nationalisme breton. C’est plutôt la haine ethnique très enracinée des Français envers les Bretons, dès lors qu’ils cessent de se comporter en dociles sujets coloniaux, qui a été l’objet de l’attention du nationalisme breton depuis sa création. Si une association s’affirmant “bretonne” en Bretagne se lamente de la “francophobie” c’est que cette association n’est pas bretonne, mais française. Cela, tout le monde en conviendra sans difficulté, Français en tête. Ajoutons que le nationalisme breton, en raison de ses buts politiques, qui sont par définition antagonistes aux intérêts français, sera toujours identifié comme “francophobe” par le parti colonial français. Cette déclaration du président de l’association régionale-loyaliste An Tour Tan constitue en tous points une inversion de la réalité, par acculturation ou cynisme.

Remettons les choses à l’endroit. En 2023, l’Etat français poursuit une politique systémique d’écrasement de la personnalité nationale de la Bretagne qui est un pays occupé par l’Etat français, privé d’un gouvernement libre, dont le territoire est partitionné, l’enseignement de son histoire nationale interdite dans les écoles tout comme celui de sa langue millénaire. La Bretagne occupée et désarmée subit au surplus une intense colonisation de peuplement française sur son littoral par une bourgeoisie hexagonale prédatrice qui la met en coupe réglée. Ce à quoi s’ajoutent les supplétifs post-coloniaux que cette bourgeoisie française importe avec elle. Si un phénomène est à observer en Bretagne, ce n’est pas la “francophobie”, mais une politique de ségrégation systématique des Bretons dans leur propre pays.

Aux nationalistes bretons qui expriment cette réalité, M. Mercier répond que la France est la victime des Bretons en Bretagne (?!), cela en raison d’une “maladie”, produit baroque dérivé de l’antiracisme hexagonal, la “francophobie” (?!). Comble de l’inversion, les Bretons qui lèvent la voix face aux Français qui saccagent leur pays seraient ceux qui adopteraient une posture “victimaire”. Il faut être français pour occuper un pays et avoir le front de se dire la victime des autochtones qui se défendent. S’il y a une politique d’agressivité et d’hostilité en Bretagne, c’est celle des Français qui l’occupent contre les Bretons. Les Bretons qui y résistent contre les Français agissent en état de légitime défense. Le devoir de tout Breton est de combattre sans faiblir cette occupation et cette sujétion.

Nous le voyons, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite, les Bretons doivent rester pour le parti français des auxiliaires dociles. Comme jadis lors de la guerre civile française entre monarchistes et républicains, les Bretons sont sommés de se cantonner au rôle de réservistes de l’un ou l’autre camp. Ensuite, dans un futur lointain, leurs aspirations à la liberté, très encadrée, seront peut-être un sujet de débat. 

Par delà ses formes et ses antagonismes, le parti français en Bretagne a toujours combattu le sentiment national breton pour domestiquer les Bretons et les utiliser à ses propres fins. Les aristocrates légitimistes  français, voulant exploiter l’opposition de nombreux Bretons à la révolution française, ont amplement utilisé la Bretagne comme réserve de votes et d’auxiliaires pour ses propres besoins durant tout le 19ème siècle. Les nationalistes bretons se rappellent de l’agitation de l’organisation régionaliste et catholique ADSAV, dans les années 1930, que Breiz Atao combattait avec force, organisation supplétive qui prétendait au “pragmatisme” du régional-loyalisme avant de finir par disparaître et d’aller se fond dans le brouet politique fransquillon. Entretemps, c’est Breiz Atao qui a été la matrice révolutionnaire de laquelle tout est sorti en Bretagne.

Ce besoin de supplétifs est un invariant des factions coloniales françaises en Bretagne. Que les Français aient pu trouver des lâches, des traîtres ou des opportunistes pour jouer les Théodore Botrel et mener cette lamentable et honteuse politique ne la disqualifie pas moins pour autant du point de vue national breton.

Le nationalisme breton, comme conscience nationale en action, a pour première base doctrinale d’affirmer que l’intégration forcée de la Bretagne à la France ne l’a pas rendue “plus forte”, mais plus faible puisque cette intégration a été obtenue par une annexion sanglante puis poursuivie par une politique brutale de répression ethnique et de colonisation. Résumons un axiome simple : de par son caractère intrinsèquement impérialiste, de par la présente occupation, que cela plaise ou non, ce qui affaiblit la France renforce Breizh et inversement. French difficulties, breton opportunities : telle est la politique de l’Emsav et elle le sera toujours.

Le nationalisme breton distingue deux camps : le camp national breton, en lutte contre l’état français occupant, et le camp colonial français. Le premier lutte pour dégager le Peuple breton de l’Etat français et de sa société afin d’opérer une révolution devant aboutir, comme toutes les luttes de libération nationale, à la création d’un état national indépendant. Il en découle que les deux sont des ennemis existentiels, sans compromis possible.

Comme contradiction interne de la société française, le régional-loyalisme français exprimé ci-dessus est un petit pendant du régionalisme français de gauche exprimé par les régionaux-loyalistes de l’Union Démocratique Bretonne ou d’autres succursales du même acabit. Les deux se subordonnent à la société hexagonale, ses antagonismes et factions pour faire “masse” contre d’autres Bretons de factions opposées. Pendant que ces auxiliaires se divisent, s’affrontent et se neutralisent dans le cadre horizontal de la société hexagonale, ils laissent au seul état français la primauté du politique, seule verticalité qui produit l’histoire. C’est le résultat de la guerre civile importée en Bretagne par les Français depuis 1789 et le rôle de supplétifs que jouent, volontairement ou non, des Bretons dans cette guerre.

Le nationalisme breton organisé se donne au contraire pour objectif d’unir les Bretons nationalement contre l’Etat français occupant pour que la nation produise sa propre histoire grâce à son état indépendant. Le politique, c’est la guerre, la guerre c’est la désignation de l’ennemi. En Bretagne, l’ennemi est et sera toujours la France, les colons français et leur parti, le reste n’en étant que le pus coulant de la plaie. 

Pour opérer ce saut de conscience nationale dont la Bretagne est privée depuis trop longtemps par rapport à d’autres nations européennes, à l’instar de la Catalogne, de l’Ecosse, du Pays de Galles ou de la Flandre, le Parti National Breton entreprend de réaffirmer et de raffermir l’Emsav en récusant l’opposition entre la droite et de la gauche hexagonales qui ne sont que les deux faces de la même pièce qu’est l’impérialisme français. Pour les nationalistes bretons, l’impérialisme français est un et indivisible, qu’il prenne un versant “de droite” ou “de gauche”. Cette approche d’unification nationale bretonne froisse les différents segments de la bourgeoisie francophile en Bretagne qui ne raisonnent qu’en termes d’alignement sur Paris, son état et ses factions. 

Les éléments aliénés par la société française en Bretagne combattront toujours l’Emsav dont le Parti National Breton est aujourd’hui la seule voix véritablement consciente. Le nationalisme breton organisé, en s’opposant à l’effort de mobilisation des Bretons au profit des factions françaises, suscitera toujours l’opposition des éléments aliénés, peu importe leur position au sein du spectre politique hexagonal, davantage même que des Français qui, eux, s’attendent à une attitude sans compromis de la part des nationalistes bretons.

Cette clarification n’est pas un détail ou une vaine polémique, pas plus que la critique du régionalisme formulée par le PNB depuis l’origine, notamment au sujet de l’UDB et de l’impasse qu’elle a incarné pendant 60 ans. Elle est au contraire essentielle. Tous les échecs de l’Emsav découlent d’une déficience théorique importante qui a empêché l’identification correcte de l’ennemi qu’est l’Etat français et la compréhension de sa stratégie, de ses réflexes et de l’acculturation induite par la francisation. Pour ne pas perdre de temps et d’énergie et agir avec pertinence, le Parti National Breton doit inculquer aux patriotes bretons la cohérence doctrinale sans laquelle tout échoue sous le poids de l’aimantation française qui, en raison de l’occupation, tente constamment de ramener les Bretons à des positions loyalistes. 

Le Parti National Breton sait que ce chemin est beaucoup plus difficile à emprunter que de se couler par domestication dans le sillage de la France, mais il sait également que chaque acquis sur cette voie est un acquis infiniment plus durable car historiquement indépendant de la France et de sa société. En arrachant un à un les Bretons de la société française et de ses polarités, en les nationalisant petit à petit, notre Parti réalise l’indépendance nationale qui doit aboutir à la proclamation de l’Etat breton.

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Rejoignez le PNB : [email protected]

Les confusions de Breizh Info à propos du nationalisme breton

Les confusions de Breizh Info à propos du nationalisme breton

[PNB] Le média Breizh Info a récemment produit un article d’une imprécision qui interroge. Intitulé “Cette gauche nationaliste corse qui n’a rien à voir avec le gaucho-nationalisme breton”, le court entrefilet évoque le “nationalisme breton” qui, par contraste avec le nationalisme corse, ne formulerait aucune critique sur l’insécurité ou l’immigration en Bretagne. Sont cités à l’appui de la démonstration de cette insuffisance alléguée du “mouvement nationaliste breton”, l’Union Démocratique Bretonne et le Parti Breton…

Les mots et la taxonomie

Une connaissance élémentaire de l’Emsav et du nationalisme breton suffit pour savoir que l’UDB pas plus que le Parti Breton n’appartiennent au nationalisme breton et que ces organisations s’en sont toujours explicitement distancées. Si elles le font, c’est pour des raisons politiques évidentes qu’il convient de rappeler.

L’UDB est un parti régionaliste et socialiste qui prône l’intégration – illusoire – de la Bretagne dans une république française fédérale, “de gauche”. Cette position est celle d’une fraction de la petite bourgeoisie ethnique bretonne, culturellement et idéologiquement francisée, qui est issue de la fonction publique de l’Etat français en Bretagne. L’UDB ne veut pas rompre avec l’Etat français qui embauche l’essentiel de ses membres. Socialement, l’UDB réclame davantage d’intervention étatique, a fortiori française, tout en affirmant lutter pour la préservation des caractéristiques culturelles bretonnes détruites par ce même état français qui embauche ses membres. L’UDB, adepte des thèses de 1789, prétend acclimater la Bretagne au système idéologique colonial français pour en faire une petite France républicaine avec les migrants d’Afrique ou d’ailleurs que Paris impose aux Bretons. En ce sens, elle n’a même pas l’audace d’une politique originale, puisqu’elle se contente de contresigner le diktat migratoire de Paris. 

Le Parti Breton, marqué par son opportunisme centriste, se revendique tantôt du régionalisme ou du fédéralisme et récuse le nationalisme breton en raison de sa dimension ethnique, ligne rouge édictée par Paris. Son seul caractère stable est la peur bourgeoise de braquer les forces politico-médiatiques hexagonales dominantes dont elle espère la bienveillance. Pour cette raison, le PB se limite à des critiques superficielles d’ordre institutionnel, mais pas d’ordre existentiel et ne diffère pas de l’UDB en raison de son adhésion au contractualisme rousseauiste.

Nous pourrions ajouter le cas de Douar ha Frankiz, organisation indépendantiste d’extrême-gauche, proche du trotskisme hexagonal dans ses thématiques et son opportunisme, qui elle non plus ne diffère pas substantiellement des deux premières de par son adhésion au contractualisme rousseauiste issu de 1789. 

Ces formations ne proposent pas de rupture fondamentale, mais l’adaptation de la Bretagne aux idées de la révolution française. Elles emprisonnent les Bretons dans le statu quo dialectique bicentenaire. Le nationalisme breton veut quant à lui libérer mentalement l’homme breton pour en faire le représentant d’un peuple fort, maître de son destin, maître de sa terre, guidé par une volonté farouche de liberté ethnique, tribale, clanique. Il ne croit pas aux abstractions, mais au sang et à la terre des ancêtres. Il crée librement ses conceptions, son état. 

Le nationalisme breton n’est pas le gauchisme régional français

Le gauchisme ethno-schizophrène en Bretagne n’a aucun rapport avec le nationalisme breton. Séquelle du colonialisme français, il ménage chèvre et chou et cherche à concilier les contraires entre son surmoi égalitariste et universaliste issu de la révolution française et la répression du sentiment breton par l’Etat français issu de cette révolution. Ne pouvant se résoudre à choisir, il bricole et donne des gages.

Aucun d’eux ne s’inscrit dans le nationalisme breton dont la doctrine ethno-séparatiste s’est forgée entre 1910 et 1930, et ce dans la continuité de la guerre contre-révolutionnaire bretonne menée à partir de 1790 contre l’égalitarisme jacobin. Le nationalisme breton comme doctrine est explicitement ethnique, anti-cosmopolite et hermétique aux thèses rousseauistes d’importation françaises. Il a été théorisé pour la première fois par Breiz Atao en 1925 dans son exposé doctrinal rédigé par Fransez Debeauvais, Morvan Marchal et Olier Mordrel. 

Le seul parti actif qui se revendique en cohérence du nationalisme breton est le Parti National Breton. Son programme aborde sans tabou la question de l’immigration massive et de l’insécurité, ce que ses affiches diffusées dans toute la Bretagne expriment de manière claire. Affirmer comme le fait Breizh Info que le nationalisme breton organisé ne traite pas de ces questions est factuellement faux, sinon malhonnête.

Il est surprenant que le média Breizh Info persiste à voir des nationalistes bretons où il n’y en a jamais eu et à ne pas les voir là où ils sont. Il est encore plus étonnant que Breizh Info fasse le procès du nationalisme breton sur une telle base, citant à comparaître des régionalistes français explicitement hostiles au nationalisme breton tout en taisant l’action du seul parti nationaliste breton qui développe une critique offensive de l’immigration de masse en Bretagne, dans la la ligne traditionnelle de l’Emsav portée depuis 1919. 

L’immigration ne définit pas le nationalisme breton

Réduire la question nationale bretonne, comme le succès ou l’échec des nationalistes bretons, à son rapport à l’immigration n’a aucun sens. Une question nationale existe en elle-même, que ce soit en Ecosse, en Flandre, au Pays Basque ou en Bretagne. La question nationale bretonne existe depuis que les Francs, puis les Français, prétendent annexer et gouverner la Bretagne. Les nationalistes bretons n’ont pas attendu que la question de l’immigration se pose en Bretagne pour penser la nationalité bretonne il y a plus d’un siècle. Les indépendantistes catalans et écossais sont certainement plus avancés que les nationalistes bretons dans l’organisation de leur peuple, pour autant leur position sur l’immigration est radicalement contraire à un positionnement nationaliste. Inversement, les nationalistes flamands sont très offensifs sur l’immigration et obtiennent également des scores électoraux importants. 

Les Bretons ont certainement échoué jusqu’à présent dans leur défense nationale contre la France, mais aucun peuple prisonnier de l’Hexagone ne peut se targuer d’un bilan plus heureux. Tout au plus, dans le cas de la Corse, le caractère insulaire joue-t-il marginalement en faveur du Peuple corse, mais même là les faits sont clairs : la moitié des habitants de l’île sont des colons. Les réactions épidermiques de quelques dizaines, sinon centaines de Corses contre les attaques d’allogènes ne changent pas ce sinistre tableau d’un peuple submergé, dépossédé. Les Français s’approprient toujours plus des pans entiers du pays, comme en territoire occupé. Avec les Français vient le flux de l’immigration africaine, les deux étant inséparables.

En Bretagne, l’immigration, qu’elle soit non-européenne ou française, est une conséquence de la destruction de la cohésion ethnique sous l’effet du travail patient mené par l’Etat français pour assimiler la nation bretonne à son système colonial économique, social, culturel et politique. L’opposition à l’immigration n’a aucun sens sans une critique systématique de cette assimilation, de ses agents, français ou bretons. Les nationalistes bretons, soucieux des intérêts de la nation bretonne, doivent formuler une telle critique, mais ne pas la limiter à ses effets sans remonter à ses causes. Or ses causes ne sauraient être limitées à la “gauche” française, mais bien à la guerre permanente menée par l’Etat français, par delà les factions, contre Breizh. Alimenter la dialectique “droite/gauche”, c’est maintenir l’intégration de Breizh dans l’espace historique français comme c’est le cas depuis 1789. Par aimantation, une faction de droite ou de gauche en Bretagne s’alignera toujours sur une faction française au détriment de l’unité ethnique et patriotique.

Il n’y a pas une nation bretonne de droite ou de gauche, mais une nation historique, unifiée par le sang, par delà les divergences. Le rôle du nationalisme breton est de l’unir, pas de cultiver ses divisions d’importation française. En d’autres termes, le nationalisme breton place le Peuple breton, la Bretagne et leur survie avant tout le reste. Ce qui amène à la véritable ligne d’affrontement : pas de véritable opposition à l’immigration de masse organisée par l’Etat français sans lutte contre l’Etat français qui l’organise.

Qui aujourd’hui dépasse les conséquences pour contester radicalement la présence de l’Etat français en Bretagne, non seulement en fait, mais dans ses buts pratiques ? Le Parti National Breton. C’est un honneur et une grande responsabilité car le déséquilibre des forces, comme chacun le sait, est énorme. D’un côté, un état impérialiste séculaire et prédateur, de l’autre des rebelles, idéalistes, qui s’expriment pour un peuple de 5 millions d’hommes. L’histoire enseigne cependant qu’un positionnement historique conséquent, une fois les conditions objectives réunies, est à même de compenser, puis d’inverser un rapport de force largement défavorable.

——–

Pour écouter notre podcast mensuel : 

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Rejoignez le PNB : [email protected]

 

 

 

 

 

 

 

Doctrine : de droite ou de gauche, le nationalisme breton ne soutient pas d’organisations hexagonales

[PNB] Un site appelé “L’Heure Bretonne” affirme à tort que “les” nationalistes bretons soutiendraient une organisation française. 

Par définition, les nationalistes bretons n’apportent pas de soutien à des organisations politiques hexagonales, peu importe lesquelles.

Parce que les approximations théoriques sont toujours propices à l’opportunisme, le Parti National Breton est souvent revenu sur ce fondement essentiel de l’Emsav et pourquoi celui-ci s’oppose foncièrement à cette tendance contre-révolutionnaire qu’est le régionalisme français qu’il soit de gauche ou de droite. Du moins, jusqu’à présent, le régionalisme s’appelait comme tel et n’usurpait pas le capital historique du nationalisme breton pour développer des théories objectivement régionalistes.

Nous invitons les patriotes bretons à relire notre texte sur le sujet :

Ni droitisme, ni gauchisme. Un seul ennemi pour la nation bretonne : l’Etat français, son régime et sa société !

On le complètera avec le suivant, remarquable exposé d’Emsav Stadel Breizh :

Théorie politique de la révolution bretonne : vers l’Etat breton

Par un travail théorique et pratique cohérent, le Parti National Breton veut former une génération d’Emsaverien en mesure d’éviter les graves erreurs commises par le passé qui ont invariablement mené à la dégénérescence régionaliste les organisations bretonnes qui les ont faites.

🎧⚡️🔥 Notre podcast mensuel est sorti ! Pour l’écouter, cliquez sur ce lien https://rb.gy/ola31

Nous suivre sur Twitter 

Nous suivre sur Facebook 

Retrouvez notre podcast mensuel sur Soundcloud

Rejoignez le PNB : [email protected]

 

 

Une nouvelle élite bretonne !

Une nouvelle élite bretonne !

[PNB] Nous avons attendu longtemps je ne sais quel sursaut organique du peuple breton, comme si cette multitude dispersée, compartimentée. tiraillée, diverse à l’infini, pouvait se relever d’elle-même et mettre une volonté au service d’un but. Nous étions dupes d’une vieille croyance et d’une vieille illusion françaises.

Rien ne se fait de juste, d’utile, de collectif même que par des hommes déterminés ayant un caractère et un nom bien à eux. Les chansons populaires ne sont pas miraculeusement écloses des lèvres “du peuple”. Elles ont été laborieusement ânonnées, composées une à une, par des poètes rustiques et patentés, par quelques Jehan ab Jehan ou quelques Cado berr-e-houc dont les vies sans éclat ont été oubliées.

Il y a toujours des hommes qui créent; il y aura toujours des hommes qui mènent. Le plus souvent, l’acte collectif spontané est confus et mou dans son contenu comme dans son contour. La foule sent qu’il faut faire quelque chose, mais elle ne sait pas quoi: elle oscille. Arrivée au carrefour, elle fait des remous. Quelle direction prendre ? A l’Elysée ? A la Chambre ? A la Maison du Peuple ?

Un homme sauve la foule du désordre et de la déroute. Il intervient avec un plan, fruit de son originalité individuelle. Son geste volontaire transforme l’évènement mou en évènement saillant. Il crève le placenta du collectif et délivre la force aveugle dans une direction donnée. L’arbitraire humain est intervenu : le héros a libre carrière.

L’erreur extirper : la vérité, la beauté, la souveraineté viennent de la collectivité. La figure à remiser : la masse agissante.

La vérité vient de “Dieu”. Seul, l’homme qui entend en lui la voix de Dieu, peut se faire une idée de la vérité.

La beauté, elle est aux rares inspirés. Elle est au berger qui compose un chant plaintif de cinq notes sur un flutiau, comme elle est à Bach et à Rodin. Elle n’est pas à la foule du trottoir.

La souveraineté, elle n’a jamais été qu’à ceux qui savent la prendre : aux menteurs et aux gens sans honneur aujourd’hui. Demain, aux forts et aux meilleurs, aux grands frères du peuple, à ses guides selon le sang et selon la vérité, dès qu’aura changé la règle du jeu.

En persuadant la masse, le rassemblement fortuit, sans âme et sans cohésion, que l’autorité et le savoir lui appartiennent, les démagogues l’ont, en réalité, décidée à se détourner des sujets d’élite qui ne peuvent pas lui tenir ce langage contre nature, — pour se fier à eux.

Tant que cette croyance sera entretenue que le peuple est roi par destination naturelle, qu’il est juste et infaillible, seuls les marchands de les tripoteurs de scrutins, les diffamateurs impudents, les flatteurs et les plat-culs, en un mot tout le contraire d’une élite, auront leurs chances de par venir au pouvoir.

La véritable élite du peuple existe, puisqu’il est des hommes qui souffrent de l’abaissement de leur peuple et qui ont la tête, le cœur et les bras pour le relever. Mais le jeu politique la tient écartée du pouvoir. Elle n’a ni l’aptitude au mensonge, ni l’absence de principes moraux qui lui permettraient de rivaliser avec les professionnels des électorales. Elle est meilleure, et c’est pour cela qu’elle est disqualifiée.

(Si les armées devaient combattre à coups de langue, les avocats gagneraient ‘les batailles, et les vieux lions de la Légion fuieraient devant les marchands de tapis…)

Nous n’acceptons pas l’absurde, et nous récusons la tricherie. Le peuple ne prend conscience de lui-même qu’à travers quelques hommes prédestinés, dont l’âme est son âme, et la volonté devient sa volonté. Ces quelques hommes, au milieu de la multitude indifférenciée, ont la qualité, ont la race.

Le problème, nos yeux, n’est pas de donner tout le pouvoir à ce mythe, la masse, mais de dégager, d’éduquer en vue de leurs fonctions et de porter au pouvoir, partout où ils les hommes supérieurs, nés pour cela, qui ont la et la passion du bien public, qui ont Je sens du peuple et qui sauront le commander.

Le besoin d’élites est général. Autrefois. la routine suffisait aux artisans et aux marchands. Aujourd’hui, le développement des techniques crée le soin de cadres nouveaux qu’un peuple doit se donner indépendamment de tout régime politique s’il veut échapper à l’invasion d’une population étrangère supérieure qui le colonisera à l’ombre de son propre drapeau. En Bretagne, nous l’avons bien vu. Nous avons été submergés par ‘les contremaitres, les spécialistes, les chefs d’atelier, les ingénieurs, les directeurs commerciaux, les hôteliers, les experts comptables et fiscaux, les architectes, les entrepreneurs, les secrétaires de mairie, de syndicats, de coopératives et de mutuelles, les chefs de minoteries et de laboratoires, les agents de publicité, les cinéastes, les journalistes, les organisateurs sportifs, les professeurs et fonctionnaires de toute espèce venus des grands centres français dans cette terre promise.

Mais ceci est notre cas particulier, et d’ailleurs, ces élites professionnelles sont faciles à constituer et à remplacer. Nous nous soucions bien autrement de la super-élite, celle dont les aptitudes à commander dépassent le cadre étroit d’un métier pour s’étendre à tout le peuple, et dont la conscience large et scrupuleuse doit refléter les angoisses et les espérances dé toutes les couches du peuple.

Aucune nation n’a vu son destin grandir, n’a étendu son domaine, n’a raffermi son génie et libertés, sans cadres solides, sans chefs de migration, sans capitaines, sans releveurs de défaites et sans inspirateurs de revanches. Tous les peuples qui ont eu foi dans leur étoile ont eu des poètes nationaux et des artistes qui les ont révélés à eux-mêmes.

Il en sera de nous comme des autres. La Bretagne saura se donner des cadres nationaux où elle disparaitra. Une revue comme celle-ci ne nous réunit pas pour nous meubler l’esprit. Elle n’a qu’un but : préparer ces cadres, et pour cela développer le des connaissances précises et l’appétit de la puissance intellectuelle, qui s’acquiert par une jeunesse studieuse, vouée à la méditation. Elle voudrait que nous élevions nos âmes au dessus des calculs individuels et que nous remplissions nos cœurs des notions de probité, de solidarité, de sacrifice, de discipline.

La nouvelle élite bretonne commencera à agir naturellement par l’exemple de sa vie privée. La vie privée d’un peuple est la source de toute croissance et de toute décadence. II y a des peuples propres comme il y a des familles propres, cela dépend des modèles qu’on leur met sous les yeux. Et la profondeur religieuse de notre idéal donnera au peuple la puissante impulsion, sans laquelle aucune œuvre grandiose n’est possible.

Ensuite, grâce à des hommes aptes et inspirés, et non par la vertu d’un formulaire politique, nous construirons une société où nous puissions vivre en Celtes. Notre monde se réalisera par la prise de pouvoir de la nouvelle élite.

“Elites”, Olier Mordrel, Stur, n°9, éditorial 

 

Pour écouter notre podcast mensuel, cliquez sur le lien ci-dessous :

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Théorie politique de la révolution bretonne : vers l’Etat breton

Théorie politique de la révolution bretonne : vers l’Etat breton

[BREIZH] Le peuple breton est un peuple qui résiste depuis huit siècles à l’assimilation.

Cette résistance doit être comprise sous trois aspects :

  • celui d’une persistance passive, sans intention consciente;
  • celui d’une conservation intentionnelle, non cohérente, non ordonnée à une finalité politique;
  • celui d’une révolution, c’est-à-dire d un remaniement complet de la société ordonnée à une finalité politique

1.La persistance passive

La persistance passive est à comprendre à travers la désarticulation dont a souffert très tôt la société bretonne. Du 8ème au 12ème siècle, le peuple breton constitua une société politique vigoureuse comportant des centres de civilisation qui rayonnaient sur toute l’Europe occidentale. Or, dès le 12ème siècle, les couches dirigeantes acceptent des liens de classe de plus en plus étroits avec les autres couches dirigeantes européennes et ne tardent pas à tomber dans la sphère d’influence de la noblesse française.

Par suite, un fossé se creuse rapidement entre elles et le peuple breton.

Il en résulte un certain nombre de conséquences graves :

  • Deux civilisations cohabitent en Bretagne : la civilisation française, apanage de la minorité gouvernante, considérée de ce fait comme supérieure, la civilisation bretonne, apanage du peuple, considérée comme inférieure par un motif de classe;
  • Ce qui, au début, n’est qu’un motif de classe, subjectif, s’objective peu à peu, s’inscrit dans les faits par un mécanisme simple : quiconque dans la classe populaire cherche à s’élever socialement doit par nécessité s’assimiler à la civilisation française. par suite, quiconque serait en mesure par sa valeur personnelle de concourir au développement de la civilisation bretonne, abandonne cette civilisation pour la civilisation française ;
  • On assiste donc à une dégradation rapide de la civilisation bretonne : celle-ci, après avoir été subjectivement jugée inférieure, devient objectivement inférieure. Elle cesse, pour prendre les termes précis du breton moderne, d’être un sevenadur, c’est-à-dire un accomplissement voulu et conscient par un peuple soucieux de son destin, c’est-à-dire un ensemble de formes locales de vie laissées à leur pur déterminisme sociologique.
  • La culture active étant française, on conçoit que la civilisation bretonne persiste uniquement dans les couches les plus éloignées des sphères actives du pays. En ceci, la désarticulation soxiale appauvrit considérablement la civilisation bretonne, mais en même temps lui laissa une chance : celle de persister, car dans le peuple coupé des classes dirigeantes la civilisation bretonne traversa plusieurs siècles d’hibernation sans mourir.

Bilan de la persistance passive

Au terme de ses siècles d’hibernation, la civilisation bretonne populaire se trouve dans l’impossibilité absolue de vivre par elle-même :

  • la seule structure sociale persistante, maintenue par l’Eglise, l’organisation en paroisses, a régressé au point de prendre une forme tribale, puis de perdre toute fonction sociale ;
  • toute société politique a depuis longtemps disparu, laissant le champ libre aux structures politiques françaises qui, reçues de l’extérieur et sans adhésion créatrice, agissent comme éléments dépolitisants, et instruments d’aliénation collective ;
  • la production culturelle, privée des individus créateurs sans cesse ravis par la civilisation française, privée d’un cadre plitique qui lui soit homogène, réduite à prendre assise dans les micro-communautés locales, est pratiquement nulle en qualité comme en quantité ;
  • la désarticulation de la société qui favorisa la perte de l’indépendance politique au 10ème siècle prépara, à plus long terme la voie au sous-développement économique. Celui-ci est le résultat de la mise en contact d’une économie de type traditionnel avec une économie industrielle développée. Les enclaves économiques modernes implantées par l’économie dominante attirent les éléments les plus dynamiques de la population qui adoptent les modèles culturels de la «métropole» ; la désarticulation de la société est alors le résultat de la désagrégation de l’économie traditionnelle. Or, contrairement à ce qui est survenu en Afrique et en Asie, la désarticulation de la société est antérieure en Bretagne à la Révolution Industrielle et l’économie bretonne est déjà assujettie à l’économie française ; les classe dirigeantes francisées sont tournées vers Paris et se révèlent incapables d’introduire un processus de développement.

2.La conservation intentionnelle

La conservation intentionnelle, non cohérente, non ordonnée à une finalité politique à comprendre comme une réaction inadaptée à la désarticulation sociale, culturelle, économique et politique du peuple breton

L’aliénation dans laquelle a glissé le peuple breton au cours des huit siècles passés n’a pas été sans susciter de nombreux sursauts. C’est par centaines qu’on peut citer à toutes les époques les tentatives de résistance à l’assimilation :

  • dans le domaine politique l’opiniâtre résistance des hommes d’Etat bretons des 16ème, 17ème et 18ème siècles aux ingérences françaises ; les travaux des juristes et des historiens mus par un ardent patriotisme et visant à conserver la conscience nationale et les institutions bretonnes 5 ; le patriotisme dont le peuple a fait montre à toutes époques ;
  • dans le domaine économique, la même opiniâtreté au travail ; cette volonté de rester en Bretagne et d’y défendre sa vie en dépit des conditions économiques mauvaises. Le puissant attachement des Bretons à leur pays, en freinant l’émigration, à sauvé la Bretagne d’une dissolution dans le « désert français » ;
  • dans le domaine social et culturel, un mouvement important tendant à lutter contre la disparition de tout particularisme breton, structures sociologiques, coutumes, costumes, dialectes ; exemples : les Bonnets Rouges et la Chouannerie
    défendant les structures traditionnelles et les anciennes franchises ; les sociétés visant à protéger les parlers locaux et à en introduire l’étude dans les écoles ; les folkloriques cherchant à témoigner d’une « culture populaire » bretonne du passé.

Constat d’échec des conservatismes

Mais ces tentatives de conservation, pour intentionnelles qu’elles soient, sont inadaptées aux conditions objectives qu’elles prétendent infléchir et cela pour plusieurs

L’action conservatiste bretonne n’a pas tenu compte des courants de force effectifs de chaque période historique. Aux 14ème, 15ème, 16ème siècles, alors qu’émergeaient les états nationaux en France, en Angleterre, en Espagne, permettant une réunification des sociétés, l’éclosion de cultures nationales, et la concentration de la puissance étatique, la noblesse bretonne reste étrangère à la révolution qui s’opère. Au contraire, la nouvelle puissance française exerce un ascendant encore plus fort sur elle, jouant dans le sens d’une plus grande désarticulation de la société bretonne : elle suit le courant français mais non l’exemple français*.

*Note : cette affirmation a été largement révisée par les historiens contemporains, notamment Jean Kerhervé dans son étude du sentiment national breton (Aux origines d’un sentiment national. Les chroniqueurs bretons de la fin du Moyen Âge) et de l’état breton (Idéologie et appareil d’État dans la Bretagne des Montfort: XIVe et XVe siècle). C’est l’annexion violente de la Bretagne par la France en 1492 qui met fin au processus de formation d’état-nation déjà avancé.

Le même phénomène de captation se manifeste au niveau de la bretonne aux 18ème, 19ème et 20ème siècles au moment de la Révolution Industrielle. Alors que les bourgeoisies nationales opéraient l’accumulation du capital qui allait permettre l’industrie de naitre sur leur sol, la bourgeoisie bretonne n’a pas le sens de la transformation qui se prépare et s’accomplit ailleurs. Et quand les industries naissantes font leurs appels de capitaux, elle s’empresse d’offrir les siens, dépouillant ainsi la Bretagne de ses capacités d’industrialisation et la dirigeant vers le sous-développement.

Si, au 19ème siècle, la Révolution Agricole a transformé l’économie traditionnelle bretonne, les progrès introduits ne se répercutent pas guère sur les autres secteurs. Ils renforcent surtout la fonction commerciale de la bourgeoisie qui crée peu d’industries locales et, encore une fois, préfère les investissements immobiliers et les emprunts d’Etat. Les innovations et les créations d’entreprises sont souvent le fait de capitalistes étrangers ou de l’Etat français.

Le même phénomène de captation se poursuit à notre époque dans les divers mouvements politiques, sociaux, économiques, culturels qui travaillent en Bretagne : ces mouvements, français, prétendent résoudre des problèmes français, et la Bretagne s’y trouve entraînée en dépit de l’incohérence de ses besoins réels et les objectifs des entreprises auxquelles elle prend part. L’exemple le plus frappant à cet égard fut la première Guerre Mondiale où les Bretons partirent avec la conviction d’aller défendre « le pays », et dont la conséquence fut, au delà de la « Victoire », de décimer, de provoquer l’effondrement de leur civilisation traditionnelle, de précipiter le déclin de leur économie.

La contradiction interne du conservatisme

Ce dernier exemple met en évidence la contradiction interne qui voue à l’échec toute tentative conservatiste en Bretagne. L’explication en est simple. Il n’est pas un élément du patrimoine breton qui ne repose sur une structure française. Vouloir seulement conserver le patrimoine breton implique vouloir conserver les structures françaises sans lesquelles il perdrait toute assise. Or la raison d’être des structures françaises est la conservation du patrimoine français et par là l’élimination du patrimoine breton en tant qu’élément hétérogène.

La situation du peuple breton est telle que les entreprises qui normalement visent à conserver, tournent pour lui en processus de destruction. Les soldats bretons qui partaient « défendre le pays » ont, en fait, précipité l’effondrement de leur pays.

La même contradiction du conservatisme apparait dans tous les secteurs. Les paysans bretons se tournent vers Paris et exigent que l’économie française se solidarise avec l’économie bretonne en difficulté, alors que les intérêts des économies bretonne et française sont contradictoires, l’économie bretonne en étant arrivée à la ruine du fait de son inclusion dans l’économie française.

En vertu d’un même conservatisme politique, les prétendus porte-parole du peuple breton réclament pour lui une présence à part entière dans le cadre étatique français, alors que le cadre étatique français exige la dissolution dans la masse du peuple français des peuples allogènes qu’il contient. La contradiction interne du conservatisme est également flagrante lorsqu’il prétend maintenir le patrimoine social et culturel breton par le moyen de son intégration aux structures et aux institutions françaises.

Les dizaines de campagnes menées depuis un siècle pour introduire l’étude du breton dans les écoles françaises, l’activité folklorique visant à entretenir une atmosphère de particularisme régional, ont le même sens historique, sinon les mêmes vigueur et sincérité, que la Révolte des Bonnets Rouges et que les symptômes de la désarticulation dans le mouvement conservatiste. Attendre du roi de France qu’il se fit le champion des libertés de la Bretagne, demander à l’Education Nationale française de propager la culture bretonne, autant confier au loup le soin de protéger les agneaux parce que la brebis que l’on est est elle-même prisonnière du loup.

L’échec du mouvement conservatiste breton s’explique donc par son inadaptation aux conditions objectives, inadaptation qui s’explique à son tour par une contradiction interne de ce mouvement : il prétend combattre les effets de la désarticulation, mais il est lui-même profondément atteint par la désarticulation.

Les symptômes de la désarticulation dans le mouvement conservatiste

Cette désarticulation du mouvement conservatiste breton contemporain est évidente dans tous les sens le regard se porte. Ainsi existent parallèlement un « mouvement culturel » apolitique, un « mouvement politique » d’expression française, un « mouvement économiste » apolitique et aculturel ; ces mouvements se saluent de loin, exaltant les vertus de l’unité, mais subissent dans l’impuissance leur écartèlement de fait.

Un autre symptôme est la ségrégation mentale où se voit confinée l’action conservatiste bretonne : celle-ci est considérée comme une activité  elle est culturelle ; comme l’inoffensive défense séparatiste si elle est politique agressive ; comme un effort louable et désuet de promotion d’un terroir si elle est politique modérée ; comme s’inscrivant parmi les solutions économiques françaises si elle est économiste ; dans tous les cas et quelque soit le domaine en cause, cette action conservatiste est conçue comme un phénomène marginal français, en rapport direct avec une arriération provinciale marquée et qu’il faudra bien liquider un jour.

Notons l’importance du « phénomène d’écho » dans la dynamique de ce mouvement conservatiste ; et ce paradoxe : plus l’action est conservatiste et plus elle souffre de mimétisme à l’égard des forces auxquelles elle prétend résister. Ainsi les écrivains qui se posaient en défenseurs de la langue bretonne mettaient-ils leur orgueil dans leurs traductions du fabuliste LA FONTAINE. Ainsi pendant longtemps le mouvement politique chercha-t-il ses modèles dans les courants étrangers que ce soit par le flirt nationaliste à la MAURRAS (J. P. CALOC’H), le national-socialisme (la revue Stur), la solution quasi-magique d’un fédéralisme européen ou plus simplement le réformisme de la régionalisation.

Au niveau des finalités nous retrouvons cette incohérence qui découle de la contradiction interne du mouvement conservatiste breton : celui-ci veut conserver vivante la Bretagne, mais en même temps veut conserver tout ce qui constitue « la Bretagne de fait », y compris les contradictions, les incohérences et les désarticulations. La France « est » en Bretagne, il se déclare donc Breton et Français ou Français et Breton selon sa nuance, quand ce n’est pas deux fois Français parce que Breton.

Une fraction sociologique et géographique de la Bretagne parle les vernaculaires celtiques ; l’autre fraction est de langue française: il s’agit-là d’un état de fait à perpétuer. Dans le domaine économique, le conservatisme parle de « vocation agricole, de « vocation touristique » de la Bretagne, le sous-développement lui-même, parce qu’étant “breton”, devant être maintenu et aménagé.

3.La révolution bretonne

La révolution, remaniement complet de la société ordonné à une finalité politique cohérente, s’est lentement mise en route en Bretagne au 20ème siècle. Pendant des années, son feu sporadique s’est montré ici et là, enflammant l’esprit de tout peuple, la langue. La révolution bretonne a eu ses prophètes, tel Tangi MALMANCHE qui écrivait au début du siècle : « Bretons, ne parlez pas tant de la vieille langue de vos pères et parlez davantage du patois nouveau de vos enfants.

Elle a eu ses précurseurs, tel Fransez VALLEE qui, parti pour recueillir les richesses éparses dans les vernaculaires, créa le breton moderne ; tel Roparz HEMON qui, rompant ouvertement avec le conservatisme culturel, entrepit de créer une littérature nationale et qui y réussit, balayant du même coup l’amas de platitudes provinciales qui tenait lieu jusque là de littérature bretonne ; tel Meven MODIERN qui, plaçant d’emblée le breton dans le rang des grandes langues de civilisation, commença la publication de travaux scientifiques en langue bretonne. Il ne s’agissait plus de conserver une Bretagne de fait dans sa dislocation, mais de créer une Bretagne unie et elle-même créatrice. Ce qui est conservé ne l’est pas en raison de son appartenance à la Bretagne de fait, mais en raison d’une finalité qui est la constitution d’une communauté bretonne nouvelle. On a décrit l’émergence de cette attitude nouvelle en Bretagne sous le nom de « renversement révolutionnaire » : cesser de scruter le passé pour maintenir le présent à son image, mais ressaisir les ressources bretonnes anciennes et nouvelles et par elles se forger en peuple neuf sans égard pour un passé fourvoyé ni pour un présent sans issue.

Cette attitude révolutionnaire apparue d’abord dans les domaines de l’action culturelle ne tarda pas à gagner les domaines de l’action politique et sociale. Si dans les années 1920 on parle encore de régionalisme en demandant pour la Bretagne un statut de province autonome dans le cadre de l’Etat français, on assiste dans la décennie suivante à une clarification des concepts et des objectifs, à une recherche de cohérence, et à peu se dégage un but précis : la politique bretonne indépendante, c’est-à-dire création de l’Etat breton.

Il importe de noter la différence d’attitude qui existe entre révolutionnaires et conservatistes. Les conservatistes s’efforcent d’opérer la coordination d’une masse brute de faits hétéroclites dont le mouvement les contrarie et leur échappe : le bon sens, disent-ils, nous enjoint de reconnaître que la Bretagne est dépendante de la France, que les deux tiers de ses habitants ne pratiquent pas le breton,etc. ; mais s’ils acceptent ces faits comme inéluctables, ils refusent de voir les conséquences de leur acceptation, à savoir la mort du breton et de la Bretagne, ils quittent le domaine du bon sens pour celui du rêve et imaginent qu’en dépit des apparences tout va s’arranger pour finir, d’une façon ou de l’autre, — par exemple que le pouvoir français va soudainement se repentir et ressusciter cette Bretagne qu’il cherche depuis des siècles à supprimer. A la coordination par le rêve de faits incompatibles, les révolutionnaires substituent la coordination par l’action : l’action, créatrice et destructrice, accorde aux faits l’importance qu’elle entend leur donner dans sa propre finalité. Ils tiennent tout à fait compte de la situation que les conservatistes, — sans pouvoir l’avouer, — jugent désespérée. La force qui domine la Bretagne et la mène à l’assimilation et à la ruine est énorme ; la force bretonne qui résiste en fait à cette force d’assimilation est infime. La seule conclusion est que le rapport de ces forces doit être renversé et que pour cela un immense travail doit être accompli en Bretagne.

La théorie révolution bretonne

La théorie de la révolution bretonne n’est autre que la théorie de cet immense travail pour accroître la force politique du peuple breton afin, non seulement qu’il détruise la force opprimante, mais surtout qu’il prenne une place libre et créatrice dans le monde. Quel visage a le travail révolutionnaire breton en cette fin du troisième quart du vingtième siècle ? Sa définition la plus simple est celle de ses trois objectifs, qui sont :

  • faire du capital historique breton la propriété effective du le breton ;
  • constituer une société bretonne nouvelle sur la base de cette appropriation ;
  • bâtir les cadres politiques de cette société nouvelle

Le mouvement révolutionnaire breton, l’Emsav comme il se nomme lui-même, s’attache à définir avec clarté chacune de ses positions, chacun de ses objectifs, chacune de ses démarches.

Le concept de capital historique

Le concept de capital historique est l’un de ceux que l’Emsav a défini avec le plus de précision. Est un capital, comme on sait, une production reprise comme facteur d’une production nouvelle — par exemple une machine d’abord produite, servant ensuite à produire à son tour. La pensée bretonne a généralisé ce concept de capital à toute production humaine, qu’elle soit économique, sociale, culturelle ou plitique ; qu’elle soit industrie ou politique, technique ou langage, art ou spiritualité, toute production humaine est d’abord objet puis facteur de création.

Cette définition plus complète fait ressortir un caractère qui apparait à peine quand il s’agit du capital strictement économique, c’est l’historicité. Une civilisation progresse lorsque les créations d’aujourd’hui peuvent faire fond sur les créations d’hier. Un peuple se « produit » par ses « productions » au long des siècles, et cette reprise continue des productions antérieures comme capital des productions actuelles et futures lui donne une unité dans le temps qui est le fondement même de sa réalité de peuple. Ceci est vérifiable dans le domaine de sa langue, de sa culture, de sa société, de sa politique : l’histoire d’un peuple est celle de sa production au sens plein du mot. D’où le concept de capital historique. Ce concept de capital historique est important pour traiter deux ordres de problèmes : celui de la culture et de ses fonctions dans la vie d’un peuple, celui des moyens de production tel qu’il se trouve posé par cette généralisation du concept de capital.

L’appropriation du capital historique

Comment se présente dans la pratique l’appropriation par le peuple breton du capital historique breton ? Il s’agit non pas tant de porter la civilisation bretonne à la connaissance des Bretons, encore moins d’opérer le retour en arrière des conservatistes vers le passé, — que de remettre en forme la vie des Bretons d’aujourd’hui de telle sorte que leur civilisation passée y trouve sa juste place comme capital historique. Cette remise en forme implique ce que l’Emsav appelle la « révolution individuelle » : éclatement de l’ancienne forme vie et reconstruction d’une nouvelle existence fondée dans l’Emsav — considéré de ce fait comme le germe d’une nouvelle société bretonne et en même temps d’une nouvelle civilisation bretonne.

Ailleurs sera analysée cette ancienne forme de vie dont il est question de faire table rase ; il sera montré comment, résultant de la désarticulation sociale et culturelle. Là est la raison pour laquelle l’Emsav s’est attaché avec tant d’insistance à créer les organismes d’enseignement et de formation permettant aux Bretons de s’approprier leur langue.

L’une des thèses de l’Emsav est qu’il n’y a pas de révolution bretonne de langue française. La langue bretonne est la base de réunification de la société bretonne. De même que le français fut l’outil de la désarticulation, le breton est entre les mains de l’Emsav est le premier outil de la réarticulation. Il était confiné au secteur primaire et au monde rural ; l’Emsav le rend à la société entière, première condition d’une réarticulation sociale. Il reculait derrière le rideau qui coupe en deux le pays, les communes, les familles ; l’Emsav lui rend sa puissance expansive, premier pas de la réarticulation ethnique. II s’identifiait à ce passé mort et débilitant que traine en lui le peuple breton ; en refaisant du breton de langue des Bretons, l’Emsav transmue ce passé en capital historique et amorce la réarticulation historique du peuple breton.

Constituer une société bretonne nouvelle

La constitution d’une société bretonne nouvelle [objectif collectif], second objectif de l’Emsav, est la conséquence logique du premier [objectif individuel]. A la mise en forme d’une vie sociale réenracinée et réarticulée correspond la mise en place d’une société nouvelle. L’Emsaver, en accomplissant sa révolution individuelle, se met d’une certaine façon en dehors de la société artificiellement tenue par les cadres étatiques français et il est disponible pour la nouvelle société dont il est le germe. Voila pourquoi les groupes locaux de l’Emsav sont bien davantage que les sections d’un parti politique. Comment l’Emsav prévoit-il l’organisation de la société bretonne ? Il ne préjuge évidemment pas des formes concrètes de cette organisation : son rôle est de fonder la société bretonne nouvelle sur l’appropriation par le peuple breton de son capital historique.

D’autre part, la pensée politique de l’Emsav fait partie intégrante d’un capital historique, elle progresse avec lui, s’enracinant avec lui dans l’histoire du peuple breton et se développant avec lui ; s’enracinant aussi au delà de l’histoire bretonne, dans l’histoire humaine. L’Emsav, étant un mouvement libérateur, fait des autres mouvements libérateurs de l’histoire humaine son capital historique : il est de la même veine que les autres révolutions libératrices de classes et de peuples opprimés.

Si la pensée de l’Emsav reste ouverte, elle n’en est pas moins précise et sur les points dont s’inquiètent précisément ceux qui s’interrogent à propos de socialisme et de capitalisme. L’Emsav par sa conception plus radicale du capital est en mesure de résoudre certaines difficultés théoriques et pratique — la question nationale particulièrement qui n’a jamais pu trouver une expression satisfaisante dans systèmes et les régimes socialistes. A partir du moment où le capital strictement économique se trouve intégré au capital historique, non seulement les rapports de propriété, mais le concept même de propriété sont profondément transformés. En plus, la propriété collective des moyens de production y trouve un statut théorique que ne pouvait lui donner une théorie du capital se cantonnant dans le domaine économique : la production humaine, au sens complet et où l’entend l’Emsav, n’est jamais le fait de représentants individuels d’une humanité abstraite et sans contours historiques ; elle est toujours le fait de peuples en tant que réalités concrètes et historiques, c’est-à-dire de communautés sociales possédant une existence historique et par là une civilisation.

Dès que l’on donne aux moyens de production économiques le même statut qu’aux moyens de production sociaux, politiques, culturels, spirituels, on définit par le fait un esprit nouveau de propriété. Le peuple est propriétaire de sa terre et de ses capitaux économiques dans le même esprit qu’il est propriétaire du capital national que constituent sa langue et sa civilisation. En cela, l’Emsav ignore l’antagonisme que les marxistes éprouvent comme insoluble entre le socialisme et le fait national.

Bâtir les cadres politiques de la société bretonne nouvelle

Le troisième objectif de l’Emsav, la constitution d’un Etat breton, vient en corollaire des deux autres. La société bretonne nouvelle trouvera sa plénitude en devenant une société politique maîtresse de son destin et prenant part de plein droit aussi à la vie politique internationale. Là aussi, l’Emsav est entré dans la voie des réalisations , donnant répondant concret à sa théorie. Parallèlement au développement de la société bretonne nouvelle, il crée les structures organiques dont a besoin cette société naissante (administration, éducation, impôts, etc.), et qui sont en même temps l’embryon des futures structure étatiques.

Le rôle de l’Emsav est donc parfaitement clair : rendre au peuple breton unité et lui donner la propriété de son capital historique comme de son économie, le conduire à une place créatrice parmi les nations en lui gardant son rang dans le peloton de tête des mouvements libérateurs. 

Source : Emsav Stadel Breizh, données socio-historiques de l’Emsav (1969)

Pour adhérer au Strollad Broadel Breizh – Parti National Breton : [email protected]

Mai 1945 : l’impérialisme français est mortellement blessée par l’alliance entre Japonais et nationalistes vietnamiens

[PNB] Pour les nationalistes bretons, l’étude des diverses résistances à l’impérialisme français est une école théorique et pratique indispensable. La défaite des forces impérialistes françaises en Indochine constitue à cet égard un évènement majeur puisqu’il déclenche l’effondrement complet du système colonial français à travers le monde malgré les tentatives de Paris de maintenir sa brutale domination.

Lancée en mars 1945 et achevée en mai, l’opération “Clair de lune” de l’armée japonaise, menée avec l’aide des nationalistes vietnamiens, précipite la destruction de l’administration coloniale dans l’ensemble de l’Indochine. Les cadres impérialistes sont arrêtés et liquidés par surprise, les garnisons coloniales encerclées et impitoyablement anéanties. L’action, planifiée avec intelligence, vise à annihiler tous les cadres français pour ne laisser aucune chance à l’impérialisme de reconstituer sa présence. 

Blessée à mort, la machine coloniale ne parviendra plus jamais à opérer en Asie, en dépit de la tentative du bandit Leclerc à la botte de De Gaulle, et la contre-offensive française s’achèvera en débâcle à Dien Bien Phu, 7 ans plus tard. Là aussi, les révolutionnaires vietnemiens s’assurent que l’occupant ne puisse relever la tête et détruisent tous ses chefs expérimentés. Cette débâcle entraîne immédiatement le soulèvement de l’Algérie occupée.

Cet exemple enseigne aux Bretons que l’écrasement de l’impérialisme français, pour être victorieux, ne doit pas s’embarrasser de sentimentalisme et doit exploiter toutes les alliances nécessaires au triomphe de la cause nationale.

Pour rejoindre le PNB : [email protected]

Die Unabhängigkeit von Elsass-Lothringen im Rahmen der Zerschlagung des französischen Staates

Die Unabhängigkeit von Elsass-Lothringen im Rahmen der Zerschlagung des französischen Staates

[BNP] Die Freundschaft zwischen dem bretonischen Volk und dem elsässisch-lothringischen Volk ist eine bald hundertjährige Geschichte. Diese Freundschaft, die 1927 auf dem von den bretonischen Autonomisten von Breiz Atao in Anwesenheit von Paul Schall und Hermann Bickler organisierten Kongress in Rosporden besiegelt wurde, hat sich nie aufgelöst. Sie ist Teil einer natürlichen Konvergenz zwischen Völkern, die, befreit vom zerstörerischen Einfluss des französischen Staates, in gleicher Weise den Ruf der Erde, der Vorfahren und des Blutes empfinden.

Mission der Bretagne

Die Bretonische Nationalpartei ist Teil der konsequenten Fortsetzung dieser Freundschaft mit der deutschsprachigen Welt, für die Elsass-Lothringen das Tor zum Hexagon darstellt, einerseits durch Identität der Gefühle und andererseits durch politische Konvergenz. Wenn der Kampf des bretonischen Nationalismus erfolgreich sein soll, darf er sich nicht damit begnügen, seine Erfolge verstreut und unkoordiniert im Schoß der Bretagne allein zu messen. Er muss vielmehr groß denken, größer als er selbst, um die Kräfte zu erfassen, die in Europa, in Westeuropa und erst recht im hexagonalen Raum in Bewegung sind. Die Macht der Bretagne liegt eher in ihrer geistigen als in ihrer materiellen Kraft und in ihrer Fähigkeit, dazu beizutragen, die verstreuten Energien gegen den französischen Staat, den Grundfeind der weißen Völker Europas, in Bewegung zu setzen.

Die nationale Bretagne, einst für die römisch-katholische Kirche ein unerschöpfliches Reservoir an Missionaren, so dass sie 50 Prozent aller Missionare stellte, die das Hexagon verließen, wird ein neuartiger spiritueller Staat sein, der in der Lage ist, Priester für die Sache des Kampfes um die Rettung Westeuropas zu stellen. Es ist kein Zufall, dass Bretonen, oft allein, außerordentlich entscheidend gehandelt haben, indem sie ihre Aktivitäten auf ein Feld verlagerten, das weit über die Grenzen des alten Landes hinausging, weil sie dort nicht frei agieren konnten. Diese charismatischen Persönlichkeiten sind Ausdruck des besonderen Genies unserer Rasse. Ein Fehler wäre es, die Wirksamkeit des bretonischen Nationalismus allein an der Masse der Summe seiner Aktivisten zu messen, denn es ist ihre oft diskrete Fähigkeit, andere mitzureißen und zu beeinflussen, die im Allgemeinen echte Erfolge erzielt hat. Die Geschichte unserer Nationalflagge, des Gwenn ha Du, fasst diese Realität gut zusammen: Sie wurde von einem Mann auf Wunsch eines anderen entworfen, auf dem Kongress von Rosporden in Anwesenheit von 80 Personen offiziell eingeführt und ist heute überall sichtbar. Umgekehrt: Wer erinnert sich noch an die Parti Social Français, die 1939 mehr als eine Million Mitglieder zählte?

Im Grunde genommen ethnisch und revolutionär, da sie sich dem Willen des kosmopolitischen Regimes in Paris widersetzt, die Völker zu zerschlagen, um die Grundlagen seines Mischstaats zu festigen, ist die bretonische Idee, wenn sie es versteht, sich zu organisieren und mutig zur Tat zu schreiten, geeignet, eine Alternative zu denken, die weit über die Frage der Bretagne allein hinausgeht. Das Gewicht der Bretagne bemisst sich also nicht nach dem BIP oder der Bevölkerungszahl, auch wenn diese Kriterien relativ wichtig sind, sondern nach der Fähigkeit zu denken, um diese inspirierende und kreative Kraft dann überall dorthin zu projizieren, wo sie empfangen werden kann.

Aufgrund ihrer derzeitigen Integration in das politische System des Hexagons verfügt die Bretagne über eine Infiltrationskapazität, die weit über das hinausgeht, was sie als äußerer Staat führen könnte. Paradoxerweise bietet die gegenwärtige Situation daher innerhalb des hexagonalen politisch-rechtlichen Systems sehr breite Möglichkeiten, die ethno-nationalistische Revolution durchzuführen, die die nationalistische Bretagne will.

Den geopolitischen Fehler des französischen Staates korrigieren

Der imperialistische französische Staat hat seit seiner Gründung einen blutigen Feldzug zur Ostexpansion gegen die germanische Welt geführt, der in der Annexion des Elsass im Jahr 1945 gipfelte. Dieser historische Prozess feudalen Ursprungs wurde nach der Französischen Revolution allmählich zu einem ideologischen Projekt, das den Kampf zwischen dem nihilistischen Egalitarismus der kosmopolitischen Ideen von 1789 und dem identitätsstiftenden Widerstand Europas gegen dieses Projekt verkörperte. Um die egalitäre Barbarei, die der antiweißen Ideologie zugrunde liegt, zu zerstören, muss dieser Prozess bis zur endgültigen Zerschlagung des französischen Kolonialstaates umgekehrt werden, eine Perspektive, die nun durch die Balkanisierung des hexagonalen Territoriums unter dem Einfluss der oben erwähnten Einwanderung möglich wird.

Die Bretonische Nationalpartei legt als ständiges Ziel der bretonischen Außenpolitik die Korrektur des geopolitischen Fehlers fest, den der aus der Teilung von Verdun hervorgegangene französische Staat darstellt. Um sich gegenüber Deutschland zu behaupten, seit es geeint ist, stützt sich dieser Staat auf die afrikanische Demografie, zunächst durch die kolonialen Kontingente während der beiden Weltkriege und dann durch die Neubesiedlung des Hexagons ab den 1960er Jahren. Dieser afrikanisch-orientalische Bevölkerungszustrom radikalisierte die anti-weiße Natur des französischen Kreolenstaates, der, um die unvermeidlichen rassischen und religiösen Spannungen, die durch eine solche Politik auf seinem Boden erzeugt wurden, einzudämmen, seine anti-weiße Ausrichtung verstärken musste, um seinen neuen Untertanen entgegenzukommen. Nach zwei Jahrhunderten jakobinischer und marxistischer Sedimentierung kann der französische Staat nur eine Politik der Rassenfeindlichkeit gegenüber den europäischen Völkern innerhalb und außerhalb des hexagonalen Raums verfolgen, egal wie vorübergehend die Richtung seiner Führung ist.

Die Rolle der nationalistischen Bretagne besteht darin, nicht nur die Bretagne von der französischen Besatzung zu befreien, die seit fünf Jahrhunderten eine Politik der Zerstörung ihrer ethnischen Persönlichkeit betreibt, sondern auch zur Schaffung eines günstigen und dauerhaften politischen Umfelds für die bretonische Nation und, durch strategische Kohärenz, für alle in Ketten gelegten Völker des Hexagons beizutragen. Dies geschieht durch die Entkolonialisierung des Hexagons, indem die Befreiung der Völker von der Unterdrückung durch die Regierung in Paris unterstützt wird.

Aus diesem Grund sieht die Bretonische Nationalpartei in einem freien und germanischen Elsass eine grundlegende Notwendigkeit und in der Einbeziehung des nationalen Deutschlands (nicht zu verwechseln mit der heutigen Bundesrepublik Deutschland) in diese Frage eine entscheidende Herausforderung.

In der Praxis muss die Bretonische Nationalpartei die Forderungen aller elsässisch-mosellanischen Organisationen unterstützen, unabhängig von ihrem Anwendungsbereich, ohne Rücksicht auf den Grad der Forderungen, vom gemäßigten Regionalismus bis zum offenen Separatismus, unabhängig davon, ob sie sich als rechts oder links definieren. Aufgrund ihrer ethnischen Natur, ob angenommen oder implizit, tragen sie zu der ethno-nationalistischen Revolution bei, Breizh, die Bretagne, als Nation will. Die Bretonische Nationalpartei sollte sich nicht mit dieser Unterstützung für die Elsässer-Moselaner begnügen, sondern aktiv die nationalen Deutschen engagieren, damit die Frage der Befreiung des Elsass eine Priorität des organisierten deutschen Nationalismus aller Richtungen bleibt und Deutschland den zufällig bestehenden territorialen Status quo anfechtet.

Um dem BNP beizutreten : [email protected]

Карта стратегической ориентации ВНП по деколонизации постфранцузского пространства

Карта стратегической ориентации ВНП по деколонизации постфранцузского пространства

[ВНП] Бретонская национальная партия, как основной политический инструмент Бретонского государства, должна размышлять о среде, в которой развивается Бретань. Поскольку наша страна находится под французской оккупацией и управлением, внутренняя ситуация французского государства, а также ситуация французского общества должны быть предметом тщательного изучения, чтобы партия могла предвидеть текущие или будущие изменения для обеспечения национальных интересов Бретани.

Бретонская национальная партия считает, что демонтаж французского государства неизбежен в силу ряда сходящихся явлений. Как никакое другое государство, французское государство создало ex nihilo экспансионистскую империю, которая из-за отсутствия этнонациональной сплоченности не может естественным образом поддерживать себя без мощного авторитарного воздействия со стороны политического центра (Парижа). Это государство стало жертвой своей собственной конструктивистской политики, статизировав все французское общество до беспрецедентного уровня. Любая неспособность этого государства помочь жителям Гексагона приведет к системным дисфункциям, которые вновь пробудят скрытый антагонизм между населением. Неевропейские иммигранты, которых во Франции к 2030 году будет 20 миллионов, будут разжигать этот антагонизм по неустранимым расовым и религиозным причинам. Банкротство французского государства из-за его суверенного долга приведет к открытой балканизации после того, как она была латентной.

Французское государство, как геополитическая ошибка, унаследованная от злополучного Верденского договора, скоро окажется в состоянии решительного исправления.

Если Марин Ле Пен будет избрана президентом Французской республики в 2027 году (маловероятный сценарий), ее электорат будет надеяться на укрепление власти центрального государства посредством якобинской реакции, особенно против мусульман. Эти выборы ускорили бы a contrario дезинтеграцию французского государства, которое столкнулось бы с общим отказом от повиновения в городских районах NUPES или буржуазных районах, зависящих от исламских и иммигрантских голосов.

Бретонская национальная партия видит в этой новой революционной ситуации набор вызовов и возможностей, которыми она должна суметь воспользоваться, чтобы гарантировать национальную безопасность свободной Бретани. В постфранцузском пространстве, которое возникнет в результате распада французского империалистического государства, народы Гексагона, которые надеются освободиться из этой тюрьмы народов, должны иметь поддержку сознательной и организованной бретонской нации. Процесс деколонизации и освобождения этих народов составляет кардинальную ось внешней политики Партии, которая должна реализовать необходимые средства для того, чтобы все заинтересованные стороны способствовали положительному решению необходимого и неизбежного демонтажа французского государства.

Поэтому Бретонская национальная партия публикует стратегическую карту ориентации на освобождение народов Гексагона, осуществляемое параллельно с демонтажем французского государства:

Свяжитесь с нами : [email protected]